« Chercher l'origine des sources, comprendre les mécanismes d'émissions et engager une démarche d'amélioration continue, c'est cela le travail d'amélioration de la qualité de l'air à l'intérieur des véhicules. » - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Services techniques

lu 0 fois | publié le 18/01/2012

Témoignage · « Chercher l'origine des sources, comprendre les mécanismes d'émissions et engager une démarche d'amélioration continue, c'est cela le travail d'amélioration de la qualité de l'air à l'intérieur des véhicules. »

Odile d'Argouges, Ingénieur Métier Prestation Qualité de l'Air Intérimaire (CRIT), Renault

Après avoir intégré l'école de chimie de Mulhouse en 1998, Odile d'Argouges saisit l'opportunité de partir travailler un an en Australie durant ses études : au sein d'une usine de fabrication de fonte et d'acier, elle fait de la modélisation de procédés industriels, en tant qu'ingénieur. Après avoir finalisé son DEA en " Analyse des surfaces et des interfaces ", Odile d'Argouges rejoint un laboratoire de l'école Centrale à Paris, et participe à une action de recherche sur le recyclage d'effluents industriels, en partenariat avec Veolia. 

Changeant d'horizon, elle part ensuite en tant que volontaire civil à l'aide technique, pendant un an et demi, dans les terres australes et antarctiques françaises, sur l'île d'Amsterdam. Responsable sur site de programmes de mesures atmosphériques nationaux et internationaux, sa mission consiste à assurer le bon fonctionnement des instruments et à compiler et transmettre les données. Cette expérience humaine est aussi pour elle l'occasion de s'intéresser de plus près à la thématique de l'air, et lui permet de poursuivre ses recherches en réalisant une thèse sur les méthodes de mesure des aérosols présents dans l'air des mégapoles (Paris et Pékin).

« J'ai toujours fait des choses en rapport avec l'environnement : comment recycler l'énergie (chaleurs des combustions), les déchets (cendres de centrales thermiques), les effluents quand j'ai travaillé à l'Ecole Centrale, et maintenant dans le domaine de l'air et des matériaux. »

Forte de ces expériences, Odile d'Argouges est recrutée, pour une mission déterminée par Renault, dans le service " Conception pour matériaux écologiques " de la Direction de l'Ingénierie des Matériaux : au sein de l'équipe " Qualité de l'Air ", elle travaille sur l'amélioration de la qualité de l'air dans les véhicules en mesurant les émissions des matériaux qui composent l'habitacle. 

« Renault a une politique environnementale complète. Elle concerne tant le développement des véhicules de sa gamme - la qualité de l'air à l'intérieur de l'habitacle en est l'une des illustrations - que les implantations industrielles où les véhicules sont produits. Des équipes travaillent par exemple sur la qualité de l'air  en milieu industriel, avec un objectif de surveillance de l'environnement et de l'hygiène du travail. »

Les missions d'Odile d'Argouges, chez Renault, s'articulent entre pilotage transversal d'actions de progrès avec les bureaux d'études et les fournisseurs et travail en laboratoire. En effet, l'activité intègre à la fois une partie mesure pour identifier les sources et une action avec les bureaux d'études et les fournisseurs pour la recherche de solutions de remplacement ou d'amélioration de formulations.

« Ces mesures, il faut ensuite les rendre claires et compréhensibles pour les personnes à qui elles sont destinées. Ce sont souvent des personnes chargées d'un projet véhicule qui ont besoin de ces informations : ce ne sont pas forcément des chimistes, il faut donc savoir formuler les résultats. »

Il est clair que les compétences de chimiste, ainsi que la maîtrise de l'instrumentation, sont essentielles pour réussir dans ce poste. Odile d'Argouges précise aussi que « le management de projet, même s'il n'est pas le cœur de métier de l'ingénieur, est forcément présent, puisque le travail s'effectue en équipe ». L'ingénieur qualité de l'air peut aussi passer d'un domaine à un autre, puisqu'il peut appliquer ses connaissances tant dans la mesure des émissions des matériaux, que dans la mesure de l'air intérieur ou extérieur car le traitement de l'air entrant dans l'habitacle fait également partie du périmètre d'activité de l'équipe.

« Je suis arrivée dans le domaine de la qualité de l'air à une période charnière, où l'on commençait à se dire que c'était vraiment important : aujourd'hui, il y a des postes bien identifiés et des formations ciblées, cela reste un domaine en plein développement. »

A consulter

Mots-clés : métierqualitéindustrie