Principal de copropriété - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 32 fois | publié le 18/09/2017

Principal de copropriété

Le principal de copropriété assure la gestion et l’optimisation d’un portefeuille de copropriétés dont le cabinet a la charge sur les plans administratif, juridique, comptable, financier et technique. Il représente le syndicat des copropriétaires et agit en son nom.

Autres intitulés

  • Responsable de copropriété
  • Principal de régie
  • Syndic de copropriété
  • Gérant d’immeubles
  • Gestionnaire de copropriété

 

Activités principales

Pour mener à bien cette gestion, le principal de copropriété peut être assisté de gestionnaires (techniques, comptables…) qu’il supervise, en fonction du nombre de lots à gérer. Il assure ainsi un rôle de soutien et d’accompagnement de son équipe.

Communication et commercialisation

  • Assurer la qualité de la gestion, la stabilité et la pérennité des mandats de gestion dont il a la charge.
  • Contribuer au développement de l’image du cabinet de gestion (et de l’activité syndic) qu’il représente.
  • Proposer des prestations complémentaires.
  • Informer les copropriétaires sur toutes les démarches entreprises pour le compte de l’immeuble.
  • Conseiller les copropriétaires dans la maintenance et la valorisation de leur patrimoine et proposer des actions.

 

Gestion technique

  • Assurer la maintenance technique et le suivi des réclamations courantes des copropriétaires, les visites des immeubles, les calendriers de l’exécution et des paiements des travaux, les relations et le suivi des prestataires de service (architectes, bureaux de contrôle, entreprises…).
  • Définir et programmer les travaux de réfection, de réhabilitation ou d’aménagement à engager dans le cadre du budget courant ou à présenter à l’assemblée générale.
  • Lancer les appels d’offres auprès des prestataires.
  • Négocier et souscrire les contrats d’entretien pour le compte des propriétaires.
  • Assurer le suivi des décisions des assemblées générales, en matière de travaux.
  • Être le garant de l’exécution du règlement de copropriété et des décisions issues des assemblées générales ordinaires et extraordinaires.

 

Gestion administrative, juridique et financière

  • Assurer l’ensemble des tâches administratives, financières et comptables : établissement et contrôle des budgets, contrôle de la trésorerie des immeubles, vérification des comptes, mise en place et suivi des procédures de recouvrement.
  • Prévoir et convoquer les assemblées générales et les conseils syndicaux, puis en assurer la conduite et en rédiger le compte-rendu.
  • Faire prendre les décisions et les exécuter dans le cadre spécifique de la copropriété.
  • Assurer le suivi de la trésorerie et de la comptabilité de la copropriété, répartition des charges, règlement des fournisseurs, en relation avec le responsable comptable de copropriété.
  • Déclarer et suivre des sinistres, et être en relation avec les assureurs.
  • Assurer le suivi des contentieux.

 

Activités éventuelles

  • Réaliser le montage de dossiers de financement et de subventions (ANAH, ADEME…).
  • Prendre en charge la gestion de personnel : gardiens, employés d’immeubles (si ce n’est pas un prestataire de service qui assure les prestations).

 

Variabilité des activités

Ses attributions varient en fonction de la nature du mandat confié et du type de patrimoine.

  • Dans les logements, les interlocuteurs sont nombreux et les approches en général moins techniques.
  • Dans les bureaux, les interlocuteurs sont davantage professionnels et soucieux de la qualité du service, ainsi que de la rentabilité.
  • Dans les résidences de vacances, la gestion des « multipropriétés » peut être rendue plus délicate par le grand nombre d’interlocuteurs et le risque de dégradation du patrimoine.
  • Quand il a pour mandat la gestion de copropriétés dégradées et en difficulté, outre les missions classiques d’un syndic de copropriété, le principal de copropriété, ou syndic social, doit mettre en œuvre tous les moyens pour enrayer les processus de dégradation : identification des dysfonctionnements, définition d’un programme de réhabilitation, suivi personnalisé des propriétaires et des locataires, rétablissement de la gestion collective, maîtrise des charges… 

