Responsable d’exploitation transport de voyageurs - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Services techniques

lu 2 fois | publié le 19/11/2018

Responsable d’exploitation transport de voyageurs

Au contact du terrain, le responsable d’exploitation transport de voyageurs organise les opérations quotidiennes de transports en garantissant la continuité, la qualité et la sécurité de service dans le respect des réglementations légales et conventionnelles en vigueur. Il est responsable de la performance de l’exploitation, de l’optimisation des processus et de l’amélioration de la productivité.

Autres intitulés

  • • RESPONSABLE D’EXPLOITATION EN TRANSPORT DE PERSONNES
  • RESPONSABLE D’EXPLOITATION VOYAGEURS
  • CHEF·FE D’EXPLOITATION TRANSPORT DE VOYAGEURS
  • RESPONSABLE DES OPÉRATIONS DE NAVIGATION (FLUVIAL ET MARITIME)
  • RESPONSABLE D’EXPLOITATION RÉSEAU BUS

 

ACTIVITÉS PRINCIPALES

Organisation et gestion opérationnelles

  • Participer à l’élaboration des réponses aux appels d’offres de marchés publics et privés.
  • S’assurer de la disponibilité des moyens matériels d’exploitation (flotte, systèmes informatiques, téléphonie, etc.).
  • Définir les missions et les objectifs de l’équipe opérationnelle.
  • Organiser ou s’assurer de la bonne réalisation des plannings de conducteurs et de véhicules du site d’exploitation (horaires, roulement, gestion des imprévus).
  • Garantir une qualité de service.
  • Optimiser les flux d’informations entre les responsables opérationnels.
  • Superviser le règlement des litiges et des réclamations clients.
  • Superviser la gestion de la billetterie et de la caisse.

Management et gestion des ressources humaines

  • Encadrer et manager les équipes d’exploitation (y compris les procédures disciplinaires).
  • Participer à l’animation de réunions de travail relatives à l’exploitation.
  • Élaborer la prépaie du service exploitation.
  • Être le·la garant·e du respect de la législation sociale transport.

Gestion de la sécurité des clients et des collaborateurs

  • Veiller au respect des règles de sécurité.
  • S’assurer du respect des règles légales et conventionnelles (temps de conduite, heures supplémentaires, temps de repos, etc.).
  • Assurer un suivi de l’accidentologie.

Suivi budgétaire et contrôle de l’optimisation de la productivité

  • Participer au suivi et à l’analyse des indicateurs de production et de rentabilité.
  • Atteindre les objectifs de productivité fixés dans le budget et contrôler la masse salariale.
  • Proposer des axes d’amélioration à sa hiérarchie.
  • Participer à des projets et des évolutions techniques.

 

Activités éventuelles

  • Réaliser des astreintes (soirs/week-ends en roulement, jours fériés), horaires décalés possibles.
  • Gérer un parc de véhicules (détermination des besoins, contrat de sous-traitance, etc.).
  • Être le·la garant·e du bon climat social (relations avec les IRP).
  • Mener ou participer à une politique de conduite du changement.

 

Variabilité

La mission de responsable d’exploitation en transport de voyageurs dépend de la taille et de l’activité de l’entreprise. Elle peut s’exercer dans le domaine du transport routier, maritime, fluvial, aérien ou dans une combinaison multimodale des opérations.

L’activité varie selon la nature de l’organisation (groupe, réseau, indépendant, etc.), la typologie de transport (lignes régulières, transport scolaire, tourisme, grand tourisme, transport occasionnel) et le périmètre concerné (local, régional, national, international). L’activité peut s’exercer auprès de publics spécifiques (personnes en situation de handicap, adultes et/ou enfants, personnes à mobilité réduite, etc.).

Selon son rattachement hiérarchique, le métier peut demander plus d’autonomie et être proche de celui de directeur d’exploitation.

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Les acteurs historiques du transport sont aujourd’hui confrontés à l’arrivée de nouveaux usages (autopartage, covoiturage, VTC, etc.) et de nouveaux comportements. Si le temps de trajet reste primordial pour les usagers dans le choix des transports qu’ils utilisent, le coût, le confort, la fiabilité et la sécurité constituent également des critères décisifs pour les voyageurs. L’attitude des usagers change, avec une plus grande attention accordée aux coûts des déplacements (carburant, stationnement, péage), une plus grande sensibilité aux questions environnementales (émissions de gaz à effet de serre, réchauffement climatique, pollutions) et un goût prononcé pour de meilleures conditions de transport (santé, désir d’éviter le stress de l’affluence et de la perte de temps).

Par ailleurs, les phénomènes de digitalisation impactent les métiers du transport de voyageurs dans la mesure où ils induisent une transformation de leurs habitudes et de leurs besoins en matière d’accès à l’information.

