Mauvaise ambiance, mode d'emploi pour s'en sortir - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Témoignages

commentaire (0) | lu 13268 fois | publié le 18/09/2016

Vie en entreprise · Mauvaise ambiance, mode d'emploi pour s'en sortir

Mauvaise ambiance, mode d'emploi

Que faire quand l'ambiance s'envenime au travail ? 4 jeunes diplômées nouvellement embauchées nous racontent leurs mésaventures ; nos conseils en regard. Objectif : apprendre à déjouer les situations délicates en posant des limites à temps.

 

 "Ma chef contrôle tout ce que je fais", Caroline, 25 ans, responsable marketing

"Probablement en raison de mes expériences passées où je souffrais d'un manque de feed-back sur mon travail, j'ai beaucoup sollicité la directrice lorsque je suis arrivée à ce poste. Puis au fil du temps, j'ai souhaité prendre un peu d'autonomie. Ce changement de comportement lui a déplu. Dorénavant, elle repasse sans arrêt derrière moi pour tout vérifier et contrôler. Ce manque de confiance est devenu de plus en plus pesant. J'ai perdu toute motivation".

Notre conseil : conquérir son autonomie

Pourquoi en est-on là ? Caroline est confrontée à une patronne perfectionniste et anxieuse. Son mode de management ne laisse que peu de place à la délégation et à la responsabilisation. Il est fort probable qu'elle se comporte de la même façon avec l'ensemble de son équipe. Et si l'entreprise fonctionne sur ce principe de management, inutile de chercher à changer les choses...
 

Que faire ? Il peut être intéressant d'en discuter avec des collègues afin de savoir comment eux s'y prennent et déterminer comment changer sa façon de collaborer avec sa supérieure. Et Caroline doit dire à sa chef qu'elle a certes besoin de son retour pour progresser, mais qu'elle préfère terminer son travail avant de le lui soumettre. Ce n'est pas en refusant ses conseils qu'elle pourra espérer prendre un peu d'autonomie. C'est plutôt tout l'inverse !

 

 "Depuis que je ne sacrifie plus ma vie privée au travail, rien ne va plus", Florent, 24 ans, comptable

"Au début, je me suis donné à fond dans mon boulot. Je ne rentrais jamais avant 21h chez moi et presque 1 week-end sur 2 je repartais avec du travail sous le bras. Je n'avais plus aucune vie en dehors du travail... mais ça m'était égal puisque j'étais célibataire. Puis j'ai rencontré quelqu'un. Aujourd'hui j'ai droit régulièrement à des réflexions. À les écouter, je n'en fais jamais assez. Ça me mine. Où que je sois, chez moi ou au travail, je culpabilise".

Notre conseil : apprendre à dire non, en argumentant


Pourquoi en est-on là ? Ne pas vouloir dire non par peur d'être mal jugé est une attitude courante chez les jeunes... c'est un tort. Certes, un manager souhaite avoir des salariés impliqués mais qui tiennent sur la longueur ! Dans l'histoire, les 2 sont perdants.
 

Que faire ? Florent doit expliquer à son patron pourquoi il doit refuser ou repousser à plus tard certaines tâches qu'on souhaite lui confier, en n'omettant pas d'argumenter. Non pas avec des raisons personnelles - "je ne peux parce que je pars en amoureux ce week-end" - mais purement professionnelles - "j'estime à 8 heures le travail que l'on m'a déjà confié. Je ne pourrais pas faire plus aujourd'hui". Et si de temps en temps, Florent accepte de finir plus tard le soir ou de travailler le week-end, surtout mentionner que ça reste du domaine de l'exceptionnel. Concilier vie privée et vie professionnelle : tout un art qui s'apprend avec l'expérience !

 

 "Mon collègue me fait des avances" , Estelle, 23 ans, commerciale

"J'ai tout de suite voulu tisser des liens d'amitié avec les commerciaux de mon équipe. C'était important pour moi de montrer que j'étais intégrée et acceptée. Sauf que l'un d'eux a pensé que je le draguais ! Non seulement il s'est autorisé des gestes et des attitudes déplacées mais il m'a fait les pires vacheries. Il y a quelques semaines, je me suis enfin décidée à lui parler, ça n'a fait qu'aggraver la situation. Je ne sais plus quoi faire et je songe fortement à donner ma démission".

Notre conseil : le remettre à sa place avec l'appui du manager


Pourquoi en est-on là ? Estelle a voulu tisser des liens d'amitié au plus vite. Or intégrer une équipe demande du temps. Il aurait été préférable de se laisser une période d'observation avant de faire ami-ami avec tout le monde, comme dans la société en général, en entreprise, il y a des personnes pro et d'autres qui ne le sont pas. Elle se serait alors peut-être rendu compte qu'avec ce type de personne, son attitude risquait de servir de prétexte. 


Que faire ? Pour éviter que la situation n'empire, Estelle doit aller voir son manager pour l'informer de ses difficultés. Si il ne fait rien, elle peut aussi aller voir le service des ressources humaines. L'entreprise a une responsabilité en cas d'harcèlement.  Il est important en cas de propos ou de gestes déplacés de les noter tout de suite pour bien les garder en mémoire et les restituer avec précision car au moindres doutes, la personne mise en acause va se servir d'éventuelles approximations pour nier les faits.

 

 "Les dénigrements systématiques de mon travail m'ont rendue malade", Karine, 25 ans, chargée de communication

"Mon patron me fait en permanence des reproches et des remarques dévalorisantes, et ce même devant mes collègues. Il ne considère jamais mes efforts ni ce qui fonctionne bien.

Ce perpétuel dénigrement de mon travail m'a fait perdre toute confiance en moi, sur le mode "Est-ce que ce n'est pas moi qui ai un problème ?". Il y a quelques mois, j'ai été hospitalisée pour un ulcère. Une collègue lui a fait comprendre qu'il avait une part de responsabilité dans cet arrêt maladie. Son comportement à mon égard a changé puis c'est reparti de plus belle. Pourtant, je n'ose pas lui rentrer dedans. Il m'intimide et m'impressionne."

 Notre conseil : recadrer au plus vite


Pourquoi en est-on là ? Karine pense qu'elle a un problème alors que c'est clairement son patron ! Il tente de se donner de l'importance en dénigrant son travail. Le mieux dans cette situation est de réagir au plus vite  pour ne pas se laisser  enfermer dans une relation de pouvoir qui est devenue habituelle. Encore aujourd'hui, elle n'ose pas lui parler alors qu'elle sait que ses ennuis de santé sont en partie dûs à cela.


Que faire ? Premièrement, demander un entretienpour signifier à son manager qu'elle ne peut plus fonctionner de cette manière et poser clairement des limites, en etant le plus  factuel possible. Une discussion franche suffit parfois à percer l'abcès. Mais si rien ne change, elle devra en référer à son N+2 ou aux RH. 


Des services pour vous accompagner

Une question - une réponse

Flash Conseil

Par téléphone, une réponse immédiate à votre question sur votre recherche d’emploi.

» En savoir plus