Ingénieur sûreté nucléaire - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Services techniques

lu 29 fois | publié le 28/09/2017

Ingénieur sûreté nucléaire

L'ingénieur sûreté nucléaire prend l'ensemble des dispositions permettant de garantir la sûreté des installations et de prévenir les incidents. Il a pour mission de préserver l'homme et l'environnement de la dispersion de matières radioactives. Au sein d'une centrale nucléaire, il évalue l'état de sûreté des installations et garantit le respect des référentiels et des procédures en fonctionnement normal et en cas d'incidents ou d'accidents.

Autres intitulés

  • Ingénieur sûreté en exploitation nucléaire
  • Ingénieur sûreté études et conception
  • Ingénieur sûreté

 

Activités principales

Analyse de l'état de sûreté1 d'une installation

  • Vérifier le respect des règles et des procédures sur le terrain.
  • Réaliser des analyses sûreté à l'aide des référentiels, suite à des demandes internes (lors d'une proposition de modification des installations par exemple), externes ou de sa propre initiative.
  • Contrôler le respect des exigences liées à la sûreté lors de la planification d'interventions (respect des règles dans les opérations d'exploitation, de maintenance préventive ou de maintenance corrective), en particulier en phase de préparation d'arrêt de tranche ou de redémarrage des réacteurs.
  • Réaliser des actions de vérification quotidiennes et effectuer des relevés en salle de commande pour avoir des compléments d'information sûreté.
  • Planifier les vérifications en lien avec le planning d'exploitation.
  • Détecter tout écart ou situation à risques et l'analyser.
  • Informer le chef d'exploitation des écarts constatés.
  • Confronter l'analyse sûreté à l'analyse opérationnelle du chef d'exploitation.
  • Rédiger des notes de justification des écarts et des préconisations, les présenter au chef d'exploitation et, si besoin, au responsable du service sûreté.
  • Décider de la qualification des écarts en « événement à déclarer »2 si nécessaire auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire.

 

Animation de la politique sûreté et assistance conseil

  • Sensibiliser et informer l'ensemble des services de la centrale à l'utilisation des règles générales d'exploitation3.
  • Participer à la diffusion de la culture sûreté au sein de la centrale, éventuellement via les relais sûreté internes, par une présence sur le terrain et une assistance conseil lors des différentes opérations notamment.
  • Apporter une expertise sûreté auprès de tous les métiers de la centrale (mécanique, chaudronnerie, robinetterie, automatismes, chimie...) lors des opérations d'exploitation ou de maintenance engageant la sûreté de l'installation.
  • Participer aux différents comités techniques (sûreté, exploitation, maintenance, projets transverses comme la sécurité incendie), internes à la centrale ou au sein du parc nucléaire national, pour apporter la vision sûreté (respect des règles permettant de prévenir toute situation anormale et de détecter tout début d'anomalie).

 

Analyse des événements et contribution à l'analyse des retours d'expérience

  • Réaliser des analyses d'événements liés à l'exploitation des installations nucléaires.
  • Participer à la rédaction des comptes rendus d'événement en lien avec l'exploitation et la maintenance.
  • Contribuer à l'analyse et au suivi du retour d'expérience sûreté du site en participant à des réunions ou en formalisant les événements dans le logiciel prévu à cet effet.
  • Participer à des réunions au niveau national sur l'analyse des retours d'expérience pour l'ensemble du parc nucléaire et sur les évolutions des référentiels de sûreté nationaux.

 

Élaboration et diffusion des documents de référence sur la sûreté

  • Effectuer une veille sur l'évolution des règles générales d'exploitation et des recommandations du secteur.
  • Piloter les mises à jour des référentiels sûreté en fonction des informations reçues de l'Autorité de sûreté nucléaire.
  • Organiser la structure du référentiel sûreté et rédiger les documents explicatifs associés.
  • Diffuser les procédures auprès de l'ensemble de la centrale.

 

Gestion des relations techniques avec les autorités liées à la sûreté nucléaire

  • Assister les services d'exploitation ou de maintenance dans l'instruction des demandes de dérogations aux règles générales d'exploitation et les réponses aux recommandations et demandes de l'Autorité de sûreté nucléaire.
  • Collecter les avis des experts techniques (mécanique, robinetterie, chaudronnerie...) sur les dossiers sûreté et organiser les comités de relecture des dossiers.
  • Répondre aux demandes des inspecteurs lors des inspections de la centrale par des services externes (Autorité de sûreté nucléaire, EDF, associations internationales...).

