Des questions sexistes en entretien d’embauche, que faire ? - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Entretien

commentaire (0) | | publié le 08/02/2017

Des questions sexistes en entretien d’embauche, que faire ?

Cadre, Questions sexistes en entretien d’embauche que faire

Durant un entretien d'embauche le recruteur cherche à évaluer vos compétences et à cerner votre personnalité. Néanmoins, toutes les questions ne sont pas permises. Celles touchant à la vie personnelle sont illégales et certaines sont particulièrement posées aux femmes. Que faire dans une telle situation ?

 

Que dit la loi ?

« Avez-vous des projets d’enfants ? Etes-vous mariée ? » Une alerte doit retentir dans l’esprit de chaque femme (mais aussi celui des hommes) qui s’entend poser ces questions, dans le cadre d’un entretien d’embauche. Il existe en effet un grand nombre de sujets qui ne peuvent pas être abordés. Ces motifs de discrimination sont  décrits dans l’article L. 1132-1 du Code du travail. De manière générale, il s’agit des questions portant sur des considérations d’ordre personnel. Ainsi, sont notamment prohibées les questions abordant les sujets de la situation familiale, la grossesse, les projets d’enfants, l’âge des enfants, l’orientation sexuelle. Il est interdit de se baser sur ces critères pour refuser d’embaucher une personne. Toutes les informations demandées par un recruteur au moment d’un entretien d’embauche doivent uniquement permettre d’évaluer les aptitudes professionnelles d’un candidat ou d’apprécier sa capacité à occuper le poste à pourvoir.

Cependant, aujourd’hui, 43 % de recruteurs vérifient ou complètent les informations mentionnées par les candidats via les réseaux sociaux et  peuvent ainsi y trouver les informations personnelles que vous avez mis en ligne.

 

Comment réagir face à ces questions sexistes ?

 

  • Option 1 : Vous pouvez commencer par signaler au recruteur que vous ne souhaitez pas répondre à ces questions qui touchent à votre vie personnelle.  Ou encore, demander si cela a un rapport avec le poste. Toutefois, il risque d’écarter votre candidature alors que votre CV l’avait convaincu.
  • Option 2 : Dans la plupart des cas, le recruteur cherche à être rassuré sur votre capacité à tenir le poste, il a déjà une idée de votre situation personnelle avant de vous recevoir en entretien. La tactique consiste à le convaincre sur votre organisation professionnelle - et non pas personnelle -  qui vous a permis de mener à bien des projets dont vous ne manquerez pas de noter leur réussite et les résultats obtenus.

 

Vous pensez être victime d’une discrimination ?

Parmi l’ensemble des recours juridiques possibles,  nous vous invitons à saisir le Défenseur des droits. 13 plaintes par jour pour discrimination sont déposées auprès de cette instance, 14 % concernent une discrimination liée au sexe, à la grossesse ou à la situation familiale.