Responsable du recrutement - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Ressources humaines

lu 143 fois | publié le 25/09/2017

Responsable du recrutement

Le responsable du recrutement définit et applique la politique de recrutement de l’entreprise en identifiant et en attirant les candidats dont les compétences et le potentiel correspondent aux besoins. Il veille à accompagner leur intégration.

Autres intitulés

  • Responsable recrutement et formation
  • Responsable recrutement et mobilité
  • Responsable recrutement et développement des compétences
  • Responsable recrutement et communication
  • Responsable recrutement et relations écoles
  • Chargé de recrutement
  • Consultant en recrutement

 

Activités principales

Définition de la politique de recrutement

  • Participer avec sa hiérarchie et la direction de l’entreprise à la définition d’une politique de recrutement cohérente, interne (mutation, promotion) et externe, en fonction des axes stratégiques de développement.
  • Évaluer et négocier un budget recrutement annuel ou pluriannuel correspondant aux objectifs fixés.
  • Se tenir informé de l’ensemble des évolutions structurelles (dispositions légales des contrats de travail, obligations légales pour l’entreprise...) et conjoncturelles (niveaux de rémunérations pratiqués sur le marché de l’emploi, rareté ou abondance des profils...).

 

Définition de poste

  • Établir la définition du poste à pourvoir avec le hiérarchique ayant exprimé un besoin.
  • Définir un profil de candidat en adéquation avec l’ensemble des missions inhérentes au poste : compétences techniques, qualités humaines, expérience requise, niveau de formation initiale...
  • Préciser le besoin en termes de délais avec le hiérarchique.

 

Communication

  • Piloter la diffusion des besoins de l’entreprise en matière de recrutement : rédaction et diffusion d’annonces.
  • Définir la stratégie de recherche des candidatures (sourcing) : presse, sites emplois, écoles, réseaux sociaux, etc., animer le contenu du site recrutement de l’entreprise.
  • Représenter l’entreprise dans l’ensemble des manifestations liées au recrutement : réponses aux journalistes, participation à des salons emploi, forums écoles...
  • Participer au plan de communication.

 

Sélection des candidats et entretiens

  • Gérer l’ensemble des candidatures adressées à l’entreprise.
  • Effectuer une présélection en fonction des critères de l’entreprise : besoins actuels spécifiques et besoins récurrents.
  • Piloter les entretiens avec les candidats réalisés par son équipe, ou les opérationnels ou les prendre en charge, selon le niveau du poste.
  • Évaluer leurs compétences et l’adéquation de leur profil et de leur motivation au poste, notamment avec des outils classiques (tests métier, tests psychotechniques, questionnaire de personnalité).
  • Rédiger des synthèses d’entretien présentant les points forts et les points faibles d’une candidature, destinées aux opérationnels pour la poursuite du processus de recrutement.

 

Suivi de l’activité et de l’intégration des candidats

  • Piloter la rencontre des candidats sélectionnés avec le futur hiérarchique.
  • Épauler le hiérarchique dans la définition d’une proposition d’embauche, notamment sur le plan de la rémunération.
  • Mener les négociations avec le candidat pour parvenir à un accord acceptable pour les deux parties.
  • Préparer les documents contractuels permettant à l’entreprise d’intégrer le candidat.
  • Assurer le suivi du candidat jusqu’à son intégration dans l’entreprise.
  • Effectuer le reporting régulier de son activité.

 

Activités éventuelles

Quand le sourcing n’est pas confié à un chargé de recherche, le responsable du recrutement en exploite les différents supports : bases de données, sites emplois (job-board), forums écoles, salons de recrutement, cooptation (souvent gratifiée par une prime), réseaux sociaux, mobilité interne, partenariats...

Souvent, sa fonction est associée à une autre activité RH : gestion de la mobilité interne, gestion de carrière (GPEC), formation, relations écoles, rémunérations...

