« Le rôle de l'acheteur industriel doit dépasser le seul cadre de la négociation. La valeur ajoutée se situe aujourd'hui dans son apport à la stratégie achats de l'entreprise. » - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Temoignages

lu 0 fois | publié le 20/07/2009

Témoignage · « Le rôle de l'acheteur industriel doit dépasser le seul cadre de la négociation. La valeur ajoutée se situe aujourd'hui dans son apport à la stratégie achats de l'entreprise. »

Camille Berne, Acheteur composants électroniques, MGE UPS Systems (filiale de Schneider Electric)

Diplômée de l’ENSCP (école d’ingénieurs chimistes) en 1996, puis d’un mastère en polymère et pétrochimie réalisé à l’ENSPM, Camille Berne a une formation initiale scientifique et spécialisée. Elle travaille chez Exxon Mobile, puis change de secteur et rejoint Décathlon en tant qu’ingénieur packaging. « J’ai découvert la fonction achats car les ingénieurs packaging chez Décathlon réalisent eux-mêmes leurs achats de composants. »

Elle s’oriente alors vers les achats et intègre BSN (ex-filiale de Danone) en tant que responsable achats, puis MGE, où elle évolue depuis quatre ans en tant qu’acheteur de composants électroniques « Je voulais travailler en achats de production car la valeur ajoutée technique est très forte. »

MGE est une filiale de Schneider Electric spécialisée dans la fabrication et la distribution d’onduleurs, qui assurent la sécurité de l’énergie aussi bien pour les entreprises (groupes, TPE, hôpitaux…) que pour les particuliers.

L’entreprise compte environ 2 500 salariés et six sites de production (trois en France, deux en Chine et un aux États-Unis). La Direction des achats est rattachée à la Direction générale de l’entreprise et compte environ vingt acheteurs en France, dix en Chine et cinq aux États-Unis. L’organisation est matricielle : à la fois par zone et par technologie. Camille Berne est en charge de l’ensemble des achats de composants électroniques et garante de la coordination des trois zones mondiales pour cette famille d’achats.

Elle gère un budget d’environ 15 M€ pour un panel d’une trentaine de fournisseurs. « Notre objectif est de concentrer les volumes. Aujourd’hui, cinq fournisseurs représentent environ 75 % des volumes d’achats. »

Dans son portefeuille, les condensateurs de puissance représentent une part très significative des achats (environ 70 %). Il s’agit par ailleurs d’un composant critique en terme de qualité du produit fini. « La relation avec les équipes R&D, logistique, services et qualité est très importante ; cela concourt à la définition du besoin tant technique que qualité. Nous mettons en place, en permanence, des programmes d’audit et d’amélioration de la qualité, avec des équipes transverses que je pilote. Les Comités des directions industrielles, achats et R&D se réunissent pour allouer des ressources en fonction des enjeux. »

Outre l’approche qualité, la valeur ajoutée de l’acheteur se situe dans le « marketing achats », c’est-à-dire l’étude et la compréhension du marché mondial, afin d’orienter les choix stratégiques de l’entreprise : « La veille technologie, l’étude des “roadmaps” fournisseurs, le suivi de l’évolution mondiale de mon marché… Tout cela me permet d’anticiper et d’orienter les équipes projet en charge du développement des nouveaux produits pour chacune des technologies dont j’ai la charge. »

Un autre enjeu de l’acheteur est de sélectionner les fournisseurs sur la base de leur intérêt à travailler avec son groupe. « Il faut comprendre leurs objectifs et les évaluer en fonction des nôtres. Nous souhaitons construire une relation de long terme avec eux. Et nous cherchons à travailler avec des fournisseurs pour lesquels nous sommes un client stratégique. »

« Contrairement aux idées reçues, les plus gros gains en matière d’achats industriels ne se font pas uniquement sur la négociation commerciale. Il s’agit davantage de bien connaître son marché et ses technologies et de savoir sélectionner ses fournisseurs en fonction de critères stratégiques. Le métier de l’acheteur est aujourd’hui très transversal et proche des métiers de l’entreprise. »