Responsable de la maintenance (chimie) - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Services techniques

lu 17 fois | publié le 28/09/2017

Responsable de la maintenance (chimie)

Le responsable en maintenance industrielle veille à maintenir l’outil industriel (installations, matériels) en bon état de fonctionnement et à anticiper les risques de dysfonctionnement. Il met en oeuvre un plan de maintenance garantissant la disponibilité et la sécurité des équipements dans le respect d’un budget défi ni. Il pilote les techniciens sous sa responsabilité.

Autres intitulés

  • Responsable maintenance production
  • Responsable technique de maintenance

 

Activités principales

Définition et application du plan de maintenance

  • Définir le plan de développement de la maintenance, le budget, les investissements (GMAO éventuellement), le planning des opérations.
  • Identifier les axes d'optimisation des coûts visant la disponibilité, la fiabilité et la sécurité des outils de production.
  • Négocier les ressources nécessaires à la mise en œuvre du plan (humaines, techniques, financières, délais).
  • Elaborer les cahiers des charges des outils, pièces et services
  • Négocier les contrats des fournisseurs  et des prestataires.
  • Intégrer la maintenance à la conception des machines et outillages.

 

Encadrement et pilotage des équipes de  maintenance

  • Gérer et animer les équipes de maintenance (techniciens, agents de maîtrise) dans le respect des règles et procédures HSE et du référentiel TPM (maintenance productive totale).
  • Veiller à maintenir le niveau de qualification des équipes.
  • Réaliser les entretiens professionnels, d’évaluation, de formation.
  • Optimiser la GMAO (plannings, indicateurs) pour apporter un soutien technique et méthodologique à la production en analysant, hiérarchisant et améliorant les processus.
  • Définir et suivre les indicateurs de reporting, établir les bilans, évaluer la performance technique et économique de son activité. 
  • Assurer une veille technologique et réglementaire sur son marché.
  • Gérer la sous-traitance : suivre la réalisation des ordres de travaux.

 

Entretien des outils de production

  • Garantir la disponibilité au quotidien des équipements et des pièces détachées, gérer les défaillances itératives, améliorer l'offre technique au meilleur coût. 
  • Gérer la maintenance corrective (réparation en atelier, dépannage d'urgence) ou faire appel aux experts internes.
  • Analyser  les pannes récurrentes afin de les réduire, proposer des améliorations.
  • Mettre en place des programmes de maintenance prévisionnelle : audit externe,  vérification technique et diagnostic, préparation des grands arrêts et des arrêts techniques.

 

Activités éventuelles

  • Gérer les travaux neufs (acquisition, amélioration, mise en conformité de l’outil industriel), participer à l’élaboration des cahiers des charges, coordonner les projets jusqu’à la mise au point en atelier.
  • Gérer l’énergie (chauffage bâtiments, chaudières production, groupes froid)
  • Gérer les utilités (fluides : eau, vapeur, air comprimé), gaz naturel, hydrogène, sources chaudes et froides d’énergie etc.

 

Variabilité des activités

  • Dans les PME, la maintenance préventive et curative est généralement confiée au responsable technique ou de production, du fait de ses compétences pluridisciplinaires et de sa maîtrise des installations et des équipements. 
  • Dans les entreprises plus importantes en effectifs, le responsable de la maintenance industrielle intervient souvent sur plusieurs sites, en veillant à optimiser les ressources et les interventions ; il a alors de fortes contraintes de reporting. Ses activités peuvent être spécialisées (par exemple : équipements énergétiques, moyens de transport, instrumentation ...).

 

Dans un grand nombre d’entreprises, la maintenance, hors celle des équipements de haute technologie ou spécifiques, est fréquemment confiée à des prestataires.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 35 et 45 k€

Cadre confirmé : entre 45 et 70 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille de l’entreprise, animation d’équipes...)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Compétences pluridisciplinaires (mécanique, électricité, automatisme, pneumatique, hydraulique ) et spécifiques (corrosion, soudage, tuyauterie, chaufferie, machines tournantes, frigorifiques ...)
  • Connaissances en réglementation (travail, sécurité, environnement, notamment ICPE, Seveso) et des normes nationales, européennes, internationales
  • Connaissance des rythmes  de production pour pouvoir intervenir efficacement
  • Compétences en GMAO, gestion des données informatiques
  • Connaissances des méthodes AMDEC (analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité) et d’amélioration continue
  • Connaissance de l’anglais technique