Il peut être amené à piloter des projets transversaux : SIRH, réorganisation, reclassement, qualité, mise en place de nouveaux outils (progiciel de e-recrutement pour la gestion des offres d’emploi/stage et des candidatures, réponse automatisée...).

Il peut mettre en place ou faire évoluer les procédures de recrutement, définir une stratégie et des outils de sourcing, en cas de pénurie ou d’abondance de profils.

Il peut être amené à former et accompagner (coach) les managers opérationnels dans leur activité de recrutement.

Il peut sélectionner, superviser et piloter l’activité de prestataires RH (consultants externes, cabinets d’approche directe ou de communication RH).

Il peut être chargé de la communication interne : charte ou procédure de recrutement et de mobilité interne, rédaction du livret d’accueil, élaboration d’enquêtes de satisfaction, organisations d’évènements internes...

 

Variabilité des activités

En fonction de la taille de l’entreprise et de l’organisation des ressources humaines, le responsable recrutement peut exercer différentes missions.

Dans les grands groupes, véritable manager de l’activité recrutement, il encadre une équipe de chargés de recrutement et d’assistants administratifs. Il conserve éventuellement le recrutement de profils stratégiques ou rares, souvent avec le concours des cabinets de recrutement mandatés, notamment pour la « chasse de tête ».

Les chargés de recrutement sont plus ou moins spécialisés : par entité, zone géographique, population (jeunes diplômés Bac +4/5, ingénieurs, commerciaux, non cadres, stagiaires...). Leur poste est alors très orienté vers la conduite des entretiens et se trouve très surreprésenté. Les entretiens peuvent être nombreux (entre quinze et vingt par semaine).

Dans les entreprises de taille moyenne, il intervient sur l’ensemble du process, de la définition de fonction avec les opérationnels à la sélection puis à l’intégration des candidats. Il pilote l’ensemble des recrutements : intérim, contrats à durée déterminée ou indéterminée, agents de maîtrise ou cadres...

Il exerce souvent d’autres responsabilités autour du recrutement : sourcing, gestion de la mobilité interne ou de la formation, optimisation des procédures, élaboration de fiches de fonction, suivi des contacts écoles, mise en place d’un progiciel de gestion intégré (PGI), relations avec les organisations syndicales (groupes de dialogue social, par exemple pour la révision du statut ou des classifications), entretiens annuels...

Le responsable du recrutement gère les tâches administratives liées à son métier : promesse et fiche d’embauche, réponses aux candidats...

Dans les entreprises recrutant en nombre de jeunes diplômés, la mise en œuvre de la politique de l’emploi des juniors est souvent confiée à un responsable des relations écoles, également désigné comme responsable des programmes RH junior ou campus manager, chargé de différentes questions : accès à l’emploi (apprentissage/alternance, forum emploi,...), sponsoring, partenariats (academic relations), communication évènementielle, intégration...

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 30 et 40 k€

Cadre confirmé : entre 40 et 60 k€ (part variable liée à des critères qualitatifs et quantitatifs).

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Bonne connaissance de l’organisation et du fonctionnement de l’entreprise. Le responsable du recrutement doit connaître parfaitement les métiers de l’entreprise et les interactions existant entre les départements
  • Maîtrise des différents outils et techniques d’entretien pour pratiquer tout type d’entretiens (face-à-face, collectif, téléphonique, directif, semi-directif...)
  • Sensibilité ou culture technique correspondant au secteur dans lequel il évolue, dans un but de crédibilité, vis-à-vis des candidats et des opérationnels pour lesquels il recrute
  • Pratique des outils de gestion des candidatures (SIRH) et du sourcing
  • Législation sociale et jurisprudence : respect des informations personnelles, du principe de non-discrimination, de la concurrence dans les pratiques et documents (sourcing, entretiens, annonces, comptes rendus...)
  • Compétences en gestion de budget et en achat et négociation des prix des prestations (choix des cabinets extérieurs et des agences d’intérim)
  • Maîtrise de l’anglais, surtout dans le cadre de groupes à dimension internationale
  • Analyse et synthèse, rédaction : pour les comptes rendus aux managers ou opérationnels
  • Qualité d’écoute pour mener les entretiens de recrutement

