Responsable technique (immobilier) - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Production industrielle, travaux et chantier

lu 41 fois | publié le 21/09/2017

Responsable technique (immobilier)

Le responsable technique contrôle et garantit l’exécution des travaux dans le strict respect des coûts, des délais, de la réglementation et de la qualité depuis la conception du projet jusqu’à la livraison de l’ouvrage. Il pilote les interventions techniques en veillant à concilier les intérêts de l’acquéreur et ceux du promoteur immobilier.

Autres intitulés

  • Responsable technique de réalisation/d’exécution,
  • Maître d’ouvrage technique de réalisation
  • Pilote de chantier

 

Activités principales

Participation à la conception d’un programme

  • Valider la faisabilité technique d’un programme avec les ingénieurs d’études
  • Préparer le budget des travaux
  • Participer à la rédaction du règlement de consultation des entreprises (DCE)
  • Constituer la liste des entreprises à consulter en tenant compte des qualités requises.
  • Lancer les appels d’offres et sélectionner les prestataires
  • Valider les devis chiffrés des ingénieurs en regard des objectifs économiques
  • Conclure les marchés de travaux

 

Conduite de travaux

  • Être responsable des chantiers de construction pour le compte du maître d’ouvrage.
  • Faire assurer la maîtrise d’œuvre du chantier.
  • Être le garant du respect des budgets et des délais de l’ensemble des chantiers dont il a la charge : gestion des plannings, des budgets et des ordres de paiement, validation des appels de fonds.
  • Veiller à la cohérence et à la pertinence des investissements engagés et des coûts d’exploitation.
  • Veiller à l’optimisation technico-économique des chantiers.
  • Suivre la qualité des travaux, et éventuellement la certification.
  • Animer des réunions en interne avec tous les acteurs du projet.
  • Visiter le chantier et assurer le pilotage avec le maître d’œuvre et le pilote.
  • Suivre et superviser au quotidien les conducteurs de travaux.
  • Réaliser le suivi administratif et financier de l’opération.

 

Réception des travaux

  • Contrôler la réception des travaux.
  • Vérifier la levée des réserves.
  • Gérer les sinistres (dommages ouvrages, garantie décennale, biennale, assurance propriétaire…).
  • Négocier les contrats de maintenance et manager les différents prestataires externes.
  • Suivre le parfait achèvement des travaux.
  • Mettre en place des actions préventives dans le cadre d’une démarche qualité.

 

Suivi et service après-vente

  • Prendre en compte le cadre juridique du contrat.
  • Gérer les travaux modificatifs acquéreurs et les levées de réserve.
  • Analyser la pertinence des réclamations.
  • Répondre aux acquéreurs ou locataires ; refus ou reconnaissance du problème et recherche de solutions techniques dans le cadre des garanties légales.
  • Coordonner et superviser la passation des contrats de maintenance : chauffage, ascenseurs, etc.
  • Clôturer le dossier et préparer la mise en archives pour le suivi des assurances et des responsabilités.

 

Activités éventuelles

  • Assurer une veille réglementaire et technologique sur l’évolution des techniques des équipements immobiliers.
  • Manager une équipe.

 

Variabilité des activités

Selon son niveau hiérarchique :

  • Le directeur technique va superviser les équipes techniques et sera donc le responsable hiérarchique.
  • Le responsable technique n’a a priori pas de rôle managérial, sauf avec les entreprises prestataires sur lesquelles il exerce un management transversal.

 

Selon sa spécialisation :

  • Son activité professionnelle peut être orientée études, il participe plus particulièrement au montage du dossier, à l’évaluation du coût du projet et à la rédaction des appels d’offres.
  • Il peut aussi être spécialiste de la production, et donc du suivi du chantier.

