Les réalités de l'expatriation - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Partir à l'étranger

lu 57 fois | publié le 09/09/2009

International · Les réalités de l'expatriation

Environ 2,2 millions de Français vivent et travaillent hors de nos frontières. Loin du mythe de l'expatriation dorée, la mobilité internationale recouvre des réalités complexes. Et la mise en oeuvre d'un tel projet se doit de respecter quelques étapes incontournables...

En 2008, plus de la moitié des Français expatriés travaillent dans un pays de l'Union Européenne. La région Asie/Océanie arrive en deuxième position, avec la Chine en tête des principales destinations.

Si la durée des périodes d'expatriation varie d'un projet à l'autre, la tendance est aux missions limitées dans le temps, comme en témoigne Jean Pautrot, président du Cercle Magellan. "Les entreprises développement des missions de courte durée, parfois en substitution des missions de longue durée", note-t-il. Et précise que "cette tendance est très nette lors des échanges entre les entreprises adhérentes au Cercle Magellan".

Les contrats des expatriés changent eux aussi. Fini le règne des détachés qui restent en contrat avec leur entreprise de départ et bénéficient de la protection sociale française. 1 Français sur 2 travaille avec une entreprise locale ou un contrat de droit local.
Le profil idéal de l'expatrié requiert notamment une forte capacité d'adaptation et une bonne gestion de son stress. Un vécu international (professionnel ou personnel) sera pour le recruteur une garantie supplémentaire. La maîtrise de la langue locale, voire de l'anglais si c'est la langue de travail, est absolument indispensable professionnellement. Les expatriés mentionnent que cette pratique lève bien des difficultés de la vie quotidienne (1).

Il faut garder à l'esprit que partir travailler à l'étranger est au moins autant un choix de vie qu'un choix professionnel.
Les conditions de réussite d'un tel projet passent par la prise en compte des facteurs familiaux : l'adaptation du conjoint, son éventuelle inactivité forcée,les études supérieures des enfants...Stéphane Sintre témoigne "le projet d'expatriation était entièrement partagé. Les principales questions avant le départ étaient d'ordre matériel et nous en avons fait le tour en quelques semaines".

Le quotidien sera lui aussi profondément transformé. Communication dans la langue locale, coût de la vie et situation politique et sociale sont autant d'aspects auxquels il faudra que l'expatrié et son entourage s'adaptent.

(1) Etude "Expatriés, votre vie nous intéresse", 2008, TNS Sofrès.