Réintégrer son entreprise - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Partir à l'étranger

| publié le 15/09/2014

Expatriation · Réintégrer son entreprise

Réintégrer l'entreprise pour laquelle vous étiez expatrié : la situation peut sembler bien balisée. Elle est malgré tout porteuse de risques. Un seul conseil, anticipez.

 La gestion de la réintégration n'est pas aisée, tant du point de vue de l'employeur que du collaborateur expatrié. Poste moins valorisant, avec une autonomie amoindrie, perspectives d'évolution peu nombreuses...les démissions dans les 2 ans qui suivent un retour d'expatriation ne sont pas rares. D'où la nécessité de faire en sorte de ne pas se marginaliser et de demeurer partie intégrante de l'entreprise.
Vous devez rester connecté avec votre milieu professionnel en général, en participant à des salons, en veillant sur l'actualité de votre secteur …
Vous devez aussi prendre soin de ne pas vous faire oublier par votre société, en renforçant le reporting, les contacts avec vos collègues en France et en ne négligeant pas les allers-retours réguliers. Vous n'avez pas quitté l'entreprise, pourtant vous n'êtes plus vraiment en terrain connu : soyez vigilant ! Il est conseillé de cultiver votre réseau professionnel français.
Idéalement, vous aurez anticipé votre retour avec l'entreprise, soit dès votre départ si cela est prévu dans le contrat, soit depuis l'étranger en communiquant avec votre employeur à ce sujet.
Sur l'exemple des ONG et de leur système de gestion des volontaires en retour de mission, les départements Ressources humaines mettent progressivement en place des politiques de réintégration et de formation plus poussées au sein de leurs entreprises. Un suivi régulier du salarié pendant son expérience de mobilité internationale (entretien annuel...) mais aussi la réduction de la durée des missions d'expatriation des collaborateurs contribuent à mieux gérer cette étape du retour.
De plus en plus, on assiste à une expatriation ponctuée d'allers-retours professionnels. La bonne idée ? Revenir travailler en France 3 ou 4 ans avant de repartir à l'étranger. Cela permet de rester plus facilement en lien avec son entreprise et avec le marché français en général.
Marouan Niazy relate " Retrouver un poste à responsabilité dès le retour permet d'éviter la dépression du retour, qu'il faut manager au plan professionnel et personnel de la même façon que lors du départ".