« Je suis en charge de la structuration des activités transverses de la MOA au sein de CASA, de manière à optimiser la gouvernance du système d’information. » - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Temoignages

lu 10 fois | publié le 21/11/2012

Témoignage · « Je suis en charge de la structuration des activités transverses de la MOA au sein de CASA, de manière à optimiser la gouvernance du système d’information. »

Philippe Méheut, Responsable MOA, Crédit Agricole SA (CASA)

Ingénieur agronome, Philippe Méheut, intègre les équipes de maîtrise d’œuvre informatique du Crédit Lyonnais après un an d’expérience en SSII. Durant une quinzaine d’années, il y occupe différentes fonctions dans le domaine du développement applicatif, tout en exerçant de plus en plus de responsabilités managériales. A la fin des années 90, il prend un poste de responsable MOA, suite à un changement d’organisation qui amène la différenciation des fonctions maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre, rendant ainsi aux responsables métiers (crédits, conformité, fiscalité...) le pouvoir de décision quant aux applicatifs informatiques. Il travaille d’abord sur des projets dans le domaine des moyens de paiement, puis des ressources humaines.

« La maîtrise d’ouvrage doit permettre d’adosser la stratégie du système informatique sur la stratégie des métiers, de modéliser les priorités, de piloter les projets ; elle conduit les projets d’évolution des processus et du système d’information et en pilote les coûts, la qualité et la cohérence; la MOA permet de faire la différence entre système d’information et système informatique. »

Après le rachat du Crédit Lyonnais par le Crédit Agricole en 2003, il occupe la même fonction sur un périmètre élargi, avant de se voir confier à l’automne 2011 la responsabilité dela convergence MOA, c'est-à-dire la mise en place d’une MOA transverse.

« Au sein de Crédit Agricole SA, notre particularité réside dans le fait que ce sont les structures du groupe qui sont nos clients ; les services sont composés d’experts, de spécialistes qui pourraient avoir tendance à fonctionner par métiers sans pouvoir prendre en compte les interactions avec les besoins des autres services, alors qu’il est nécessaire de mutualiser les compétences pour les projets stratégiques. Aujourd’hui chaque métier a organisé sa maîtrise d’ouvrage. Le but d’une maîtrise d’ouvrage transverse est de répondre aux objectifs d’amélioration, notamment sur les volets de la cohérence, de la qualité et de l’efficacité économique. »

Après avoir défini un cadre de travail commun quant au contenu des missions dévolues à la MOA (pilotage, supervision, conduite de projets, délivrance des projets, amélioration continue du SI), une réflexion sur les processus a été menée, ainsi qu’une caractérisation précise et normée de la dépense informatique.

Un comité d’investissement des systèmes d’information a été mis en place pour piloter et arbitrer avec une lecture transverse les projets importants ; c’est à ce comité que sont présentées les études d’opportunité et les résultats des avant-projets avec les budgets associés. Aujourd’hui, Philippe Méheut gère un portefeuille de 70 projets.

Afin d’avoir une représentation fiable de l’interactivité des projets, il est également en charge de la cartographie et de la définition du modèle d’urbanisation du système d’information de manière à pouvoir projeter son évolution à deux à trois ans. « Ainsi nous pourrons aider les spécialistes des maîtrises d’ouvrage, ou informatique ainsi que les comités de direction générale à avoir une vue globale et une lecture critique de l’existant, et leur permettre ainsi de faire des projections. »

« La maîtrise d’ouvrage a pour vocation de servir de passerelle entre les métiers et l’informatique : le modèle d’organisation quant à lui dépend du type et de la taille d’entreprise. La fonction de la maîtrise d’ouvrage consiste à rendre explicite aux opérationnels des métiers la manière dont ses besoins informatiques vont être gérés. Le langage informatique étant parfois très technique, il faut savoir tisser des liens de confiance et avoir de bonnes qualités pédagogiques. Notre rôle est également faire comprendre aux équipes techniques les préoccupations métiers, et pour cela être capable de fédérer autour d’une solution. »

Mots-clés : métierMOAmaîtrise d'ouvrageamoabanque