Responsable territorial en immobilier social - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 34 fois | publié le 18/09/2017

Responsable territorial en immobilier social

Dans le logement social, le responsable territorial assure l’ensemble des tâches de gestion locative d’un patrimoine immobilier, de la désignation du locataire à la clôture du compte après son départ. Il veille à l’occupation du parc placé sous sa responsabilité. Il intègre les multiples facettes de la gestion locative : gestion administrative, commerciale et technique.

Autres intitulés

  • Gestionnaire immobilier
  • Responsable locatif
  • Gérant
  • Chargé de clientèle
  • Chargé de secteur
  • Responsable d’agence logement social
  • Responsable de parc immobilier social
  • Gestionnaire de site logement social 

 

Activités principales

Suivi du parc immobilier et de ses occupants

  • Gérer la demande locative : enregistrement des demandes de location (logements, bureaux, commerces).
  • Recevoir des candidats : visite des locaux et réponse aux demandes d’informations (localisation, niveau de charges, proximité des transports…).
  • Analyser des candidatures et participer à la commission d’attribution des logements.
  • Préparer la signature des baux.
  • Intégrer les données permettant de lancer la facturation.
  • Gérer les réclamations et toutes demandes d’intervention de la part des locataires.
  • Suivre les relances des impayés et mettre en œuvre les procédures précontentieuses et contentieuses.
  • Assurer le suivi et les relances des polices d’assurance des locataires.
  • Gérer les dossiers de sinistre en liaison avec le service technique.
  • Enregistrer les congés des locataires et la réalisation des états des lieux de sortie.
  • Établir les soldes de compte des locataires et garantir l’adéquation des décisions avec les textes juridiques qui les régissent.
  • Coordonner les budgets d’entretien courant et contribuer au maintien en sécurité du patrimoine de son secteur.
  • Mettre en place, en lien avec les services experts, les contrats d’entretien et en contrôler l’exécution en lien avec les chargés de clientèle.

 

Développement de relations partenariales

  • Représenter la société auprès des associations de locataires et des partenaires intervenant sur les groupes d’immeubles dont il a la charge.
  • Veiller à la qualité des relations avec les acteurs et partenaires présents ou intervenants sur son secteur.
  • Développer et animer la concertation de proximité.
  • Représenter la société lors des assemblées générales de copropriétaires.
  • Garantir la notoriété de la société sur le territoire.

 

Management des équipes de proximité

  • Réunir les gardiens d’immeubles.
  • Animer, diriger et organiser l’équipe de gardiens.
  • Coordonner l’activité et accompagner ses collaborateurs au quotidien.
  • Veiller au respect des objectifs et missions confiées.
  • Effectuer un reporting à la direction régionale.
  • Garantir la bonne diffusion de l’information descendante, à destination des équipes de proximité.
  • Veiller aux bonnes conditions de travail de ses équipes.
  • Être un appui technique, juridique, social pour le personnel de l’agence.

 

Activités éventuelles

  • Représenter la société lors de commissions : logements privés ou sociaux, représentation en cas d’impayés aux commissions FSL (Fonds Solidarité Logement).
  • Assurer, lors de la livraison de programmes neufs, des permanences sur place pour la mise en location, si cela n’est pas fait par les chargés de clientèle.
  • Participer à la mise en œuvre de programmes d’accession à la propriété.
  • Participer au bon déroulement des enquêtes sociales de concertation sur les projets de travaux, réhabilitation, réaménagement…

 

Variabilité des activités

Les activités du responsable territorial varient selon plusieurs critères…

L’ampleur du patrimoine géré et sa répartition sur le territoire :

Le responsable peut avoir à se déplacer fréquemment et sur de longues distances si son patrimoine est dispersé. La proximité ou non des immeubles gérés influe sur l’activité du responsable territorial.

 

Le niveau hiérarchique :

Selon les organisations, on rencontre plusieurs postes ayant sensiblement le même périmètre d’activité. Le chargé de secteur, qui sera plus proche du terrain et des gardiens d’immeubles, le responsable d’agence qui a plus un rôle de manager et de superviseur, ou encore le directeur régional, qui aura à sa charge plusieurs agences sur une région définie par le bailleur.

