Chargé d’études actuarielles - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Gestion, finance, administration

lu 68 fois | publié le 17/10/2017

Chargé d’études actuarielles

Par son expertise statistique et sa connaissance fine de l’assurance, le chargé d’études actuarielles contribue à la maîtrise des grands équilibres de l’entreprise. Dans cette finalité, il réalise des travaux d’anticipation des risques financiers. Il participe également à la conception technique et à la tarification des produits, le tout dans le respect des règles prudentielles.

Autres intitulés

  • Actuaire
  • Chargé d’études statistiques
  • Consultant en études actuarielles

 

Activités principales

Identification et réponse aux besoins d’études actuarielles

  • Identifier, par un suivi régulier des statistiques internes, les produits d’assurance nécessitant une réorientation en termes de politique tarifaire du fait d’un manque de rentabilité constaté.
  • Produire un benchmark régulier des produits d’assurance proposés par la concurrence (tarification, critères de sélection des bénéficiaires…).
  • Tenir compte des risques sur les marchés financiers et des perspectives économiques/réglementaires/ sociétales pouvant impacter directement le secteur assurantiel et ses produits.
  • Répondre aux besoins d’analyse actuarielle émanant des directions métiers (ciblage de nouveaux clients, revalorisation tarifaire sur une gamme de produits…).

 

Traitement de données, évaluation des risques et tarification

  • Puiser dans les bases de données internes (de la souscription, du marketing…) et externes (des fournisseurs spécialisés, des partenaires institutionnels) les éléments nécessaires à l’étude actuarielle projetée.
  • S’assurer, avec la direction Data, de la validité et de la fiabilité des bases de données utilisées pour l’étude actuarielle.
  • Réaliser, en collaboration avec les data scientists, des études statistiques autour de l’évaluation des risques : modélisation, probabilités, tables d’expérience, simulation d’un sinistre, calcul du MCR/SCR, taux de rentabilité…
  • Élaborer des formules et algorithmes mathématiques permettant de tarifier au plus juste chaque produit d’assurance en fonction du risque assuré.

 

Conception et adaptation des produits d’assurance

  • Participer à l’amélioration des caractéristiques des produits d’assurance en termes de garanties et/ou de tarification, grâce aux apports de l’étude actuarielle.
  • Présenter les résultats des analyses actuarielles sous forme de synthèses et tableaux à destination des équipes métiers (souscripteurs, commerciaux…).
  • Accompagner techniquement les acteurs impliqués dans l’élaboration des contrats : définition des garanties, rédaction des clauses, adaptation des conditions générales de vente...
  • Apporter ses conseils et son assistance technique aux professionnels chargés de commercialiser les contrats auprès des clients.

 

Contrôle financier et gestion des actifs/passifs de la compagnie d’assurance

  • Calculer les provisions financières nécessaires à l’entreprise pour assurer l’indemnisation des assurés sur chaque produit.
  • Simuler et modéliser les risques des différents types de placement financier et des choix d’investissement faits par la compagnie d’assurance.
  • Effectuer des expertises actuarielles sur les bilans (actif/passif) de la société d’assurance.
  • Concevoir et actualiser des outils de pilotage d’activité (tableaux de bord, reporting, scoring, étude de sinistralité, politiques tarifaires…).
  • Contribuer à des audits destinés à améliorer l’organisation de certains services ou certaines procédures financières.

 

Respect des règles prudentielles et veille réglementaire

  • S’assurer que les procédures suivies sont en conformité avec la réglementation en vigueur au sein de l’entreprise (politique de tarification, exigence de rentabilité…) et dans l’ensemble du secteur (Solvabilité 2 notamment, exigeant l’adaptation des fonds propres de chaque compagnie aux risques encourus).
  • Maintenir une veille constante sur les normes actuarielles et les rapports réglementaires qui régissent le secteur assurantiel.
  • Fournir des données actuarielles aux instances de contrôle internes (direction Conformité, Juridique) et externes (ACPR).

 

Variabilité des activités

Les activités du chargé d’études actuarielles peuvent varier selon…

Le domaine de spécialité :

Le chargé d’études actuarielles peut se spécialiser sur un type de risque (vie, IARDT, dommages, santé…) ou une dominante d’activité (produits, réassurance, gestion d’actifs/passifs…). Cette spécialisation peut requérir une solide expertise académique et réglementaire, ainsi que la maîtrise de certains outils et logiciels. Le domaine de spécialité influence également le réseau d’interlocuteurs du chargé d’études actuarielles. La collaboration avec des experts est indispensable pour certains produits d’assurance (sur les typologies de risques industriels par exemple). De plus, certaines spécialités, comme la réassurance, s’exercent dans une dimension internationale. Les risques de terrorisme et de réchauffement climatique sur lesquels s’assurent (entre autres) les sociétés d’assurance sont en effet mondialisés. Le chargé d’études actuarielles spécialiste de ces sujets aura ainsi à travailler en mode projet, en anglais, avec des équipes internationales.

 

Le type d’entreprise :

  • En entreprise d’assurance, le chargé d’études actuarielles est généralement rattaché à une direction Actuariat. Selon le sujet d’analyse, il peut être amené à travailler avec l’ensemble des équipes métiers, et se spécialise le plus souvent sur un type de produit d’assurance ou un domaine d’activités.
  • En cabinet de conseils, le chargé d’études actuarielles est un consultant. Il peut réaliser des analyses actuarielles pour diverses sociétés d’assurance, sur diverses problématiques. Sa flexibilité et sa capacité d’adaptation sont particulièrement sollicitées. Il devra également faire preuve de sens commercial pour expliquer ses résultats et proposer de nouvelles solutions à son client.

