Les soft skills, des qualités indispensables de votre candidature - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Candidature

commentaire (0) | lu 509 fois | publié le 26/09/2018

Les soft skills, des qualités indispensables de votre candidature

Les soft skills, des qualités indispensables de votre candidature

Le terme s’est popularisé ces dernières années. Les soft skills, littéralement ces « compétences douces » qui sont en fait des qualités humaines comme la capacité à communiquer, la créativité ou encore le dynamisme, sont devenus des critères incontournables pour les recruteurs. Marie Allexant, consultante Apec, explique comment les reconnaître et les valoriser.

 

Comment parler de ses soft skills dans son CV ?

Vous ne pourrez pas vous contenter de lister vos soft skills, il faut savoir les démontrer, les mettre en scène dans des expériences qui se sont avérées concluantes. Les recruteurs essayent de plus en plus d’évaluer les soft skills car les hard skills  (les compétence techniques) ne suffisent pas pour réussir dans un métier, la performance tient dans l’association des hard skills et des soft skills. On en parle donc habituellement dans la partie « expériences » de son CV. A partir du moment où vous en aurez parlé dans votre CV, il faudra que votre comportement soit cohérent pendant tout le recrutement, pendant l’entretien téléphonique, durant la rencontre, dans le mail de remerciement que vous enverrez par la suite… C’est pourquoi elles doivent vraiment refléter qui vous êtes.

 

Doit-on mettre en avant aussi ses soft skills dans sa lettre de motivation ?

Les jeunes diplômés peuvent avoir la sensation que leurs réalisations sont moins intéressantes qu’une expérience professionnelle déjà conséquente. Mais les soft skills se reconnaissent plus dans la façon de faire que dans le résultat. Vous pouvez donc raconter une expérience extra-professionnelle, un projet étudiant, la façon dont vous avez surmonté les difficultés à trouver un stage, une anecdote de vie…Le recruteur ne cherche pas l’exploit, mais à voir comment vous vous y êtes pris dans l’adversité ou pour mener un projet.  Cela peut être aussi une rencontre déterminante pour votre orientation. Raconter un bout de vie, ça peut donner envie au recruteur de vous rencontrer.

 

Comment peut-on déterminer ses soft skills ?

C’est vrai qu’il n’est pas toujours facile d’en parler : on peut avoir peur de paraître prétentieux en parlant de ses qualités humaines, ou encore de dévoiler des aspects intimes de sa personnalité. Certaines personnes n’ont pas conscience de la façon dont elles arrivent à mener un projet à bien, et des soft skills qu’elles mobilisent pour cela. Pour préparer votre CV, votre lettre de motivation et votre entretien, prenez une liste de soft skills et vérifiez pour chacune si cela vous est facile – par exemple, l’organisation - et si vous pouvez la démontrer dans un cadre professionnel. Pour hiérarchiser et mettre en avant les soft skills les plus importantes, il faut sélectionner celles que l’on met en œuvre dans des contextes professionnels et les mettre en correspondance avec le futur poste. Une erreur à ne pas commettre est d’annoncer une soft skill qu’on ne possède pas vraiment. Par exemple, mettre en avant sa rigueur, et arriver le jour de l’entretien sans s’être renseigné sur l’entreprise, sans savoir avec qui vous avez rendez-vous, être en retard. Vous pouvez aussi parler d’une réalisation, d’un projet dont vous êtes fier, ce qui permettra au recruteur d’en déduire certaines de vos qualités.

Article rédigé par Coralie Donas