 

1 - Les exigences liées à la sûreté comportent l'ensemble des dispositions relatives aux installations permettant de prévenir toute situation anormale (par exemple, respect des règles d'exploitation, réalisation des opérations de maintenance préventive...) et de détecter tout début d'anomalie (par exemple, par des contrôles périodiques).

2 - Des " événements à déclarer " sont des incidents ou accidents ayant un impact sur la sûreté des installations suffisamment important pour être déclaré officiellement auprès de l'Autorité de sûreté et pour figurer dans l'historique de la centrale.

3 - Les conditions d'exploitation d'une centrale nucléaire sont encadrées par le décret d'autorisation de création, ainsi que le rapport de sûreté et les règles générales d'exploitation, ces deux derniers documents étant approuvés par les pouvoirs publics lors de la mise en service de l'installation.

 

Activités éventuelles

  • Coordonner et animer le réseau sûreté du site.
  • Encadrer et animer une équipe.
  • Conduire et instruire les dossiers de dérogation aux règles générales d'exploitation auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire.

 

Variabilité des activités

L'ingénieur sûreté exploitation en centrale nucléaire peut, en situation d'urgence, participer au pilotage du réacteur.

 

Dans ce cas, il réalise les activités suivantes :

  • Effectuer une évaluation de la situation lors de la prise de fonction auprès du responsable de l'exploitation.
  • Identifier les procédures à mettre en œuvre pour conduire la tranche en fonction de l'événement constaté (consignes accidentelles ou procédures de redémarrage) en utilisant les référentiels.
  • Appliquer les bonnes procédures ou les faire appliquer par les opérateurs de conduite pour corriger l'événement.
  • Vérifier la réalisation des fonctions clés de conduite par les opérateurs en salle de commande (mise en route ou arrêt d'équipements, par exemple).
  • Effectuer la relève une fois la situation rétablie auprès de l'équipe d'exploitation.

 

Au sein d'entreprises ou de bureaux d'études spécialisés dans ce domaine, l'ingénieur sûreté nucléaire peut également intervenir lors de la phase de conception ou de démantèlement des installations.

Les études et analyses de sûreté ainsi que la rédaction d'exigences liées aux phases d'exploitation et de démantèlement constituent alors le cœur de ses activités. Il analyse les procédés sur le plan technique, émet des exigences sûreté en prenant en compte leur faisabilité et peut éventuellement faire des propositions pour répondre à ces exigences. Il échange ensuite avec les différents métiers intervenant dans la conception ou le démantèlement des installations sur la prise en compte de ces préconisations.

 

Pour prévenir les dangers liés aux installations nucléaires, les ingénieurs sûreté études et conception réalisent plusieurs missions :

  • Analyse des avant-projets de modifications ou de mise en place de procédés, d'équipements, d'installations en amont ou en aval du cycle du combustible...
  • Identification et analyse des risques de sûreté liés à l'exploitation de ces installations
  • Analyse et calcul des différents éléments permettant de garantir la sûreté dans l'exploitation de ces installations
  • Définition des exigences de sûreté et suivi de leur intégration dans les projets
  • Assistance aux ingénieurs d'études et à l'exploitant1
  • Rédaction des dossiers de sûreté à destination de l'Autorité de sûreté nucléaire

 

Par ailleurs, les ingénieurs sûreté peuvent prendre une part active aux visites décennales2 des centrales ou des usines de démantèlement.

L'ingénieur sûreté études et conception peut être en contact direct avec les services exploitation et maintenance d'une centrale en particulier, mais il est essentiellement en relation avec l'équipe sûreté interne aux centrales et avec l'Autorité de sûreté nucléaire.

 

1 - L'exploitant d'un site industriel est la personne physique ou morale, privée ou publique, qui exerce ou contrôle l'activité d'exploitation du site. Un certain nombre de responsabilités (juridiques, réglementaires, ..) sont associées à cette fonction.

