Commissaire aux comptes - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 68 fois | publié le 18/09/2017

Commissaire aux comptes

Mandaté par les actionnaires dans le cadre d'audits légaux, le commissaire aux comptes réalise des missions de certification des comptes annuels d'une entreprise. Extérieur à celle-ci, il est au service de l’intérêt général et de la sécurité financière, bénéficiant d’une indépendance garantie par les autorités de tutelle. C’est une profession réglementée.

Autre intitulé

  • Auditeur légal

 

Activités principales

La nomination d’un commissaire aux comptes résulte soit de l’obligation légale liée au statut, soit d’un dépassement de seuils fixé par le législateur pour un type d’entité donné, soit d’une décision volontaire des associés lorsqu’il n’existe pas d’obligation légale.

Définition de la stratégie d’audit

  • Dans le respect des normes d’exercice professionnelle et du code de déontologie au regard de la mission :
  • Étudier l'historique de l'entreprise, son secteur d'activité : prise de connaissance générale.
  • Appréhender sa structure juridique et l’incidence sur la complexité de la mission.
  • Définir les grands axes de la stratégie correspondant aux exigences légales et à la mise en œuvre des diligences indispensables.

 

Revue du contrôle interne

Afin de déterminer le niveau de détail et d'analyse nécessaire à la réalisation de la mission.

  • Analyser l’organisation, le fonctionnement des services, les schémas de circulation des documents financiers, comptables et juridiques.
  • Revoir les procédures, vérifier leur application (entretiens avec les collaborateurs concernés, tests matérialisés), apprécier leur efficacité.
  • Établir les conclusions en termes de risques proportionnels à l’importance des contrôles comptables (plus les procédures de contrôle interne sont efficaces et appliquées, moins il sera nécessaire de contrôler le détail des pièces comptables).

 

Audit des comptes

  • Vérifier la régularité des états financiers, leur conformité et sincérité (correspondent- ils à la réalité matérialisée des transactions réalisées ; existe-t-il des anomalies significatives, de nature juridique, fiscale, organisationnelle).
  • Examiner par sondage les données contenues dans ces comptes.
  • Vérifier la pertinence des valorisations (comptage des produits finis en stocks …).
  • Vérifier le respect des normes comptables légales dans l'élaboration des comptes.

 

Mise en œuvre des diligences légales

  • Effectuer des diligences spécifiques imposées par la loi.
  • Vérifier la conformité des documents juridiques légaux établis par l'entreprise.
  • Vérifier la tenue des instances légales de l'entreprise.

 

Prise de décision

  • Communiquer ses conclusions aux actionnaires et dirigeants, recueillir leurs commentaires.
  • Formuler les réserves en les justifiant, proposer des ajustements, vérifier leur mise en œuvre.
  • Délivrer la certification, avec ou sans réserve, ou la refuser sur la base d’un rapport.

 

Activités éventuelles

  • A la demande du client : effectuer des diligences directement liées (DDL) aux diligences légales : réaliser des audits contractuels complémentaires, définis par des normes d’exercice professionnel (NEP) liées à la mission (par exemple, consolider les comptes, désigner à titre temporaire un cadre comptable/financier). La loi en autorise 9 : audit comptable, examen limité, alternatives, procédures convenues, consultations, acquisition, cession de valeurs mobilières…

 

Variabilité des activités

Elle est liée à la taille du cabinet (appartenance éventuelle à un réseau mondial, …), à celle des entreprises auditées et à la nature de la mission.

  • Dans un grand cabinet
    • Débutant ou confirmé, un assistant démarrera sur des missions classiques de commissariat aux comptes. Il bénéficiera d'une formation aux process normés, laissant peu de place aux initiatives individuelles. Il participera souvent à des audits d'acquisition ou de restructuration de sociétés en difficultés.
    • Le chef/directeur de mission mènera le côté opérationnel de la mission d’audit en répartissant les travaux aux différents assistants et s’assurera que les diligences ont été correctement effectuées sur chaque cycle.
    • Le manager/senior manager mettra en œuvre la stratégie d’audit définie, proposera à l’associé une opinion d’audit fiable et sécurisé. Pour une mission, il constituera et managera l’équipe d’audit.
    • L’associé définira la stratégie d’audit. Il portera la responsabilité globale et légale d’une mission.
  • Dans un cabinet plus modeste

 

Sur de petits mandats, un jeune auditeur gagnera plus vite en autonomie et responsabilités. Les tâches seront plus variées et la responsabilisation plus importante.

La plupart des cabinets se spécialise par pôles de compétence (transaction, patrimoine, comité d’entreprise …) ou par secteurs (économie sociale, filiales françaises de groupes étrangers, fonds d’investissement immobilier …).

Le commissaire aux comptes ne peut mener un audit légal dans la société où il exerce en tant qu’expert-comptable.

Nommé pour auditer 6 exercices, il est soumis à l’obligation de rotation de ses mandats au sein d’un même cabinet.

 

Rémunération

Jeune diplômé stagiaire : entre 25 et 30 k€

Jeune cadre : entre 30 et 40 k€

Cadre confirmé (chef de mission, manager) : entre 40 et 60 k€ (ou plus)

Associé : en fonction des résultats du cabinet

 

NB : La rémunération dépend des missions à effectuer.

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Maîtrise de la lecture des états financiers et comptables
  • Maîtrise des outils de bureautique et notamment les tableurs
  • Connaissances approfondies : règles comptables, juridiques, fiscales
  • Anglais des affaires

 

Aptitudes professionnelles

  • Rigueur dans le maniement des chiffres
  • Bon sens et intuition dans la recherche d'explication des comptes
  • Indépendance, sens critique et aptitude à mener à bien des investigations
  • Grande disponibilité et forte capacité de travail
  • Esprit d'analyse et de synthèse
  • Capacité à déléguer et à former les collaborateurs moins expérimentés
  • Goût pour le terrain : les auditeurs interviennent sur le « day to day » audit, en clientèle.

 

Le profil

Diplômes requis

  • DSCG préparé en école de commerce et de gestion
  • Master en CCA
  • Stage professionnel de 3 ans auprès d’un maître de stage agréé
  • Diplôme d’aptitude au commissariat aux comptes ou diplôme d’expertise comptable
  • Affiliation obligatoire à la CNCC et inscription sur liste officiellement assermentée

 

Durée d’expérience

Le stage obligatoire de 3 ans constitue un minimum. La plupart des postes de commissaire aux comptes proposés demande une expérience de 3 à 5 ans, voire plus selon les responsabilités et les missions confiées.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Sociétés de commissariat aux comptes
  • Cabinets de conseil, audit, expertise comptable

 

Rattachement hiérarchique

En cabinet :

  • Chef ou responsable de mission
  • Manager
  • Directeur ou associé

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Au sein de l’entreprise auditée :

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Installation ou création d’un cabinet

 

En entreprise :

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Suite à la crise financière de 2008/2009, un certain nombre de recommandations ont été édictées par la commission européenne fin 2010 (Livre vert) concernant la profession de commissaire aux comptes et notamment le renforcement des procédures de contrôle interne (mise en place de nouvelles normes : en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, de responsabilité sociale des entreprises (RSE)…

Il est également prévu d’alléger et de simplifier le contrôle des PME en adoptant un « audit limité » ou « examen légal » de leurs états financiers.

On assiste depuis quelques années au développement, notamment en structure unipersonnelle, de missions de conseil (évaluation d’entreprises ou d’actifs, opérations de fusion-acquisition, …).

Enfin, il est prévu pour renforcer la professionnalisation du métier de mettre en œuvre des dispositifs de formation permanente.