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 30 et 35 k€

Jeune cadre : entre 35 et 45 k€

Cadre confirmé : entre 45 et 65 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et statut de l’entreprise…)

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Maîtrise des techniques et outils statistiques : modélisation, probabilités, tables d’expérience, simulation d’un sinistre, calcul du MCR/SCR, taux de rentabilité…
  • Maîtrise des outils informatiques de traitement statistique et de gestion de bases de données (Excel, SAS, Access, Python, R…)
  • Maîtrise d’un ou plusieurs progiciels de tarification et outils liés à l’actuariat
  • Connaissances juridiques et fiscales appliquées aux produits d’assurance (Solvabilité 2, IFRS 17, RGPD…)
  • Connaissances comptables et financières appliquées à la gestion d’entreprise
  • Compétences rédactionnelles
  • Maîtrise de l’anglais technique et commercial

 

Aptitudes professionnelles

  • Goût pour l’analyse et l’abstraction
  • Rigueur, précision et organisation
  • Esprit de synthèse
  • Pédagogie pour vulgariser ses analyses
  • Capacité à travailler en mode projet

 

Le profil

Diplômes requis

  • Diplômes d’actuariat de niveau Bac +3 à Bac +5, notamment ceux reconnus par l’Institut des actuaires et délivrés par :
    • CDIS (Collège des ingénieurs)
    • ENSAE (École nationale de la statistique et de l’administration économique)
    • ESSEC (École supérieure des sciences économiques et commerciales)
    • EURIA (Euro-institut d’actuariat)
    • ISFA (Institut de science financière et d’assurances)
    • ISUP (Institut de statistique de l’université de Paris)
    • Université de Strasbourg – DUAS (Diplôme universitaire d’actuaire de Strasbourg)
    • Université Paris-Dauphine
  • Autres diplômes d’actuariat ou d’études actuarielles de niveau Bac +3 à Bac +5
    • Master en actuariat, études actuarielles, finance actuarielle, ingénierie des risques, gestion des risques
    • Master en mathématiques appliquées, statistiques, économétrie, finance
    • Diplôme d’ingénieur en mathématiques, statistiques
  • Formation continue
    • Diplôme d’actuaire du CNAM ou du CEA (Centred’études actuarielles) de l’Institut des actuaires

 

Durée d’expérience

Le métier de chargé d’études actuarielles, en fort développement, est ouvert aux jeunes diplômés. Néanmoins, l’expérience exigée peut varier considérablement selon les contenus d’activités associés au poste (produits, réassurance, gestion d’actifs/passifs, organisation…). Les stages effectués pendant la formation (d’actuaire notamment) sont particulièrement valorisés.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Société anonyme d’assurance
  • Société d’assurance mutuelle
  • Société mutuelle d’assurance
  • Grand cabinet de courtage
  • Cabinet de conseil actuariel

 

Rattachement hiérarchique

  • Direction actuariat
  • Direction financière
  • Direction opérationnelle spécifique (vie, IARDT, collectives, santé…)
  • Direction technique
  • Direction générale

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Direction marketing
  • Direction Data
    • Gestionnaires de la donnée/Data managers
    • Data scientists
  • Direction Systèmes d’information
  • Direction Souscription
  • Direction Conformité
  • Direction Juridique

 

Externes :

  • Réseau commercial, agents généraux, courtiers
  • Auditeurs
  • Partenaires institutionnels (ACPR, FFA…)
  • Prestataires de services informatiques (fouille de données, extraction de données, traitement de données…)

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Le métier de chargé d’études actuarielles est directement lié au principe d’inversion du cycle de production dans l’assurance, qui conduit les assureurs à vendre un produit dont ils ne connaissent pas le coût réel. La mission du chargé d’études actuarielles, tarifier au plus juste le produit, est au cœur des enjeux du secteur. Si la majorité des actuaires travaille pour le monde de l’assurance, leurs compétences intéressent toutefois de plus en plus les banques et les organismes financiers.

Ce métier exerce aujourd’hui une responsabilité importante au sein des sociétés d’assurance. Occupant une fonction centrale et stratégique dans l’entreprise, le chargé d’études actuarielles est amené à collaborer avec le contrôle de gestion, l’informatique, les commerciaux, les juristes et la direction générale. Les évolutions économiques et sociétales (tension budgétaire, digitalisation, volatilité des clients…) le font également échanger régulièrement avec le marketing ; le chargé d’études et le marketeur se nourrissant désormais l’un l’autre de la connaissance actuarielle et de la connaissance du marché pour calculer et tarifier les contrats.

Le chargé d’études actuarielles est également en relation régulière avec le data scientist, et l’ensemble des métiers de la science des données. Une même personne peut présenter ces deux compétences complémentaires : l’exploitation des multiples données d’une société d’assurance, et la meilleure tarification de leurs produits dans le respect des règles prudentielles. Les métiers de l’actuariat se forment en effet de plus en plus aux compétences data, qui leur permettent de mieux appréhender l’évaluation des risques grâce à des logiciels et outils techniques spécifiques. La digitalisation de la société, l’explosion du big data, des objets connectés et l’émergence de nouvelles approches comme l’intelligence artificielle ou la blockchain ouvrent de nouveaux horizons pour l’analyse des risques et le métier de chargé d’études actuarielles. Les référentiels de données s’enrichissent, les modèles d’analyses s’affinent, la conception des produits et des tarifs intègre des logiques comportementales (« pay as you live »), la protection se personnalise pour chaque client...

Le chargé d’études actuarielles et est restera dès lors un métier emblématique du secteur, dont le rôle sera stratégique pour « calculer l’avenir » et accompagner la prise de décision appropriée par les sociétés d’assurance.