 

Aptitudes professionnelles

  • Capacité de réactivité pour anticiper les problèmes techniques
  • Capacité de raisonnement inductif pour identifier la cause des dysfonctionnements
  • Capacité d’apprentissage pour appréhender les évolutions techniques
  • Disponibilité (astreintes, activités industrielles en continu/semi continu)
  • Bonnes qualités d’encadrement pour animer et coordonner le travail de son équipe

 

Le profil

Diplômes requis

  • Ecoles d’ingénieurs généralistes ou avec spécialisation mécanique
  • Formation technique généraliste de niveau bac +5 à dominante mécanique, électricité, génie industriel, gestion de production
  • Formation technique de niveau Bac +2/3 complétée par une expérience de 5 à 10 ans minimum : DUT/BTS, licence professionnelle en maintenance industrielle, électromécanique, automatisme. Une formation technique de moindre qualification peut permettre d’accéder à cette fonction avec une expérience de plusieurs années en entreprise

 

Durée d’expérience

Le poste de responsable de la maintenance industrielle nécessite, selon la taille et les exigences de sécurité applicables au site (SEVESO...), trois à cinq ans d’expérience minimum idéalement dans le secteur des industries chimiques.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Entreprises de la branche des industries chimiques : colorants et pigments, peintures, vernis, encres, caoutchouc, colles, pétrochimie, gaz industriels, produits explosifs, savons, détergents et produits d’entretien, parfums et produits pour la toilette, pesticides et autres produits agrochimiques, produits chimiques de base, matières plastiques de base, produits pharmaceutiques de base...

 

Le métier de responsable de la maintenance industrielle est également présent dans toutes les autres branches d'industries. 

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur d'usine/de site industriel
  • Directeur industriel
  • Directeur technique
  • Directeur des services généraux
  • Responsable d’exploitation/de production

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Fabrication
  • Procédés, méthodes
  • Achats, logistique
  • QHSSE
  • Services supports : ressources humaines, comptabilité et autres services connexes

 

Externes :

  • Autorités administratives : DREAL, DIRECCTE, CARSAT...
  • Fournisseurs d’équipements et de matériels industriels, ensembliers industriels
  • Prestataires : sociétés de maintenance industrielle, d’ingénierie industrielle, de contrôles réglementaires, prestataires tous corps de métiers (en fonction du besoin ponctuel)

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Au-delà de ses responsabilités techniques, le responsable de la maintenance industrielle a des activités renforcées en termes de management pour faire réaliser par ses équipes les objectifs de productivité fixés par la direction, dans le respect de la réglementation et des règles d’hygiène et de sécurité. Il doit veiller à maintenir le niveau de formation de ses collaborateurs.

Pour maîtriser les dysfonctionnements et développer la maintenance préventive, il utilise de plus en plus des méthodes basées sur  l’analyse des risques (méthode AMDEC) et sur l’inspection préventive planifiée (démarche RBI : risk base inspection). Le métier s’est fortement structuré avec les outils de GMAO : le responsable maintenance planifie les travaux de maintenance de son (ou de ses) unité(s) de production et suit simultanément différents indicateurs (sécurité, fiabilité, coûts...). L’utilisation de ces outils nécessite des formations techniques à organiser pour les équipes de maintenance.

Sur les installations classées SEVESO, les équipes de maintenance doivent respecter la réglementation et les procédures. Les sites industriels sont soumis à des contrôles rigoureux des équipements par les autorités administratives (DREAL).  

Dans le secteur des industries chimiques, la maintenance sous-traitée s’est substituée à la maintenance interne, en réponse à des besoins ponctuels (surcharge, matériels de haute technologie...), à une absence de compétences internes ou pour réduire les coûts. Dans ce contexte, le responsable maintenance industrielle doit veiller à éviter le risque de perte  de connaissances sur le fonctionnement d’équipements stratégiques pour l’entreprise. On constate aujourd’hui un phénomène de réappropriation des compétences internes par les entreprises.

Mots-clés : métiermaintenanceindustriechimie