"Au retour, il faut accepter de passer par des étapes délicates" - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Il faut accepter de prendre du temps à son retour

| publié le 15/09/2009

Expatriation · "Au retour, il faut accepter de passer par des étapes délicates"

Coach certifié, Président du Cercle Magellan, Conseiller du Commerce extérieur et coauteur du livre "Expatriés : rêve et réalité", Jean Pautrot revient pour nous sur les politiques d'accueil de l'expatrié à son retour dans l'entreprise.

En quoi le retour d'expatriation est-il un moment délicat à gérer pour le collaborateur ?

La difficulté du retour est sous-estimée, voire niée, à la fois par l'expatrié et le manager qui l'accueille au retour. Comment imaginer qu'il soit difficile de rentrer chez soi ? Comment comprendre ce sentiment d'être un étranger dans son propre pays ?
Les vraies difficultés sont le sentiment d'indifférence de l'entourage, la nécessité de faire son deuil d'une expérience souvent exaltante. Faire son deuil signifie renoncer au package de mobilité internationale, au statut d’expatrié représentant son entreprise et son pays, à l'autonomie liée à l'éloignement.
Ces quelques éléments montrent que le retour est un enjeu important pour le salarié et l'entreprise. Depuis quelques années, les entreprises en prennent conscience, mais elles n'investissent pas encore autant sur le retour que sur le départ.

Quelles sont les différentes techniques d’accueil à la disposition des entreprises pour gérer le retour de leur collaborateur expatrié ?
Le coaching est un outil adapté à la gestion du retour. En effet, il permet au coaché d'ajuster sa posture, de se mettre en phase avec un environnement nouveau et de gérer les renoncements nécessaires à l'atteinte de ses objectifs futurs.
Basé sur le principe du questionnement, ce processus se décompose généralement en une vingtaine d’heures de dialogue sur 3 mois avec du travail pour le coaché entre les séances.
Il existe d'autres possibilités d'accompagnement des expatriés à leur retour dans l'entreprise, comme des formations sur 1 à 2 journées : chacun y fait part de son ressenti, et l'animateur y donne un sens.

Quels sont vos conseils pour vivre au mieux ce retour ?
Avant tout, penser que tout cela est normal. L'expatrié doit accepter de passer par des étapes délicates et les vivre simplement, en sachant que tout rentrera rapidement dans l'ordre. Le conseil essentiel est d'avoir une posture d'humilité, même si c'est difficile lorsque l'on a réalisé des choses exceptionnelles dans un contexte difficile.
Il suffit parfois de s'intéresser aux autres pour qu'ils s'intéressent à vous. Dans toutes les cultures, c'est à l'homme qui arrive sur la route de dire, le premier, bonjour à celui qui est dans son champ. L'expatrié qui revient a perdu ce réflexe parce qu'il éveillait la curiosité et l'intérêt dans le pays où il vivait. Il avait donc moins besoin de prendre l'initiative du contact. Pour peu que l'expatrié soit curieux de sa propre culture et de la vie de ses compatriotes, il est accueilli et s'intègre dans son pays.

Mots-clés : interviewexpatriationconseils