Thibault Martin : « Lorsque l’on crée sa start-up, il faut choisir le projet le plus motivant pour vous » - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Etudiants et stages

commentaire (0) | lu 75 fois | publié le 03/07/2018

Thibault Martin : « Lorsque l’on crée sa start-up, il faut choisir le projet le plus motivant pour vous »

Interview Thibault Martin (Smartrenting)

Son master de finances en poche et après une courte expérience de six mois dans un cabinet d’audit, Thibault Martin lance son activité en 2015 avec deux associés. La start-up Smartrenting propose des services de gestion pour la sous-location. Le créateur de 25 ans nous livre sa vision de fondateur de start-up, et de chef d’entreprise qui embauche aujourd’hui des jeunes diplômés.

 

Comment vous est venue l’envie de vous lancer dans l’aventure start-up ?

Je suis parti pendant mes études en séjour linguistique à Brighton et il m’est apparu qu’il était très compliqué de gérer une sous-location à distance. Cette expérience m’a donné l’idée de Smartrenting et à partir de là j’ai eu envie de creuser le concept et de m’y consacrer à 100%. Je n’avais pas la fibre entrepreneuriale au départ mais maintenant que je l’ai, elle ne me quitte plus ! En deux ans de création, je pense que j’ai appris beaucoup plus que je n’aurais appris en cinq ans de salariat.

 

Quels seraient vos conseils aux jeunes diplômés qui auraient la même envie ?

De ne pas se lancer tête baissée. Il faut se poser les bonnes questions : est-ce que votre projet correspond à un vrai besoin ? Est-ce qu’il est bien construit ? Est-ce que vos amis feront de bons associés ? Les fondements du projet ne doivent pas être flous. Une start-up sur dix survit la première année. Il faut être prêt à se passer de salaire pendant un ou deux ans, à avoir peu de temps libre, et beaucoup de pression à supporter. Enfin, il faut vraiment y croire et être enthousiaste, quand tout le monde vous dit que votre projet est nul !

 

Aujourd’hui l’entreprise est en croissance et vous recrutez. Quels profils recherchez-vous ?

Nous avons en effet 20 CDI à pourvoir et avons développé notre modèle dans plusieurs villes. Nous recevons beaucoup de candidatures. Nous recherchons un état d’esprit avant tout. Intégrer une start-up c’est prendre le risque de rejoindre une boîte qui peut couler. Mais c’est aussi l’opportunité de prendre des responsabilités très rapidement. Nous grandissons très vite et ceux qui nous accompagnent depuis le début auront accès l’année prochaine à des postes qu’ils n’auraient pas décrochés dans un grand groupe. Cela demande de l’engagement, l’envie de faire réussir le projet, la capacité de sortir de ses missions et enfin d’être proactif.


 

Quelles seront vos prochaines embauches ?

Nous recrutons des responsables de développement de secteurs dans quatre villes où nous nous implantons, Aix, Lille, Toulouse et Strasbourg. Nous cherchons des profils d’intrapreneurs, des jeunes diplômés qui connaissent bien leur ville. Souvent les diplômés se demandent s’il est mieux pour leur CV de commencer dans un grand groupe ou une start-up. Moi je conseillerais d’aller là où le projet leur plaît le plus. Car la passion qu’on a pour son travail, et la façon dont on transmet ensuite cette passion dans un entretien, compte plus qu’un nom sur un CV. 


 

Propos recueillies par Coralie Donas.

Voir le profil de Thibault Martin 

Mots-clés : compétencesentrepreneurrecrutementstart-up


Des services pour vous accompagner

Devenir entrepreneur

Devenir entrepreneur, passez à l'action.

En face à face, un consultant partenaire à vos côtés.

» En savoir plus

Devenir entrepreneur

La fabrique à idées

Transformez votre idée en projet avec des futurs entrepreneurs.

» En savoir plus