Directeur d'EHPAD - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 63 fois | publié le 18/09/2017

Directeur d'EHPAD

Le directeur d’EHPAD assure la gestion d’un établissement accueillant des personnes âgées en perte d’autonomie ou totalement dépendantes. Il pilote aussi bien les enjeux médico-sociaux et humains de la structure que sa gestion administrative, financière et logistique.

 

NB : Les résidences seniors et EHPA (Établissements d’hébergement pour personnes âgées) qui accueillent des résidents âgés sans structure médicalisée ne sont pas l’objet de cette fiche métier.

 

Autre intitulé

  • Directeur d’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

 

Activités principales

Définition et mise en œuvre du projet d’établissement

  • Anticiper les mutations du contexte économique et les évolutions concomitantes des besoins des personnes âgées.
  • Suivre de près le projet associatif et la stratégie de la structure gestionnaire le cas échéant, et anticiper leurs déclinaisons possibles à l’échelle de l’EHPAD.
  • Construire un projet d’établissement adapté aux orientations de la structure gestionnaire, aux règles législatives, au public accueilli, au territoire géographique et aux moyens financiers, humains et techniques disponibles.
  • Animer le conseil de la vie sociale (CVS) et associer les personnes âgées et leur famille à l’élaboration et à la modification du règlement de fonctionnement et du projet d’établissement.
  • Concrétiser les axes stratégiques du projet d’établissement en travaillant le protocole d’accueil, la charte du résident, le projet de soins, le projet d’animation, la mise en place de nouveaux services…
  • Être le garant de la réalisation du projet d’établissement au quotidien et veiller à son évolution/adaptation en fonction des besoins.

 

Accueil des résidents et pilotage de leur accompagnement médico-social

  • Suivre les demandes d’inscription de la part des familles, les accueillir le cas échéant et assurer l’intégration sociale de chaque résident dans l’établissement.
  • Mettre en œuvre le projet de vie personnalisé de chaque résident visant à optimiser son bien-être sanitaire et son environnement social.
  • Piloter la coordination et l’interconnexion des différentes équipes médico-sociales au service des personnes âgées : infirmiers, aides-soignants, animateurs, etc. (définitions de postes, procédures de travail, répartition des activités).
  • Assurer et faciliter les échanges avec les résidents et les familles et entretenir l’attention de chacun à la qualité des communications à leur égard.
  • Évaluer et répondre aux besoins individuels des résidents en veillant au respect des bonnes pratiques gérontologiques de bientraitance.

 

Organisation technique et logistique du fonctionnement de l’établissement

  • Gérer les stocks et procéder aux achats d’équipements.
  • Contribuer à l’aménagement des espaces intérieurs/extérieurs.
  • Superviser l’entretien des locaux et la qualité des services hôteliers (blanchisserie, restauration…).
  • Garantir la sécurité et gérer les procédures liées aux risques (hygiène, accessibilité, accident, incendie…).
  • Conduire d’éventuels projets de restructuration/rénovation interne.

 

Management d’une équipe pluridisciplinaire

  • Piloter le recrutement de professionnels aux compétences très diverses (paramédicaux, techniques, administratifs, etc.).
  • Gérer les plannings des équipes et veiller à leur bonne coordination.
  • Entretenir une forte cohésion et un bon climat social en organisant régulièrement des réunions d’équipe et en palliant rapidement aux éventuels conflits.
  • Identifier les besoins en compétences sur chaque poste et faire évoluer la politique de formation individuelle et collective en conséquence.
  • Encadrer l’intervention de bénévoles dans la vie de l’établissement (notamment sur les projets d’animation), en complémentarité et bonne intelligence avec les équipes médico-sociales salariées.

 

Gestion administrative, législative et financière de la structure

  • Superviser l’admission administrative des résidents.
  • Piloter la gestion administrative du personnel (contrats, paie, entretiens d’évaluation…).
  • Garantir l’organisation et la bonne gestion des comptes d’exploitation et des budgets, en lien étroit avec la direction financière de l’association gestionnaire et les autorités de tarification.
  • Poursuivre et développer la démarche qualité (évaluation des procédures, audits internes…).
  • Suivre les évolutions législatives et réglementaires du secteur sanitaire et médico-social.

 

Partenariats et projets transversaux

  • S’impliquer dans les instances directives de l’association gestionnaire le cas échéant (conseil d’administration, CHSCT, etc.).
  • Être le représentant de la structure au niveau local et départemental.
  • Entretenir des partenariats conventionnels de suivi des personnes âgées avec les établissements de soins de proximité (hôpitaux, cliniques, HAD, SPASAD, SSIAD).
  • Intégrer et développer le réseau gérontologique local : associations spécialisées, CCAS, CLIC, MAIA, etc.
  • Participer à et/ou animer des colloques et groupes de réflexion thématiques sur le secteur (nouvelles pathologies, prise en charge du résident, formation des équipes…) et contribuer à la réalisation d’outils transversaux.
  • Assurer l’intégration sociale et géographique de l’établissement dans son quartier en construisant des projets communs et intergénérationnels avec les associations locales, les municipalités, les organismes de loisirs, les écoles, etc.