 

Aptitudes professionnelles

  • Hauteur de vue pour piloter la politique de recrutement de l’entreprise ou évaluer avec un maximum d’objectivité les candidats
  • Qualités psychologiques et intuition, pour cerner la personnalité des candidats, les évaluer
  • Force de conviction, qualités de communication : savoir convaincre des atouts de l’entreprise et de l’intérêt d’un poste
  • Résistance à la pression : très exposé au sein de l’entreprise, il collabore avec les opérationnels, sur des sujets parfois sensibles. un retard, une erreur de recrutement peut générer de lourdes conséquences
  • Sens de l’organisation : il peut gérer des volumes importants de candidatures et mener de front de nombreux recrutements
  • Respect de la déontologie
  • Culture de l’innovation (ingénierie des moyens de sourcing des talents)

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation de niveau Bac +5 généraliste en gestion, administration, économie
  • Formation de niveau Bac +5 (master) spécialisée en psychologie, sociologie, sciences sociales
  • Formation de niveau Bac +5 (master) spécialisée en ressources humaines

 

Durée d’expérience

Le poste de responsable du recrutement s’adresse à des candidats ayant un minimum de cinq années d’expérience dans le recrutement, notamment en cabinet de recrutement.
Un poste plus junior (chargé de recrutement) peut être ouvert à des profils débutants.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Toute entreprise ou groupe suffisamment dimensionné (le plus souvent des structures dont l’effectif dépasse cinq cents salariés).
  • Cabinet conseil

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur des RH
  • Directeur du recrutement
  • Responsable RH
  • Responsable du développement RH
  • Directeur d’établissement (lorsque le recrutement est décentralisé)

 

Environnement de travail et interlocuteurs

  • Directeur d’établissement / Directions de l’entreprise (managers et opérationnels concernés)
  • Responsable rémunérations et avantages (compensation and benefits)
  • Responsable communication interne et externe
  • Responsable relations écoles
  • Responsable mobilité

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Le développement d’Internet offre au responsable du recrutement une large gamme d’outils. Le sourcing est plus adapté aux cibles (notamment la génération Y) : publication des offres dans les smartphones et les tablettes, communication collaborative web 2.0 (blogs, réseaux sociaux), job-boards (site de recrutement en ligne). 

En tant que community manager, il est amené à animer les échanges sur le site emploi de son entreprise ou y contribue.

Il peut à présent évaluer en ligne les candidats (tests d’aptitudes et de comportements, mises en situation professionnelles ou serious games).

Ces différents outils ont contribué à renforcer sa culture marketing et communication.

La gestion de l’image employeur (employer branding), associée à une sensibilisation du personnel à la e-réputation apporte à sa fonction un avantage compétitif sur un marché fortement concurrentiel (celui des technologies de l’information notamment).

L’enjeu pour lui est d’attirer les meilleurs talents en communiquant sur les valeurs de l’entreprise, la qualité de vie, le bien-être au travail, le respect d’une éthique ou de la diversité, (« salarié citoyen »), la reconnaissance des performances.

Désormais business partner auprès des managers et des opérationnels, il intervient en tant que prestataire interne, animé d’une forte culture clients.

Dans un contexte de maîtrise et suivi des coûts, pour les prestations externalisées le recours à un acheteur, souvent spécialisé dans les prestations intellectuelles, tend à se développer.

Le RPO (recruitment process out-sourcing) proposé par les prestataires peut représenter une solution par la flexibilité du process : le consultant en recrutement du cabinet assure une prestation en gérant les outils de recrutement mis à sa disposition (logiciels de recrutement et de gestion des candidatures).