 

Le territoire sur lequel est implanté le patrimoine :

S’il s’agit par exemple d’une ZUS ou d’une ZSP, les relations avec les autres bailleurs et la municipalité seront plus approfondies, et les problématiques traitées plus larges.

S’il s’agit de logement individuel ou collectif, il peut également prendre part à des opérations de logements en accession à la propriété.

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 25 et 30 k€

Jeune cadre : entre 30 et 40 k€

Cadre confirmé : entre 40 et 50 k€

Des primes d’intéressement sur résultats peuvent être attribuées (atteintes d’objectifs en matière de location de biens vacants et de résorption d’impayés de loyer). 

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Bonne connaissance de l’ensemble des étapes de la gestion d’un bien (de l’étude des candidatures à la sortie des lieux)
  • Capacités d’argumentation, notamment lorsqu’il s’agit de louer des locaux
  • Connaissance des textes juridiques relatifs au logement (et particulièrement au logement social) afin d’informer les locataires de leurs droits et devoirs
  • Maîtrise de la bureautique, notamment pour préparer et gérer les quittances

 

Aptitudes professionnelles

  • Concertation avec les différents acteurs et bon sens relationnel pour répondre aux différentes demandes des occupants, tout au long de la vie du bail
  • Rigueur et organisation pour optimiser le travail
  • Adaptation à un environnement en perpétuel mouvement
  • Aptitude à gérer les conflits pour sortir de situation de crise ou négocier dans des situations conflictuelles
  • Capacité à négocier et à représenter sa société à l’extérieur

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation de niveau Bac +2 minimum de type BTS
  • Formation de niveau Bac +5 : master en droit ou en économie, spécialisé en logement social
  • Formation spécialisée en immobilier ESPI ou ICH

 

Durée d’expérience

Une première expérience en gestion immobilière est souhaitée. Pour les débutants, le statut cadre peut être accordé après une expérience probante.

 

Poste précédent (P-1)

  • Assistant de responsable de gestion immobilière

 

Qui recrute ?

  • HLM (SA, coopératives, OPH)
  • SEM (Sociétés d’économie mixte)
  • Investisseurs professionnels
  • Sociétés foncières
  • Assurances, mutuelles, banques…

 

Environnement de travail et interlocuteurs

 

Internes :

  • Directeur du patrimoine
  • Directeur régional
  • Personnels de l’agence (administratifs, techniques)
  • Gardiens d’immeubles

 

Externes :

  • Mairie
  • Autres bailleurs
  • Amicales de locataires
  • Habitants relais
  • Locataires
  • Police

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Chef d’agence
  • Responsable régional

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Les professionnels du logement social constatent de nombreuses évolutions dans leur travail au quotidien : on assiste tout d’abord à une augmentation des besoins en logements sociaux, à une explosion du nombre de demandes et à la mise en place d’objectifs de construction par les gouvernements successifs. La problématique de la sécurité devient récurrente, et la mise en œuvre des zones de sécurité prioritaires est un exemple de politique qui vise une collaboration accrue de tous les acteurs locaux, territoriaux et nationaux.

Le développement des problématiques environnementales (tri sélectif, espaces verts.) a également impacté la gestion des équipements et des logements sociaux.

 

En 2013, le gouvernement a lancé une réforme du système d’attribution des logements sociaux avec pour objectifs :

  • le rapprochement de l’offre et de la demande et la priorisation des demandes
  • l’amélioration du service rendu aux demandeurs
  • les politiques d’attribution et les spécificités des territoires
  • l’adaptation de l’offre aux besoins en termes de typologie des logements et d’accompagnement des locataires en difficulté

 

Pour les professionnels, il y a dès à présent une nécessité d’avoir des profils de plus en plus techniques avec des connaissances en gestion, en droit, en protection sociale et en communication.