Coordonnateur SPS (construction) - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Services techniques

lu 31 fois | publié le 27/09/2017

Coordonnateur SPS (construction)

Le coordonnateur sécurité protection de la santé (SPS) a pour mission d'assurer la coordination d'un chantier sous l'angle de la sécurité et de la protection de la santé des équipes. Il établit le plan de prévention et contrôle sa mise en œuvre à chaque étape de la réalisation des travaux. Il intervient sous la responsabilité du maître d'ouvrage qui lui confère l'autorité et les moyens d'accomplir sa mission.

 

N.B. : la fonction de coordonnateur SPS a été créée par la loi du 31 décembre 1993 et depuis 2003, la désignation du coordonnateur SPS par le maître d'ouvrage est obligatoire dès la phase d'élaboration de l'APS (avant-projet sommaire).

 

Autres intitulés

  • Ingénieur coordination sécurité protection de la santé
  • Ingénieur contrôle technique construction
  • Diagnostiqueur sécurité protection de la santé
  • Ingénieur sécurité prévention

 

Activités principales

Élaboration du plan de prévention de sécurité et de prévention de la santé (PPSPS)

  • Analyser le dossier technique et les plans relatifs à l'aménagement du chantier transmis par le maître d'œuvre (architecte, bureau d'études...).
  • Effectuer une visite préalable du chantier avec un représentant de l'ensemble des entreprises qui interviendront (dirigeants, conducteurs de travaux, responsables du chantier, voire représentants du comité hygiène sécurité conditions de travail, médecins du travail).
  • Réception des documents remis par le client : plans de masse (accès, voie de circulation, aires de stockage), plans des locaux indiquant la localisation du chantier et les consignes de sécurité (règlement intérieur).
  • Définir précisément les risques et les modalités d'intervention des entreprises amenées à opérer sur le chantier.
  • Élaborer le plan général de coordination (PGC), le dossier d'intervention (DIUO) et intervenir en appui conseil lors des phases de concours, d'avant-projet (APS et APD) et de consultation des entreprises (DCE, DIUO...) sur l'intégration de choix ou d'aménagements techniques relatifs au projet.
  • Enrichir le registre-journal de coordination SPS (RJ ou RJC) au fur et à mesure de l'avancée du projet.
  • Définir le plan de prévention en matière d'hygiène et de sécurité lorsque plusieurs entreprises interviennent sur les chantiers.

 

Déploiement du PPSPS sur le chantier

  • Valider les directives retenues en matière de sécurité, process, organisation des secours, en lien avec le maître d'œuvre et les équipes travaux.
  • Transmettre aux entreprises intervenant dans la réalisation des travaux le document de référence en matière de coordination sécurité (PPSPS).
  • Mener une veille administrative et réglementaire et conseiller les conducteurs de travaux et les chefs de chantier sur les règles à respecter en matière de sécurité et d'hygiène.
  • Participer à l'élaboration du calendrier d'exécution prévisionnel des travaux (phasage, séquences d'approvisionnement et d'entreposage) en lien avec le conducteur de travaux, les chefs de chantier et les représentants des entreprises prestataires.
  • Informer les entreprises et leurs représentants des règles de sécurité et de coordination à mettre en œuvre durant le chantier ; en particulier lorsque plusieurs corps de métier interviennent simultanément.
  • Veiller à la coordination des actions des entreprises : entreposage, levage, déplacement de matériel.

 

Contrôle de l'application des procédures de sécurité et de prévention

  • Animer le collège interentreprises de sécurité, de santé et des conditions de travail (CISSCT) et effectuer les comptes rendus auprès des acteurs concernés (maître d'ouvrage, maître d'œuvre, maîtrise d'œuvre d'exécution).
  • Agrémenter et enrichir le DUIO et le registre-journal de coordination sécurité au gré des aménagements du chantier jusqu'à sa livraison.
  • Contrôler le respect des directives et mener une veille active sur l'évolution du cadre législatif et réglementaire en matière de santé et de sécurité sur le chantier.
  • Rassembler l'ensemble des pièces administratives et techniques (DIUO...) et veiller à leur transmission au maître d'ouvrage dans le cadre de la livraison.
  • Prendre en charge la réalisation d'études complémentaires (audit de sécurité, vérification de procédures) en matière de sécurité ou de santé en cas de litiges ou de réserves lors de la livraison de l'ouvrage.

 

Activités éventuelles

Le coordonnateur sécurité protection de la santé peut présider le collège interentreprises de sécurité, de santé et des conditions de travail (CISSCT), qui est une structure de concertation, si l'envergure du chantier le requiert, soit les opérations de 1re catégorie (plus de 10 000 hommes/jour).

