Directeur d'association environnementale - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 38 fois | publié le 18/09/2017

Directeur d'association environnementale

Le directeur ou responsable d'association environnementale anime et administre la vie quotidienne du siège de l'association et de ses délégations éventuelles, les développements techniques ou stratégiques des interventions relatives à l'objet statutaire de l'association et, autant qu'il lui est possible, les réseaux d'adhérents. La spécificité de la fonction dans le domaine de l'environnement réside dans les objectifs d'intérêt général liés à la sensibilisation du public et la mise en place d'initiatives innovantes ou de contre-pouvoirs.

Autres intitulés

  • Cadre dirigeant d'association
  • Directeur de réserves naturelles
  • Directeur de parc national
  • Délégué général d'association
  • Secrétaire général d'association environnementale

 

Activités principales

Activités de gestion administrative et financière

  • Mobiliser des ressources en étant force de proposition pour obtenir les moyens humains et matériels et atteindre les objectifs. Un volet important des responsabilités réside dans la recherche de financements (subventions, dons, politique marketing, voire prestations réalisées). 
  • Encadrer le personnel, organiser les plannings, recruter éventuellement ses collaborateurs, gérer les statuts particuliers liés à des emplois aidés, participer à des actions de formation. 
  • Suivre avec une grande rigueur la réalisation des budgets, superviser la comptabilité et les finances de l'association.

 

Activités de coordination et animation

  • Dynamiser, avec ses collaborateurs éventuels, les réseaux d'adhérents et d'expertise technique.
  • Informer ses équipes des évolutions réglementaires et des dispositifs des politiques publiques et en identifier les perspectives pour la structure.
  • Développer des projets, prendre des initiatives sur des dossiers émergents.
  • Préparer les réunions qui rythment la vie administrative des associations (conseils d'administration, assemblées générales ordinaires et extraordinaires).
  • Veiller à entretenir la confiance avec les administrateurs et les adhérents, et entre bénévoles et salariés du siège.

 

Activités techniques et scientifiques d'environnement

  • Monter et expertiser des dossiers de projets opérationnels.
  • Diriger des études avec des chargés d'études internes ou des contre-expertises avec des experts externes.
  • Superviser les techniciens ou les adhérents sur des actions opérationnelles parfois délicates (chantier nature, nettoyage de pollution, manifestation militante).

 

Activités de représentation et de lobbying

  • Représenter l'association auprès des partenaires institutionnels et financiers (commissions administratives).
  • Communiquer auprès des partenaires et des adhérents en collaboration avec le président et les vice-présidents éventuels.
  • Cadrer les relations partenariales sur les dossiers (gestion et résolution de conflits).

 

Variabilité des activités

  • Gestion des relations avec les élus quand il s'agit d'associations institutionnelles émanant de collectivités publiques
  • Assurer le lobbying quand il s'agit d'ONG importantes ; développer le marketing et les finances.
  • Etre un gestionnaire et un professionnel du social quand il s'agit d'organismes d'insertion.
  • Réaliser des actions techniques et scientifiques selon ses compétences, lorsque la taille de la structure le nécessite.
  • Encadrer des équipes de salariés mais également dans certains cas, des bénévoles.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 30 et 37 k€

Cadre confirmé : entre 37 et 48 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Large culture du monde associatif (acteurs, réglementation) et plus spécifiquement du secteur de l'environnement
  • Connaissance du contexte comme les politiques institutionnelles engagées dans le champ technique de l'association
  • Expérience de l'encadrement et du montage de projet afin de gérer au mieux les moyens humains disponibles
  • Compétences en gestion, faire preuve d'une grande rigueur dans la tenue ou la supervision des comptes et dans la recherche de financement
  • Capacités à développer des partenariats et à impulser une dynamique de travail en réseau autour d'un projet
  • Connaissances techniques relatives au champ de compétences de l'association (ex : énergie, eau, biodiversité...)
  • Bonne pratique de l'anglais

 

Aptitudes professionnelles

  • Charisme, diplomatie et pédagogie aident à l'expression des positions de l'association en interne comme en externe
  • Engagement, ténacité et rigueur afin de mener à bien les projets
  • Qualités en communication, en négociation et en relations publiques pour défendre les projets mis en œuvre par l'association
  • Concertation, écoute et respect des interlocuteurs sont des qualités indispensables dans le domaine de la gestion intégrée des problématiques environnementales

 

Le profil

Diplômes requis

  • Bac +5  en sciences de l'environnement (écologie, biologie, gestion des ressources...), géographie, géologie
  • BTS en animation avec expérience

 

La demande en candidats ayant une double compétence (technique et de gestion-management) s'est développée.

 

Durée d’expérience

Peu de place aux jeunes diplômés sans aucune expérience. En revanche, les autodidactes qui ont une très bonne expérience de la vie associative par le biais du bénévolat, s'ils ont des compétences minimales en organisation (acquises dans tout autre métier) et des qualités personnelles, peuvent prétendre à un poste d'encadrement administratif  dans une petite association ou, avec une formation complémentaire, se réorienter vers les métiers de l'environnement en association.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Associations institutionnelles : CAUE, Agences régionales de l'environnement, Observatoires régionaux, Réseaux de mesure de la pollution atmosphérique, Conservatoires régionaux d'espaces naturels...
  • Grandes ONG internationales : WWF, Greenpeace, UICN...
  • Associations d'usagers ou associations militantes : fédérations régionales ou nationales

 

Rattachement hiérarchique

  • Président
  • Vice-président
  • Trésorier
  • Secrétaire général
  • Bureau de l'association

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Chargés de missions
  • Chargés d'études
  • Gestionnaires d'informations et de données
  • Personnel administratif

 

Externes :

  • Pouvoirs publics et élus
  • Donateurs et sponsors
  • Partenaires scientifiques et techniques
  • Autres associations

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Directeur général d'une plus grande association, d'une fédération
  • Directeur/responsable de l'animation et de la coordination d'un réseau
  • Consultant indépendant en environnement
  • Carrière politique

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Depuis une dizaine d'années, la fonction de directeur d'association environnementale a été amenée à se développer du fait de plusieurs facteurs. La prise en compte de l'émergence de nouveaux enjeux de société ainsi que la multiplication des structures porteuses d'emplois salariés ont permis aux associations de jouer un rôle de plus en plus important dans la vie publique et politique. De plus, l'évolution de la réglementation, notamment au niveau européen, ainsi que l'adoption des conventions internationales de protection de l'environnement, ont fait de la problématique environnementale un sujet dominant dans le secteur associatif. Les associations en environnement (exerçant sous un statut de droit privé) ont souvent un rôle d'avant-garde par rapport aux organismes publics administratifs. On trouve également le développement des marchés publics avec avis d'appel à la concurrence et des marchés privés, qui ont permis aux associations de se positionner en tant que prestataires de services dans le domaine de la protection de l'environnement. En tenant compte de ces évolutions, on comprend que le poste de directeur d'association environnementale puisse à la fois être porteur d'un intérêt nouveau mais également être un poste à responsabilités, nécessitant un engagement personnel et éthique important. Le directeur d'association environnementale impulse une dynamique et une culture basées sur les valeurs portées par la structure, facilitant ainsi la construction d'une éthique d'action commune.