« L'ingénieur en environnement atmosphérique doit avoir de solides connaissances scientifiques (physique, chimie et biologie) pour pratiquer son cœur de métier (réalisation d'études). » - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Services techniques

lu 0 fois | publié le 18/01/2012

Témoignage · « L'ingénieur en environnement atmosphérique doit avoir de solides connaissances scientifiques (physique, chimie et biologie) pour pratiquer son cœur de métier (réalisation d'études). »

Etienne de Vanssay, Dirigeant, Cap Environnement et Président, Fimea (Fédération Interprofessionnelle des Métiers de l'Environnement Atmosphérique)

Diplômé d'un doctorat en chimie de la pollution atmosphérique et en physique de l'environnement, Etienne de Vanssay étudie durant sa thèse l'atmosphère de Titan, l'un des satellites de Saturne. Il part ensuite aux Etats-Unis sur un contrat de " research associate ", à l'université de Cornell, pour poursuivre ses recherches.

En 1997, il rentre en France et crée en janvier 1999 sa société Cap Environnement.

« Je suis revenu en France avec un bagage, qui n'était pas forcément du goût des industriels et des autres entreprises, c'était totalement atypique et la création de ma propre société s'est imposée comme unique alternative à ma vision des choses.

 La " LAURE " ou loi Lepage de 1996 et l'arrêté intégré du 2 février 1998 sur les émissions de toute nature des ICPE1, initient un cycle de règlementation sur l'air que l'on retrouve maintenant compilé et codifié par le code de l'environnement. A cette époque, nous nous trouvions vraiment au tout début de la prise en compte règlementaire de la problématique de l'air, et au démarrage d'un transfert de compétences de l'ingénierie et de la recherche publique vers les opérateurs privés, avec une focale sur les émissions atmosphériques. »

Etienne de Vanssay initie donc, dans le cadre de Cap Environnement, une activité avec comme cœur de métier la mesure et l'étude des pollutions atmosphériques. Aujourd'hui épaulé par trois ingénieurs en environnement, dont deux sont spécialisés dans le domaine de l'air, Cap Environnement a élargi son champ d'intervention. Il réalise des études dans le domaine de la qualité de l'air intérieur et des émissions atmosphériques pour évaluer les impacts environnementaux, olfactifs ou sanitaires liés aux émissions urbaines ou rurales du trafic routier, à la production industrielle et énergétique des entreprises. Les études concernent également l'évaluation des expositions professionnelles aux postes de travail (risques chimiques).

« L'ingénieur en environnement atmosphérique doit être très conscient de la limite de ses compétences et savoir s'entourer des expertises qu'il ne possède pas pour répondre avec pertinence aux demandes qui lui sont adressées. Un bureau d'études en environnement atmosphérique doit savoir mobiliser une grande diversité de compétences qui ne relève pas forcément de son propre domaine d'intervention. »

Sur la base de son retour d'expérience conséquent, Cap Environnement propose aussi du conseil et de l'accompagnement dans la prise en compte des problématiques atmosphériques historiques ou émergentes telles que les champs électromagnétiques sur lesquels Cap Environnement développe depuis quelques années des compétences en mesure et modélisation.

Toutes ces études sont commandées par des clients aux profils variés : collectivités locales ou territoriales, services déconcentrés de l'état, industriels, bureaux d'études techniques ou encore cabinets d'architecture ou d'urbanisme.

« On voit bien à présent, que pour répondre à des interrogations réglementaires ou non réglementaires, les interventions portent sur une large gamme de mesures des paramètres physiques, chimiques et biologiques qui gouvernent la qualité des espaces dans lesquels nous vivons. »

Au sein de Cap Environnement, les ingénieurs se saisissent d'une étude et la mènent du début à la fin : ils reçoivent les demandes des clients souvent peu formés à ces problématiques et rédigent une offre pouvant faire l'objet de plusieurs aller-retour afin de répondre au mieux à leurs attentes. Une fois la commande passée, ils dimensionnent une intervention et la mettent en œuvre. Généralement, l'ingénieur en environnement atmosphérique programme une campagne de mesure qu'il réalise. Il suit les analyses envoyées en laboratoire, valide les résultats et rédige un rapport d'étude qu'il présente au client pour validation puis il procède à la facturation et suit son paiement. 

Les compétences demandées sont donc multiples, puisqu'elles se situent à la fois sur un plan technique (dimensionnement des campagnes de mesure, maîtrise des techniques métrologiques, analytiques et de modélisation, rédaction de rapports d'études) et sur un plan administratif et commercial.

Parallèlement à son activité, Etienne de Vanssay initie en 2009 la création de la Fimea (Fédération Interprofessionnelle des Métiers de l'Environnement Atmosphérique). Cette fédération a pour but de représenter la diversité des professions et des métiers qui interviennent dans la filière de l'air. Ses adhérents sont non seulement des bureaux d'études en ingénierie, que ce soit l'ingénierie de conception, de réalisation ou d'études et de la métrologie, mais aussi des industriels de la dépollution, des laboratoires d'analyse chimique et microbiologique, des cabinets conseil, des associations de professionnels... avec pour slogan : " fédérer et structurer la filière de l'air pour développer l'emploi par la création de valeur. "

« L'idée est de développer une activité durable, rentable et exportable dans une synergie de l'ensemble des acteurs de la filière française de l'air, qui comprend les services de l'Etat, l'ingénierie publique et les opérateurs privés. Le gisement d'emplois se trouvant dans le secteur privé, il faut que les PME de la Fimea puissent s'appuyer sur une ingénierie publique forte, support du développement de l'expertise française et des savoir- faire de la filière de l'air sur le territoire national et à l'export. »

 

1 - ICPE : Installations Classées pour la Protection de l'Environnement

A consulter