Directeur d'établissement social / médico-social - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 33 fois | publié le 18/09/2017

Directeur d'établissement social / médico-social

Le directeur d’un établissement social ou médico-social est responsable des activités et du fonctionnement de sa(ses) structure(s). Les activités doivent répondre aux besoins des personnes accueillies ou accompagnées – adultes ou enfants handicapés, personnes en difficulté… Le directeur conduit la politique stratégique et opérationnelle de son établissement dans le cadre des politiques sociales, médico-sociales et sanitaires définies au plan national et territorial.

Autres intitulés

  • Directeur de maison d’accueil spécialisée (MAS)
  • Directeur de foyer d’accueil médicalisé (FAM)
  • Directeur d’institut médico-éducatif (IME)
  • Directeur de maison d’enfants à caractère social (MECS)
  • Directeur de structure de prévention spécialisée
  • Directeur de service d’action éducative en milieu ouvert (AEMO)
  • Directeur d’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)
  • Directeur d’établissement et service d’aide par le travail (ESAT)

 

Activités principales

Mise en œuvre du projet d’établissement

  • Élaborer le projet d’établissement dans le cadre de la politique générale définie par l’organisme gestionnaire et des politiques médico-sociales du territoire.
  • Mettre en œuvre les décisions stratégiques déterminées par le projet d’établissement.
  • Veiller à la conformité des actions de l’établissement avec les réglementations en vigueur.
  • Organiser les conditions d’accompagnement des personnes accueillies et des familles.
  • Veiller à la qualité des prestations de l’établissement (accueil, soin, accompagnement).
  • Veiller au respect des droits des personnes et de leurs familles.
  • Veiller à la sécurité des biens et des personnes.
  • Mettre en œuvre et faire respecter les mesures d’hygiène et de sécurité dans l’établissement.
  • Établir le bilan d’activité de la structure et identifier les axes d’évolution.
  • Animer des démarches d’amélioration continue de la qualité, des pratiques professionnelles et des prestations délivrées.
  • Mettre en œuvre la démarche d’évaluation de la structure.

 

Gestion et animation des ressources humaines

  • Évaluer les besoins en personnel de l’établissement.
  • Contribuer au recrutement du personnel.
  • Coordonner l’activité des équipes pluridisciplinaires.
  • Gérer la formation et le perfectionnement de l’ensemble des collaborateurs de l’établissement.
  • Assumer la responsabilité du respect par les salariés de la réglementation et de la législation en vigueur.
  • Gérer les relations sociales au sein de l’établissement.
  • Coordonner la communication et les échanges entre les différents acteurs internes et externes.

 

Gestion économique, financière et logistique

  • Élaborer le budget prévisionnel de l’établissement.
  • Suivre le budget et l’utilisation des ressources.
  • Veiller au bon fonctionnement de la structure.
  • Rédiger le rapport annuel de fonctionnement.
  • Définir les investissements prioritaires.

 

Représentation et promotion

  • Assurer la représentation de l’établissement auprès des partenaires, organismes de contrôle, financeurs.
  • Initier et entretenir des partenariats.
  • Développer le travail en réseau pour contribuer au bon maillage sanitaire, social et médico-social du territoire.
  • Mener des actions de communication et de promotion de l’établissement.
  • Participer à l’élaboration et l’évaluation des politiques territoriales d’action sanitaire et sociale.

 

Variabilité des activités

Les activités du directeur d’établissement social/ médico-social peuvent varier selon la politique menée par la structure gestionnaire. Dans le cas d’un groupe ou d’une association gestionnaire de plusieurs établissements, le directeur, parfois membre du conseil de direction, est plus ou moins autonome dans la définition et la mise en œuvre de sa politique d’établissement. Son degré d’autonomie est déterminé par la politique de délégation menée par la direction générale du groupe.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 40 et 70 k€

Cadre confirmé : entre 50 et 75 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, convention collective de la branche…)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Gestion administrative et financière d’un établissement
  • Management d’équipe
  • Conduite du changement
  • Connaissance de l’environnement et des dispositifs médico-sociaux
  • Connaissance de la réglementation du champ couvert par l’établissement
  • Connaissance des problématiques liées au public accueilli ou accompagné par la structure
  • Capacité à développer et entretenir des partenariats
  • Maîtrise des procédés d’évaluation des activités et de la qualité des prestations d’une structure sociale /médico-sociale

 

Aptitudes professionnelles

  • Sens de l’organisation
  • Capacités d’analyse et d’anticipation
  • Capacités de décision
  • Aisance relationnelle
  • Fortes aptitudes à la négociation
  • Sens de l’éthique
  • Grande disponibilité

 

Le profil

Diplômes requis

L’accès à un poste de direction d’un établissement de service social ou médico-social est réglementé et défini par le décret n°2007-221 du 19 février 2007. Le niveau de qualification requis dépend des caractéristiques des établissements et le niveau de délégation consenti au directeur par la personne morale gestionnaire de l’établissement ou du groupe :

  • Un diplôme de niveau I (Bac +5 ou plus) est exigé pour les directeurs assurant :

 

La direction d’un groupement d’intérêt économique, groupement d’intérêt public ou d’un groupement de coopération sociale ou médico-sociale.

La direction du siège social d’un organisme gestionnaire.