 

Selon le type d’entreprise, les tâches du responsable technique peuvent varier :

  • Chez un promoteur ou pour une société foncière, il participe à la rédaction des appels d’offres et au choix des entreprises. Ensuite, il adopte un pilotage concerté avec le maître d’œuvre et le pilote du chantier. Il collabore avec les responsables de programmes, le service après-vente…
  • Chez un bailleur social, dans un office HLM, le responsable technique peut suivre plus particulièrement des projets de réhabilitation de logements. Il peut donc être confronté à des travaux en milieu occupé, des problématiques sociales complexes…  Il est parfois spécialisé par grand domaine d’intervention : chauffage, fluides, ascenseurs, espaces verts, développement durable, diagnostic énergétique…
  • Dans une entreprise de petite taille, il a quelquefois l’entière responsabilité du service après-vente et de la relation client concernant les aspects techniques. 

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 30 et 35 k€

Jeune cadre : entre 35 et 50 k€

Cadre confirmé : entre 50 et 70 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Maîtrise des techniques de construction tous corps d’état
  • Management et coordination de projet immobilier
  • Compétences en gestion de projet
  • Capacités de négociation, dans la relation avec le maître d’œuvre et les entreprises
  • Maîtrise du suivi budgétaire
  • Connaissances des normes et procédures réglementaires, ainsi que de la législation spécifique à la construction.
  • Maîtrise des procédures d’appels d’offres et de gestion des prestataires

 

Aptitudes professionnelles

  • Forte capacité relationnelle aussi bien avec le client et les fournisseurs qu’avec l’équipe présente sur le chantier
  • Appétence pour le travail en équipe et en réseau pour faire circuler et remonter les différentes informations nécessaires à l’avancement des projets
  • Grande autonomie et capacité de travail pour être présent à tous les niveaux  d’information et savoir traiter les priorités
  • Qualité rédactionnelle, sens des chiffres, esprit d’analyse et de synthèse indispensable au montage de dossiers

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation de niveau Bac +2 : BTS, DUT génie civil, bâtiment
  • Formation de niveau Bac +5 : master 2 en urbanisme, en immobilier
  • École d’ingénieurs (ex : ESTP, Centrale, INSA…)

 

Durée d’expérience

Une expérience dans la construction, la maîtrise d’œuvre, en tant que conducteur de travaux par exemple, est parfois exigée : cela peut être le cas pour des personnes dont le niveau de diplôme est moins important. Malgré tout, le recrutement de jeunes diplômés après un stage est fréquent, mais s’applique plus particulièrement aux diplômés d’un Bac +5 et aux ingénieurs. 

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Promoteurs immobiliers
  • Sociétés foncières
  • Propriétaires publics : État, établissements publics
  • Bailleurs sociaux, organisations HLM (OPHLM, SA, coopératives)
  • SEM (Sociétés d’économie mixte) 

 

Rattachement hiérarchique

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Service comptable et financier
  • Direction juridique
  • Service appel d’offres
  • Direction des programmes immobiliers
  • Direction technique
  • Direction commerciale
  • Service après-vente

 

Externes :

  • Architectes
  • Bureaux d’études spécialisés
  • Bureaux de contrôle
  • Prestataires, sous-traitants
  • Maîtres d’œuvre
  • Pilotes des chantiers
  • Concessionnaires (gaz, eau, électricité, assainissement…)
  • Services municipaux
  • Conducteurs de travaux

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Directeur technique
  • Directeur du patrimoine (par élargissement des compétences aux domaines juridique, commercial et social)
  • Gestionnaire d’actifs immobiliers (avec compétences financières développées) 

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Les exigences techniques en termes de construction durable et de certification sont de plus en plus fortes. Les normes BBC, BEPAS, BEPOS se sont par exemple généralisées, ainsi que les nouvelles normes d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap et la sécurité incendie : elles doivent être maîtrisées par les équipes techniques.

Dans le contexte économique actuel et avec l’augmentation du prix du foncier, on assiste à une véritable quête d’optimisation des coûts de construction, ce qui constitue un nouvel enjeu pour le responsable technique. Entre les exigences des entreprises et les nouveaux besoins des occupants, le métier de responsable technique est confronté à de multiples problématiques, à la fois techniques, financières, juridiques, mais aussi commerciales et sociales.