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 35 et 40 k€

Cadre confirmé : entre 40 et 60 k€ (pouvant comprendre des primes d’intéressement)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Bonnes connaissances techniques du bâtiment pour assurer l’entretien et la maintenance des immeubles
  • Bonnes connaissances juridiques, notamment en matière de droit de la copropriété, droit civil, fiscalité. Solides connaissances en comptabilité et gestion de l’immobilier

 

Aptitudes professionnelles

  • Fibre commerciale car il est le représentant du cabinet de gestion de syndic élu par les copropriétaires
  • Sens de la communication et aisance relationnelle avec les différents publics : locataires, copropriétaires, personnel technique, professionnels du bâtiment, banques, fournisseurs, etc.
  • Qualités managériales pour piloter les actions de l’équipe des syndics de copropriété dont il a la charge
  • Compétences dans l’animation et la conduite de réunions avec les copropriétaires, mais aussi les entreprises prestataires
  • Aptitudes à la négociation tout en faisant preuve d’autorité pour satisfaire aux exigences des clients en évitant tout dérapage de gestion
  • Capacité à gérer les conflits pour sortir de situation de crise ou négocier dans des situations litigieuses
  • Disponibilités : les assemblées générales sont souvent concentrées sur une même période de l’année, et leurs horaires mobilisent de nombreuses soirées
  • Mobilité car son travail se fait pour partie sur le terrain

 

Le profil

Diplômes requis

La fonction de principal de copropriété ne nécessite pas d’être titulaire d’une carte professionnelle sous condition de diplôme. La carte professionnelle est détenue par le responsable d’agence avec les niveaux de formation énoncés ci-dessous. Il est souhaitable que les responsables de copropriété aient ces niveaux de formation mais aucun texte ne l’exige.

  • Formation de niveau Bac +2 : BTS profession immobilière avec quelques années d’expérience
  • Formation de niveau Bac +3/5 : licence en droit ou gestion complétée par un master professionnel en immobilier
  • Écoles spécialisées en management de l’immobilier

 

Durée d’expérience

C’est un poste peu ouvert aux débutants, une expérience de trois à cinq ans dans la gestion immobilière est généralement requise ; cependant, des jeunes diplômés avec un stage dans le secteur immobilier peuvent être recrutés pour un poste de gestionnaire de copropriété. 

 

Poste précédent (P-1)

  • Gestionnaire de copropriété

 

Qui recrute ?

  • Syndics de copropriété
  • Administrateurs de biens avec une activité de syndic de copropriété
  • Cabinets immobiliers avec une activité de syndic de copropriété

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur de copropriété

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Services techniques : entreprises d’entretien et de réparation des immeubles
  • Service comptable

 

Externes :

  • Copropriétaires
  • Sociétés d’assurance
  • Avocats et huissiers
  • Gardiens d’immeubles 

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Hausse du coût des énergies, exigences de confort accrues, équipements de plus en plus sophistiqués, les charges de copropriété ont sensiblement augmenté au cours de ces dernières années. Avec la crise économique, la maîtrise des coûts et l’optimisation des dépenses deviennent des priorités. Les copropriétaires exigent davantage de réactivité, des contacts plus fréquents et une meilleure lisibilité de l’action du syndic ainsi qu’une totale transparence financière. Il y a aujourd’hui une nécessité d’une reconnaissance économique et sociale du métier, de son rôle et de la valeur ajoutée attendue des clients (copropriétaires) par rapport aux prestations fournies. Parallèlement, l’émergence des technologies et le développement des réseaux sociaux poussent les relations entre syndic et copropriétaires à se dématérialiser encore plus.

Le métier de principal de copropriété se professionnalise. C’est un gestionnaire mais aussi un communicant capable de conseiller et de rendre compte de son activité. La partie commerciale de l’activité prend en outre de plus en plus d’importance sur un marché tendu et concurrentiel entre syndics professionnels et non professionnels.