La direction d’un ou plusieurs établissements ou services répondant, sur au moins trois exercices clos consécutifs, à 2 des 3 critères suivants : plus de 50 salariés, un bilan supérieur à 1,5 M€, un chiffre d’affaires supérieur à 3 M€.

 

Si le CAFDES, un master 2 du type management des organisations sanitaires et sociales ou la formation de directeur d’établissement sanitaire, social et médico-social (D3S) délivrée par l’EHESP sont souvent appréciés par les recruteurs, la loi ne mentionne pas de spécialité obligatoire.

  • Un diplôme de niveau II (Bac +3 ou 4) est exigé dans les autres cas.

 

Là encore, les textes ne mentionnent que le niveau requis. Néanmoins, le CAFERUIS ou le DEIS sont souvent appréciés par les recruteurs. Il existe des dérogations à ces règles. Notamment la possibilité de recruter au niveau directement inférieur (respectivement II ou III) si le directeur s’engage à obtenir la qualification requise dans un délai de trois ans.

 

Durée d’expérience

Pour accéder à un poste de directeur d’établissement, une expérience significative dans le secteur d’activité ou la spécialité de la structure est souvent exigée, ainsi qu’une expérience réussie dans l’encadrement d’équipe.

 

Postes précédents (P-1)

  • Chef de service
  • Directeur adjoint d’un établissement social ou médico-social

 

Qui recrute ?

  • Associations ou fondations gestionnaires
  • Collectivités territoriales : conseils généraux, municipalités
  • Établissements indépendants
  • Groupes gestionnaires

 

Rattachement hiérarchique

Selon le type d’organisation :

  • Directeur général de l’organisme gestionnaire (association, collectivité territoriale, etc.)
  • Directeur de pôle ou Directeur territorial
  • Instances dirigeantes de l’établissement indépendant

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Directeur général de l’organisme gestionnaire
  • Directeur de pôle
  • Instances dirigeantes dans le cas d’un établissement indépendant
  • Chefs des différents services de l’établissement : sanitaires et sociaux (éducateurs, psychologues, médecins, infirmiers, thérapeutes…), administratifs (comptables, gestionnaires…), autres services (cuisine, blanchisserie, entretien…)
  • Fonctions support de l’organisme gestionnaire (dans le cas de groupes importants)

 

Externes :

  • Personnes accueillies et leur entourage • Acteurs locaux intégrés au protocole d’accompagnement des personnes accueillies
  • Acteurs du réseau local des politiques sociales, médico-sociales et sanitaires • Élus locaux

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Directeur d’un autre établissement social ou médico-social
  • Directeur de pôle
  • Directeur d’exploitation

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Le champ des établissements sociaux et médico-sociaux est extrêmement vaste et regroupe nombre de structures qui répondent à des besoins d’encadrement et d’accompagnement de publics variés : enfants ou adultes handicapés, enfants ou adultes rencontrant des difficultés sociales, personnes âgées plus ou moins dépendantes… Si les formes d’accueil des personnes âgées sont peu ou prou standardisées (EHPA, EHPAD), les typologies d’établissements accompagnant les personnes en situation de handicap ou connaissant des difficultés sociales sont très hétérogènes. On compte nombre de petites structures très spécialisées, tendant vers le « sur mesure ».

Depuis plusieurs années, le paysage médico-social se métamorphose. Les multiples établissements autonomes se regroupent (fusions, absorptions, partenariats) et on note la création d’associations gestionnaires qui gagnent en taille et s’organisent par pôles. Ces organismes sont généralement dotés de directions générales et de directeurs de pôles qui orientent les politiques des établissements du groupe. Ces mutations ne sont pas sans effet sur l’exercice de la fonction de directeur d’établissement. En effet, la liberté d’action du directeur d’établissement en termes d’orientation stratégique, de développement, de gestion financière ou de ressources humaines dépend de la politique de délégation de l’association gestionnaire qui peut être plus ou moins souple.

Par ailleurs, depuis la fin des années 1970, plusieurs lois successives encadrent le secteur social et médico-social afin d’assurer un accompagnement de qualité des publics par des acteurs professionnels.

Certaines encadrent directement la fonction de directeur d’établissement :

Le décret n° 2007-221 du 19 février 2007 qui précise en détail les modalités de délégation et le niveau de qualification des professionnels chargés de la direction d’un ou plusieurs établissements ou services sociaux ou médico-sociaux.

L’arrêté du 5 juin 2007 relatif au CAFDES (Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou service d’intervention sociale), un des diplômes permettant d’exercer la fonction de directeur d’établissement social ou médico-social.

D’autres encadrent les actions et l’organisation des établissements du secteur social et médico-social :

La loi 75-535 du 30 juin 1975 relative aux institutions sociales et médico-sociales

La loi 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale qui a pour vocation de garantir le droit des usagers (autonomie, protection, cohésion sociale, exercice de la citoyenneté, prévention de l’exclusion) et qui impose une évaluation interne et externe des activités, de la qualité des prestations des établissements.

Elle dicte également des obligations de qualification pour les professionnels du secteur, ainsi qu’une meilleure coordination entre les acteurs.

La loi HPST du 21 juillet 2009 qui énonce la création des ARS (Agences régionales de santé), qui ont notamment pour mission de faciliter la coordination entre les acteurs du champ sanitaire et médico-social.

Mots-clés : métiersocialmasaemofoyerimefammecsdirection d'établissementehpadmédico-social