Le coordonnateur SPS peut disposer d'un périmètre d'intervention plus large qui dépasse le respect des procédures réglementaires en matière de santé et de sécurité. Il s'investira par exemple dans la mise en œuvre et le contrôle d'une démarche plus globale de qualité hygiène sécurité environnement (voir la fiche : responsable QHSE). Sa fonction sera celle de correspondant QSE, il sera chargé d'appliquer de façon opérationnelle la politique de l'entreprise en matière de sécurité et de prévention.

S'investir dans la formation et l'accompagnement de ses clients en matière de santé et de sécurité est une de ses fonctions. Moins dans une activité de contrôle, il crée des modules spécifiques en lien avec les services de formation de l'entreprise.

Le coordonnateur SPS peut également participer au développement commercial lorsqu'il exerce en cabinet. Son rôle est alors proche de celui d'un ingénieur d'affaires : il fidélise et développe une clientèle de maîtres d'ouvrage et de maîtres d'œuvre.

 

Variabilité des activités

Les activités du coordonnateur sécurité protection de la santé peuvent varier selon…

La complexité des travaux :

Le nombre de jours/homme et d'entreprises impliqués dans les travaux conditionne le type de coordonnateur SPS mobilisé. Pour les opérations de très grande envergure - dites de première catégorie (supérieures à 10 000 jours/homme, plus de 10 entreprises) -, le coordonnateur SPS doit mettre en place un plan de coordination simplifié qui dresse les grandes lignes des directives à appliquer en matière de santé et de sécurité (DIUO : dossier d'intervention ultérieur sur l'ouvrage). Ce dernier est obligatoire uniquement lorsque le chantier doit prendre en compte des risques particuliers. Pour les chantiers de deuxième (500 jours/homme sur 30 jours) et troisième catégories, d'envergure plus modeste, le CSPS doit définir un plan général de coordination qui détaille et spécifie précisément les règles à appliquer (élaboration du DIU, PPSPS, PGC). Des habilitations spécifiques délivrées par des organismes agréés (Apave), sont alors impératives pour exercer le métier de coordonnateur SPS : de la plus polyvalente et confirmée (niveau 1 : intervention sur tout type de travaux) à la plus spécifique (niveau 3 : limitée aux opérations de troisième catégorie)1.

 

Le secteur d'intervention :

Le coordonnateur SPS exerce principalement dans le secteur du BTP. Il intervient en appui de la maîtrise d'œuvre, en support dans les phases de conception et de réalisation des ouvrages pour définir la politique en matière de sécurité et de prévention (conditions de travail, hygiène...). Le CSPS travaille également dans les environnements industriels (production de matériaux...) et s'intitule ingénieur sécurité prévention, ingénieur HSE ou QHSE. Il a alors un rôle plus transversal : il formalise et décline la politique en matière de sécurité de l'entreprise et contrôle sa bonne application dans le cadre des activités de production.

 

L'envergure du projet :

Être coordonnateur SPS peut constituer un métier à part entière pour les projets d'un budget supérieur à 760 000 €. Pour les projets de moindre envergure, la coordination SPS peut être confiée à un conducteur de travaux ou un architecte tiers chargé du contrôle et de la surveillance technique des travaux. Suivant son niveau de formation et le mandat d'intervention, le coordonnateur SPS supervisera les actions de prévention en matière de santé/sécurité sur l'ensemble du projet ou sur certaines phases (conception, réalisation des travaux) ou encore sur des thématiques spécifiques (travaux en hauteur, échafaudages, ergonomie, prévention générale). Cette mission peut également être exercée par un cadre polyvalent issu des filières travaux (conducteur ou directeur de travaux) ou études (architecte).

 

Le type d'employeur :

Lorsque le coordonnateur SPS intervient pour le compte d'une entreprise cliente, il est amené à définir et à mettre en œuvre une politique globale de santé et de sécurité. Il est chargé de concevoir et de superviser l'application sur les chantiers de la politique en matière de santé et de sécurité (ingénierie, suivi de l'application, formation). Il intervient autant en contrôle qu'en prévention au sein de l'entreprise. Lorsqu'il exerce dans un organisme de contrôle, il travaille sur la conformité des projets par rapport à la réglementation en matière de santé et de sécurité (code du travail, etc.). Il peut également exercer dans des cabinets d'architecture, des bureaux d'études ou sein d'organismes de contrôle. Dans ce cas, la coordination SPS est une fonction complémentaire qui vient s'ajouter au métier de base des cadres : architectes, ingénieurs d'études, ingénieur contrôleurs. Ces derniers interviennent dès lors dans le cadre de missions d'inspection auprès des entreprises de construction. Le métier de coordonnateur SPS peut enfin s'exercer en libéral. Dans ce cas, ces professionnels sont responsables de leur propre portefeuille de clients et du développement commercial de leur activité auprès d'une clientèle de maîtres d'œuvre et d'entrepreneurs.