Pour les gestionnaires des réseaux de transport, l’enjeu est d’améliorer l’expérience utilisateur et l’information des voyageurs (IV). Cela les pousse à innover afin de garder leur clientèle et de continuer à attirer de nouveaux voyageurs. Il s’agit de mieux comprendre le comportement de leurs passagers afin d’optimiser leurs offres en créant des services adaptés et personnalisés (alertes en cas d’incident, réception d’informations sur l’intensité du trafic, taux de remplissage des transports à venir, avertissement de sécurité, etc.) via des smartphones, des applications ou in situ.

L’enjeu pour les acteurs des transports de voyageurs réside aussi dans une meilleure gestion de leur réseau. Mieux connaître les flux de passagers permet d’augmenter l’efficacité opérationnelle en ayant la possibilité de superviser le réseau en temps réel, d’où l’essor des SAEIV qui permettent notamment la géolocalisation.

Sous l’effet des contraintes environnementales, économiques et démographiques, les collectivités et les particuliers tendent à privilégier de plus en plus les modes de déplacement collectifs. Les transports en commun n’ont jamais été aussi utilisés qu’aujourd’hui dans un contexte où l’éco-mobilité se développe pour un usage des transports moins polluants, moins dangereux et plus économes en énergie.

Au cours des dernières années, plusieurs éléments sont ainsi venus impacter le secteur du transport de voyageurs avec pour effets des évolutions importantes dans l’organisation des activités et les aptitudes et compétences demandées.

Le personnel d’exploitation (navigants ou conducteurs routiers) est de plus en plus amené à utiliser des outils informatisés embarqués. De nouveaux outils qui modifient et améliorent les conditions de pratique des métiers, avec un enjeu de formation pour les maîtriser.

 

LE PROFIL

DIPLÔMES REQUIS

  • De formation minimum bac + 2, bac + 3 dans le domaine du transport (DUT GLT et titres professionnels)

DURÉE D’EXPÉRIENCE

Généralement, une expérience significative d’au moins trois ans en exploitation ainsi qu’en management (terrain) au sein d’une entreprise de transport personnes est nécessaire.

 

COMPÉTENCES TECHNIQUES

  • Connaissance de la réglementation applicable aux transports de voyageurs
  • Maîtrise des logiciels de gestion (SAEIV, graphicage, planning, etc.)
  • Utilisation de l’outil GMAO (logiciels de gestion de maintenance assistée par ordinateur)
  • Connaissance du matériel de navigation (GPS, VHF, etc.)
  • Maîtrise des outils bureautiques et informatiques
  • Connaissance du droit social
  • Attestation de capacité en transport de voyageurs
  • Permis D et Fimo appréciés (routier)
  • Compétences managériales

 

APTITUDES PROFESSIONNELLES

  • Leadership
  • Autonomie
  • Polyvalence
  • Sens de l’organisation
  • Rigueur
  • Disponibilité
  • Réactivité
  • Gestion et résistance au stress
  • Capacité d’analyse
  • Capacité d’anticipation
  • Sens de l’écoute, proximité avec les équipes
  • Sens de la communication, qualités relationnelles
  • Sens du service client
  • Fiabilité, exemplarité
  • Capacités d’arbitrage et de négociation

 

LA MOBILITÉ

POSTES PRÉCÉDENTS (P-1)

  • Agent·e d’exploitation
  • Assistant·e études et méthodes

ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE (P+1)

  • Directeur·rice d’exploitation
  • Directeur·rice/chef·fe d’agence
  • Création ou reprise d’une entreprise de transport

 

RÉMUNÉRATION

  • Jeune cadre : entre 30 et 45 k€
  • Cadre confirmé·e : entre 45 et 65 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et statut d’entreprise, etc.)

Certains responsables d’exploitation bénéficient d’une part variable selon les objectifs.

 

QUI RECRUTE ?

  • Entreprises privées ou publiques de transport de voyageurs
  • Directeur·rice d’exploitation

 

RATTACHEMENT HIÉRARCHIQUE

  • Directeur·rice général·e
  • Directeur·rice de filiale
  • Directeur·rice adjoint·e
  • Directeur·rice d’agence
  • Gérant·e
  • Directeur·rice d’armement (maritime et fluvial)

 

ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL ET INTERLOCUTEURS

En interne :

  • Personnel d’exploitation, conducteur·rice·s
  • Direction technique (maintenance, qualité, méthodes, etc.)
  • Direction commerciale et marketing
  • Direction générale
  • Direction des ressources humaines
  • Instances représentatives du personnel (IRP)

En externe :

  • Clients
  • Administration publique (police nationale et gendarmerie, collectivités territoriales, préfecture, élus, etc.)
  • Conseils locaux de prévention de la délinquance
  • Organisations professionnelles
  • Fournisseurs
  • Sous-traitants

 

MOTS-CLEFS

Appel d’offres, exploitation, graphicage, plannings, prépaie, régulation, roulement, suivi disciplinaire, système billettique, SAEIV

Mots-clés : métiertransporttransportslogistique

Dans les fiches Apec


Sur le même sujet

Offres d'emploi associées

Rejoignez

La communauté des cadres