 

Activités éventuelles

Dans les structures privées à but lucratif, le développement commercial et la communication font partie intégrante des missions du directeur d’EHPAD…

Développement commercial et communication

  • Concevoir et actualiser les outils pérennes de communication de l’établissement : site web, livret de présentation…
  • Piloter la communication autour de l’établissement : interviews, reportages, animations ponctuelles, visites…
  • Promouvoir l’établissement auprès de différents interlocuteurs tout en véhiculant l’image du réseau.
  • Assurer le développement commercial de l’établissement via la prospection et fidélisation de clientèle en vue d’assurer un taux d’occupation optimum.

 

Variabilité des activités

Les activités du directeur d’EHPAD peuvent varier selon…

L’organisation de la structure :

  • Lorsque l’EHPAD est indépendant, le directeur n’a pas de supérieur hiérarchique et est autonome dans la définition et la mise en œuvre de son projet d’établissement.
  • Lorsque l’EHPAD dépend d’une structure gestionnaire, le directeur doit suivre et s’adapter aux prérogatives globales de l’association ou de l’établissement référent. Il exerce sous l’autorité d’un président d’association ou d’un directeur d’établissement. Il peut participer au conseil d’administration et définir, avec l’ensemble des autres membres de la direction, les objectifs à suivre. Dans ce type d’établissement, le directeur reçoit un appui administratif, juridique et logistique (gestion du personnel, comptabilité, procédures qualité, etc.) de la structure gestionnaire.

 

La taille de la structure :

  • Dans un établissement de petite taille, le directeur assume seul l’ensemble des missions qui lui sont confiées et doit dès lors se montrer particulièrement polyvalent et adaptable pour les juxtaposer dans une même journée. Il peut également être soumis aux astreintes le soir, le week-end…
  • Les établissements de grande taille, en développement constant et en cours de structuration depuis plusieurs années, sont de plus en plus souvent pourvus d’une équipe administrative et logistique complète (comptable, DRH, responsable technique, etc.) que le directeur supervise. Aussi, celui-ci peut également être assisté par un directeur-adjoint qui le seconde au quotidien sur une sélection ou l’ensemble de ses nombreuses activités.

 

Rémunération

Cadre confirmé : entre 35 et 60 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, taille et statut de la structure, convention collective de la branche, etc.)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Connaissance pointue du secteur médico-social et gérontologique (acteurs institutionnels, instances et associations locales, enjeux actuels, etc.)
  • Connaissance de la législation et réglementation des EHPAD (lois récentes, normes, risques, sécurité)
  • Compétences en pilotage de projets (projet d’établissement, projets de vie des résidents)
  • Compétences en management d’équipes multidisciplinaires
  • Connaissances de base en gestion budgétaire et comptabilité
  • Maîtrise des procédés d’évaluation des activités et de la qualité des prestations d’une structure médico-sociale

 

Aptitudes professionnelles

  • Intérêt pour le secteur des personnes âgées
  • Sens du service
  • Grande aisance relationnelle et adaptabilité à tout profil d’interlocuteur (résident, professionnel, institutionnel, etc.)
  • Disponibilité, écoute, discrétion et empathie
  • Sens des responsabilités
  • Dynamisme, réactivité et force de proposition
  • Aptitude au travail d’équipe et de réseau
  • Rigueur et organisation
  • Résistance au stress

 

Le profil

Diplômes requis

Diplôme de niveau I :

  • CAFDES (Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale)
  • Master MESS (Management des établissements sanitaires et sociaux)
  • Master MOSS (Management des organisations sanitaires et sociales)

 

Diplôme de niveau II, accepté parfois dans les structures de petite taille (cf. décret de 2007 sur la qualification des directeurs) :

  • CAFERUIS (Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale)
  • Complété idéalement par une formation initiale dans le médico-social (médecin, cadre infirmier, etc.)

 

Durée d’expérience

Le poste de directeur d’EHPAD nécessite une expérience avérée (5 à 10 ans) de direction d’établissement ou de service dans le secteur du médico-social. Notons que le poste de directeur adjoint est plus facilement accessible et peut constituer un tremplin vers celui de directeur.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Établissement pour personnes âgées (EHPAD)
  • Établissement sanitaire (hôpital, clinique) ayant un service parallèle d’EHPAD
  • Organisme de protection sociale /mutuelle ayant un service parallèle d’EHPAD
  • Collectivité territoriale/CCAS ayant un service parallèle d’EHPAD

 

NB : Un EHPAD peut être une structure indépendante comme dépendre d’une autre structure gestionnaire ou d’une association multi-établissements. Il peut donc, selon les cas, appartenir au secteur public, privé à but non lucratif ou privé.

