Consultant transactions services - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 72 fois | publié le 18/09/2017

Consultant transactions services

Le consultant en transaction services participe à l’élaboration de due diligences comptables et financières, dans le cadre d’opérations d'acquisition et de cession pour le compte de clients Corporate et/ou Private Equity.

Autres intitulés

  • Consultant merger and acquisition (M & A)
  • Consultant fusions-acquisitions
  • Consultant corporate finance
  • Consultant TAS (transaction advisory service)

 

Activités principales

Elles s’exerceront sur une entreprise cible, dans le cadre d’une opération (« deal ») : fusion, acquisition buy side, cession sell side, joint venture, carve out, independence business review (IBR), introduction en bourse, détourage, ouverture de capital, constitution de branches…

Analyse stratégique

  • Analyser ses activités, ses stratégies, ses leviers de croissance, son positionnement concurrentiel.
  • Mener des analyses sectorielles sur son environnement.

 

Analyses financières et comptables

  • Analyser des performances financières historiques : chiffre d’affaires (par clients, produits, entités, zones géographiques, effet prix-volume-mix), structure de la marge et des coûts (fixe, variable), évolution de la profitabilité, des cash flows, de l’endettement, du BFR.
  • Analyser le budget et les business plan (ventes, qualité du résultat), réaliser des stress tests sur ceux-ci : cohérence de la construction et des différentes hypothèses, lien avec les performances historiques, analyse des sensibilités.
  • Déterminer le niveau de performance récurrent (EBITDA ajusté), la qualité de la dette (nette ajustée afin de valoriser la cible).
  • Analyser le bilan et comptes de résultats (investissements, prévisions de trésorerie, composition du portefeuille clients et/ou investissements…).
  • Identifier des indicateurs opérationnels et financiers de performance.

 

Modélisation des effets comptables de la transaction

  • Élaborer différents types de modèles avancés : valorisations (discounted cash flow DCF, analyse de multiples, comparables et actifs nets réévalués), business plan à moyen terme, impact sur le tissu économique local.
  • Réaliser des tests d’audit pour réajuster le prix d’acquisition ou de cession.
  • Rédiger les conclusions des tests.

 

Variabilité des activités

La hiérarchisation (« grades ») des postes en cabinet définit les niveaux d’intervention et de responsabilité.

  • Débutant ou junior, le consultant en TS assure la veille et le suivi du marché, répond aux appels d’offres, participe aux due diligences.
  • Confirmé, il supervise les réponses aux appels d’offres, valide et conduit les due diligences.
  • Manager, il définit les objectifs et les tâches de l’équipe (assistants, seniors), suit ses activités, opère une revue critique de ses travaux, identifie des cibles potentielles.

 

Il gère les projets : élabore la proposition commerciale et les opérations à conduire, participe aux négociations de l’opération, suit les budgets, revoit la qualité des rapports, participe aux phases « Q and A » (questions/réponses) des investisseurs.

Il conduit un projet « post merger » : suit et accompagne l’intégration de la nouvelle structure, propose une stratégie (organisation, communication, RH).

Il assure des missions spécifiques à la demande des clients : renégocie une dette auprès des banques, …

Associé, il identifie des opportunités potentielles (cibles) pour le client et propose des deals.

Les activités varient selon le type de clientèle (banque, fonds d’investissement, industrie, client corporate …), la nature des opérations et leur envergure (nationale ou transfrontalière).

Outre les financières (les plus fréquemment pratiquées), les due diligences seront aussi de nature stratégique, opérationnelle, juridique, fiscale, comptable, RH, organisationnelle.

Selon la taille de l’entreprise : sur une mission de petite taille, l'équipe dédiée sera de deux personnes ; sur de grosses opérations, elle pourra comprendre vingt personnes. La nature du travail en sera sensiblement différente.

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 36 et 40 k€ (+ part variable)

Jeune cadre : entre 40 et 50 k€ (+ part variable)

Cadre confirmé : entre 50 k€ et 80 k€ (+ part variable)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Notions comptables avancées dont les nouvelles normes
  • Outils informatiques (tableurs, bases de données)
  • Culture économique et financière approfondie
  • Capacité rédactionnelle (synthèses claires et factuelles)
  • Anglais (langue de travail)

 

Aptitudes professionnelles

  • Disponibilité et réactivité (respect des délais et urgences)
  • Forte résistance au stress (disponibilité maximale exigée, poste très exposé pour les consultants confirmés)
  • Sens politique, capacité à la négociation
  • Sens relationnel et du travail en équipe pluridisciplinaire (fermeté et diplomatie)
  • Sens de l'organisation (gérer différentes équipes de conseil interne ou externe, dans des contextes sensibles)
  • Aptitude à l'anticipation : détecter toute opportunité nouvelle qui puisse se transformer en opération de fusion-acquisition.

 

Le profil

Diplômes requis

  • Ecole de commerce et de gestion Master spécialisé en finance d’entreprise, en mathématiques et applications… : Ecole d'ingénieurs complétée par une spécialisation ou formation en finance.

 

Durée d’expérience

Ce poste est ouvert aux jeunes diplômés ayant effectué un ou plusieurs stages dans le domaine des transactions ou dans des métiers de la finance, au sein d’une banque d'affaires, d’un cabinet conseil et audit, d’une entreprise, d’un fonds d’investissement (private equity).

Un cadre d’expérience aura exercé en cabinet conseil/audit ou en entreprise sur des projets d’acquisition/fusion, cession, ou en private equity. Ce parcours est celui de la plupart des consultants.

Une expérience dans un groupe multinational est également intéressante, même si elle présente une moindre diversité et envergure des opérations.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Cabinets de conseil et audit (big 4 notamment)

 

Rattachement hiérarchique

  • Associé
  • Manager
  • Consultant senior du département TS

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Analystes et auditeurs financiers
  • Chargés d’études

 

Externes :

En clientèle (clients corporate, fonds d’investissement, entreprises du CAC 40 et SBF 120) :

  • Direction générale
  • Direction financière
  • Direction de la stratégie

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

La couverture du poste s’est élargie géographiquement, axée sur les BRICS. Le consultant transactions services doit adopter une démarche d’offreur de services vers ces pays, nouveaux acteurs sur l’échiquier économique mondial.

Sa méthodologie englobe de plus en plus une approche « risques » mettant en œuvre des techniques d’analyses et de vérifications préalables.

Le consultant transactions services intervient plus souvent dans des opérations croisées : secteurs public et privé (projets et partenariats publics PPP notamment).