2 - Les visites décennales font partie d'un système global de contrôle de la sûreté nucléaire défini réglementairement et mis en œuvre par l'Autorité de sûreté nucléaire. Ces visites approfondies engendrent des arrêts des réacteurs concernés pour contrôler de manière exhaustive la sûreté et prendre des décisions sur la durée d'exploitation pour chaque centrale.

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 30 et 35 k€

Jeune cadre : entre 35 et 50 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Bonne connaissance du réseau des acteurs de la sûreté nucléaire
  • Connaissances approfondies du fonctionnement des centrales nucléaires (installations, systèmes et équipements, conduite...)
  • Compétence technique de conduite des installations
  • Maîtrise des référentiels sûreté et de leur structuration, pour trouver les informations adaptées rapidement
  • Qualités rédactionnelles, notamment pour rédiger les dossiers d'instruction ou les rapports d'événements
  • Capacités d'analyse des risques et de diagnostic
  • Maîtrise des méthodes d'analyse des risques
  • Capacité à communiquer efficacement avec des interlocuteurs différents (internes et externes), se situant à tous les niveaux du management
  • Sens critique et capacité à prendre du recul, pour argumenter les analyses sûreté et les confronter aux analyses opérationnelles
  • Maîtrise des réglementations liées au secteur du nucléaire (installations classées pour la protection de l'environnement par exemple...)
  • Aisance dans l'utilisation des outils de gestion (logiciel de retour d'expérience, tableur et traitement de textes...)

 

Aptitudes professionnelles

  • Pédagogie, diplomatie et tact dans les relations pour diffuser la culture sûreté, notamment lors des confrontations avec le chef d'exploitation
  • Capacité à argumenter ses positions, en particulier en cas de débat contradictoire avec les opérationnels, pour garantir la sûreté des installations
  • Force de proposition sur de nouvelles analyses sûreté dans toute situation d'exploitation ou de maintenance
  • Capacité à gérer des situations de stress importantes, principalement lors de situations d'urgence, en cas d'incident ou d'accident
  • Rigueur et méthode
  • Disponibilité, eu égard aux astreintes à assurer

 

Le profil

Diplômes requis

  • Écoles d'ingénieurs généralistes ou spécialisées en électronique, automatismes, mécanique ou thermodynamique (INSA, Centrale, Mines, Supélec, Arts et Métiers, ENSE3, Phelma, ...)
  • Écoles d'ingénieurs spécialisées en génie nucléaire (INSTN...). Bac+5 en maîtrise des risques industriels (Écoles d'ingénieurs ou universités, master nucléaire)

 

Durée d’expérience

Les postes en bureaux d'études sont accessibles à des jeunes diplômés.

Pour les postes en centrale nucléaire, une formation interne longue est obligatoire, et une expérience dans le secteur du nucléaire est appréciée.

 

Postes précédents (P-1)

  • Opérateurs de conduite ou techniciens, en évolution interne avec un parcours long de formation
  • Cadres techniques opérationnels au sein de la centrale, principalement dans le service conduite

 

Qui recrute ?

  • EDF
  • AREVA
  • Sociétés d'ingénierie et de services, dans le cadre d'activités liées au secteur nucléaire (conception, modernisation, extension, démantèlement d'installations...)

 

Rattachement hiérarchique

  • Chef de service sûreté qualité (au sein de la filière indépendante de sûreté de chaque centrale)
  • Directeur opérationnel au sein de sociétés d'ingénierie
  • Directeur de l'agence démantèlement
  • Responsable du pôle d'expertise sûreté nucléaire

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Le service exploitation/conduite de la centrale (le chef d'exploitation et les équipes de conduite)
  • Le réseau sûreté au sein de la centrale
  • L'ensemble des départements ingénierie (maintenance notamment)

 

Externes :

  • L'Autorité de sûreté nucléaire (régionale et nationale)
  • Les associations nationales et internationales liées à la sûreté nucléaire (WANO, AIEA...)

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Ingénieur sûreté arrêt de tranche : il rejoint alors la filière opérationnelle, en apportant une compétence spécifique sûreté et une connaissance particulière des référentiels
  • Chef d'exploitation en centrale nucléaire
  • Formateur sûreté au sein d'une centrale nucléaire pour l'ensemble des services de la centrale