 

Rattachement hiérarchique

Selon le type de structure :

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Équipe de direction
  • Équipes médico-sociales : médecin coordonnateur, infirmiers, aides-soignants, AMP, psychologue, animateurs…
  • Équipe hôtelière
  • Personnel administratif et technique
  • Personnes âgées résidentes et leurs familles

 

Externes :

  • Partenaires médicaux et paramédicaux : médecins, établissements de santé (dont HAD), services de soins et aide à domicile, kinésithérapeutes, ergothérapeutes…
  • Instances institutionnelles : ARS, CPAM, caisses de retraite, services sociaux, tutelles, mairies…

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Le métier de directeur d’EHPAD et, plus largement, le secteur de la gérontologie sont impactés directement, et régulièrement, par un contexte législatif et réglementaire en pleine évolution. Plusieurs lois majeures (loi de janvier 2002 rénovant l’action médico-sociale, réforme de la tarification des EHPAD, loi de février 2005 pour les personnes handicapées, loi de juillet 2009 sur la réforme de l’hôpital relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV), etc.) ont ainsi fait évoluer les structures d’accueil des personnes âgées dépendantes pour répondre aux besoins et évolutions de la société.

La démographie vieillissante de la population française, les progrès de la médecine et l’apparition de pathologies nouvelles, longues et chroniques sont en effet au cœur des enjeux du secteur. Le profil du résident évolue en même temps que la société : plus âgé, plus dépendant, il nécessite aujourd’hui un réel accompagnement médico-social au quotidien.

La création de nouveaux établissements d’accueil se poursuivra donc encore dans les prochaines années pour répondre à une demande toujours croissante. Néanmoins, cette dynamique de développement et de multiplication ne peut se faire sans une démarche de structuration des EHPAD, qu’on voit émerger depuis quelques années au sein de la branche médico-sociale : hiérarchisation, apparition de cadres intermédiaires, intégration grandissante de directeurs adjoints, etc. Les regroupements d’établissements, qui créent de grands « groupes » gestionnaires de plusieurs dizaines EHPAD, participent du même mouvement.

Côté projets d’établissement, plusieurs démarches de soin apparaissent pour répondre aux besoins de ces « nouveaux seniors ». On voit tout d’abord émerger et se développer de nouveaux services au sein des EHPAD : unité d’accueil de jour, service grande dépendance, unités spécialisées dans la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer (cf. les pôles d’activités et de soins adaptés (PASA), les unités d’hébergement renforcées (UHR), les maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer (MAIA)), etc. Mais, au-delà de la démarche de soins, c’est aussi dans la façon d’accueillir et d’accompagner la personne âgée que les directeurs d’EHPAD ont vu leurs objectifs évoluer. L’attention au patient, le respect de ses besoins et la bientraitance sont aujourd’hui au cœur des enjeux des équipes, soignantes ou non, via notamment une réelle démarche d’individualisation des projets de vie et une meilleure information à l’égard des personnes accueillies et de leurs familles. Le désir d’autonomie, cher également aux « nouveaux seniors », conforte en parallèle la création/l’intégration de services complémentaires à domicile (tels les SPASAD) au sein des EHPAD, gérés par le directeur ou par un responsable dédié.

L’évolution et la diversification des modes de prises en charge des personnes âgées encouragent et renforcent ainsi le travail de collaboration du directeur et l’intégration de l’établissement au sein d’un réseau complet d’accompagnement et de suivi. Les partenariats avec les hôpitaux, les services à domicile, les associations mais aussi les mairies, les instances locales, les bénévoles, représentent ainsi une part grandissante des missions du directeur.

Autant d’éléments qui font profondément évoluer les attributions et activités du métier de directeur d’EHPAD. Loin du « gérant de pension de famille » qu’il a pu être à ses débuts, le directeur d’établissement pour personnes âgées dépendantes se rapproche aujourd’hui d’un manager/coordinateur hyper polyvalent qui doit pouvoir gérer plusieurs missions très diverses en même temps. Métier d’engagement et d’éthique, il implique de très fortes responsabilités et des conditions de travail parfois exigeantes. C’est pourquoi le recrutement de bons profils peut parfois s’avérer long et difficile.

Les futurs directeurs d’EHPAD des années 2020 devront participer à l’évolution inévitable de ces établissements à part, entre lieu de vie et lieu de soin. La rénovation nécessaire du parc vieillissant des EHPAD publics et privés à but non lucratif, le vieillissement continu de la population, les nouveaux modes de vie, la prise en compte grandissante des aidants, les nouvelles formes d’habitat collectif, l’accueil de couples, les animations… Autant d’enjeux qui permettront aux directeurs de repenser l’EHPAD de demain en faisant preuve d’adaptabilité, d’agilité et d’innovation, pour toujours mieux répondre aux exigences d’une société dont ils sont eux aussi les constructeurs.