 

1 - Cf. Dispositions de l'article R238.8 du Code du travail qui classe les opérations de bâtiment et de génie civil et les niveaux de compétence attendues du coordonnateur SPS.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 30 et 40 k€

Cadre confirmé : entre 40 et 50 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Expertise de la conception et de la réalisation d'un projet de construction : immobilier, maîtrise d'œuvre, conduite de travaux, fonctionnement de chantier
  • Bonne connaissance des différents corps de métier et fonctions intervenant dans la réalisation d'un projet de construction : équipes travaux, matériel, études
  • Maîtrise du cadre juridique (droit du travail, droit immobilier), réglementaire (normes OHSAS, ISO 14001) et des spécificités techniques propres aux domaines de la santé, de l'hygiène et de la sécurité au travail (amiante, sécurité incendie, construction de façades : document technique unifié 33, réglementation thermique : RT 2000...)
  • Forte expertise technique des outils et des pratiques de la construction (outils CAO/DAO, analyse de plans, études techniques, études des risques)
  • Maîtrise des outils bureautiques (tableur, traitement de texte) et bonnes capacités de rédaction pour produire les documents et les rapports de référence destinés aux différents acteurs d'un projet (PPSP, DIUO)
  • Aptitude à la gestion économique et financière, à la planification de projet et au développement commercial (en particulier lorsqu'il exerce chez un prestataire)

 

Aptitudes professionnelles

  • Autonomie, car le coordonnateur SPS intervient en tant que personne morale, seul, sans pouvoir ni autorisation de délégation
  • Forte capacité d'organisation et de communication, car le coordonnateur SPS est un animateur. Il intervient en support de l'ensemble des acteurs d'un projet de construction : le client pour l'informer, le maître d'œuvre pour définir la politique de sécurité, les équipes travaux pour assurer le respect opérationnel des règles de sécurité.
  • Diplomatie, pédagogie et capacité à travailler en mode projet, car le coordonnateur SPS représente un tiers. Il est mandaté par contrat par le maître d'ouvrage pour contrôler la réalisation d'un projet.
  • Sens de la précision, car le coordonnateur SPS est garant de la qualité des documents nécessaires au contrôle des travaux (PPSP, DUIO)
  • La fonction de coordonnateur sécurité comporte des responsabilités civiles et pénales importantes dont il faut savoir mesurer l'ampleur.

 

Le profil

Diplômes requis

  • Écoles d'ingénieur spécialisées dans le bâtiment, les travaux publics ou le génie civil (ENSTP, CUST, CHEBAP...), INSA Lyon
  • Formation universitaire bac +2 à 5 (DUT, licence professionnelle, master...) dans le secteur de la construction (BTP, travaux, études techniques, économie de la construction) ou de la production industrielle (sécurité, prévention, maintenance)

 

N.B. : les modalités d'accès à la fonction sont définies par décret. Pour exercer le métier de coordonnateur SPS, il est obligatoire de posséder une attestation de compétences correspondant à un niveau d'habilitation et à une phase de travaux (par exemple, compétence de niveau 1 : toutes catégories d'opérations, compétence de niveau 2 : opérations de 2e et 3e catégories, niveau 3 : opérations de 3e catégorie). Cette attestation de compétences est délivrée pour cinq ans, à la suite d'une formation délivrée par un organisme agréé. La durée de la formation varie en fonction du niveau d'attestation ; elle est actualisée tous les cinq ans.

 

Durée d’expérience

Le métier de coordonnateur SPS est accessible à de jeunes cadres (un à cinq ans d'expérience), ainsi qu'à des cadres confirmés (plus de cinq ans) issus de la conduite de travaux, de la maîtrise de chantier, de l'architecture ou des études.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Grandes entreprises, PME du secteur du BTP
  • Sociétés d'assurances spécialisées dans le secteur de la construction
  • Organismes de contrôle technique et de certification
  • Cabinets d'architectes

 

Rattachement hiérarchique

 

Environnement de travail et interlocuteurs

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Ingénieur QHSE
  • Ingénieur sécurité prévention (production industrielle)
  • Créateur de sa propre agence d'ingénierie et de contrôle SPS