Ingénieur électronique embarquée - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Etudes, recherche et développement

lu 185 fois | publié le 14/09/2017

Ingénieur électronique embarquée

L’ingénieur électronique embarquée conçoit et réalise des systèmes électroniques complexes et définit l’architecture des produits et des composants pour des applications dans différents contextes (automobile, aéronautique, objets mobiles et communicants, énergie, santé...).

Autres intitulés

  • Ingénieur informatique embarquée
  • Ingénieur systèmes électroniques embarqués
  • Chef de projet systèmes embarqués
  • Architecte systèmes embarqués

 

Activités principales

Études d’avant-projet

  • Étudier les opportunités et la faisabilité technologique de l’application envisagée.
  • Analyser les contraintes techniques du système et des coûts.
  • Effectuer une veille technologique (technologies, procédés, méthodes...).
  • Définir l’architecture matérielle et logicielle du projet.
  • Rédiger un cahier des charges fonctionnel en collaboration avec d’autres spécialistes impliqués dans le projet.

 

Traduction technique du besoin fonctionnel

  • Participer à l’analyse fonctionnelle détaillée des besoins utilisateurs.
  • Établir une solution d’architecture électronique.
  • Élaborer et rédiger les spécifications fonctionnelles (clauses techniques des produits embarqués) et celles des composants spécifiques.
  • Déterminer l’ensemble des composants nécessaires au développement du système embarqué en tenant compte des contraintes (spécificités techniques, délais, budgets, fiabilité).
  • Étudier la fiabilité, la disponibilité et la maintenabilité du produit, en tenant compte des composants et leur compatibilité.
  • Définition des interfaces fonctionnelles du produit embarqué.

 

Conception et développement du produit

  • Spécifier les méthodes d’analyse permettant de développer des solutions innovantes en prenant en compte les normes qualité spécifiques au secteur.
  • Modéliser, réaliser les schémas électroniques et simuler les fonctions.
  • Réaliser un prototype.
  • Réaliser ou piloter le développement logiciel, la mise au point, le déploiement (intégration logicielle).
  • Préparer éventuellement les éléments pour le dépôt de brevet.
  • Réaliser la documentation technique pour les développements ultérieurs et la mise en production.
  • Gérer les interfaces fonctionnelles avec les autres équipes techniques (bureaux d’études, essais, qualité...).
  • Améliorer les caractéristiques du produit et les nouvelles versions suite à la montée en puissance de certains composants ou le retour d’expérience client.

 

Test et validation

  • Définir les scénarii de tests et les bancs de tests associés.
  • Réaliser les essais de mise au point et de validation de la conception.
  • Interpréter les résultats, rédiger les rapports de tests et corriger les dysfonctionnements.
  • Vérifier les capacités du système avec la demande formulée par le client.
  • Assurer le support et le suivi technique du produit de manière à l’améliorer.

 

Activités éventuelles

Dans certaines entreprises, l’ingénieur assure également le soutien à la mise en production en faisant l’installation et la mise au point sur site.

Sur certains projets importants, l’ingénieur peut être amené à encadrer des équipes d’ingénieurs et de techniciens.

Il peut également  s’occuper directement des achats de matériels ou composants et/ou de logiciels.

Dans certaines structures, il peut être amené à réaliser des actions d’avant-vente en fournissant un soutien technique aux équipes commerciales.

 

Variabilité des activités

La fonction d’ingénieur électronique embarquée et les compétences requises peuvent varier selon le type de système embarqué sur lequel il travaille. En effet, des compétences complémentaires, voire une double compétence en électricité, en robotique, en avionique, en calcul, en mécanique… peuvent être exigées en fonction du domaine d’activité pour lequel il est amené à concevoir le produit.

  • Dans les transports, il peut être chargé de la conception des différents modules qui composent une automobile, un avion etc. Il se charge aussi bien de la partie hardware que de la partie software embarquée dans les appareils ou les voitures. Il intervient à tous les niveaux : que ce soit pour améliorer des systèmes déjà existants, ou encore innover pour renforcer la sécurité, améliorer la consommation...

 

Son rôle peut également résider dans l’installation, la maintenance et le développement des équipements qui participent à la sécurité du transport : les radars, les systèmes informatiques, etc. Dans tous les cas, il possède des responsabilités puisque c’est la sécurité des passagers - d’une voiture ou d’un avion par exemple - qui est en jeu.

  • Dans la domotique, il crée des systèmes informatiques qui permettent de rendre les bâtiments intelligents. Le domoticien les installe et en assure la maintenance. Pour l’instant, les spécialistes de la domotique travaillent surtout sur les systèmes de sécurité des habitations particulières et des immeubles de bureaux. Mais ce métier devrait se développer dans les prochaines années puisque, déjà, l’ordinateur prend une place de plus en plus importante dans les bâtiments récents pour la gestion de la climatisation, de l’éclairage et des conditions d’accès.
  • Dans l’énergie, il est chargé de répondre, grâce à des solutions techniques en adéquation avec les systèmes embarqués, à des contraintes énergétiques. A la fois sur le hardware et le software, il agit de manière à concilier les performances et les consommations énergétiques des systèmes embarqués. Pour cela, il va par exemple exploiter les nouvelles ressources énergétiques disponibles pour limiter les consommations, à l’image des voitures hybrides ou bien il travaille sur des problématiques propres au développement durable.
  • Dans la santé, il prend en charge l’installation, les diagnostics et tests des systèmes embarqués notamment ceux utilisés dans la télémédecine ; il participe à la maintenance des dispositifs technologiques dans son domaine.

 

En quelques années, l’e-santé est devenue un secteur présentant un fort potentiel de développement grâce à trois facteurs : les besoins exprimés par les professionnels de la santé, la disponibilité des technologies, une forte croissance du marché de l’emploi dans le domaine de la télémédecine.

En fonction de la taille de l’entreprise, le périmètre d’action de l’ingénieur électronique embarquée peut varier :

  • Dans les grandes entreprises, la fonction peut être scindée entre différents postes :
    • Responsable de l’équipement ou spécialiste Système
    • Architecte plate-forme embarquée
    • Expert technologies embarquées / responsable support
    • Architecte applications embarquées
    • Spécialiste développement logiciel
    • Spécialiste qualification/validation
    • Spécialiste test
    • Spécialiste Intégration
    • Spécialiste process et méthodes / assurance qualité / certification
  • Dans les entreprises de taille moins importante, les tâches peuvent être réalisées par la même personne.

 

En société d’ingénierie, l’ingénieur électronique embarquée peut également conseiller le client sur des matériels et logiciels adaptés en fonction des besoins en matière de réseaux.

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 30 et 35 k€

Jeune cadre : entre 35 et 40 k€

Cadre confirmé : entre 40 et 55 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Connaissance des matériels, microprocesseurs, microcontrôleurs et logiciels électroniques, processeurs de signaux numériques (DSP)
  • Maîtrise des architectures de processeurs
  • Maîtrise des Bus et des outils associés (variables selon le secteur d’activité)
  • Connaissance des architectures embarquées
  • Langage de programmation des systèmes embarqués (C, C++)
  • Connaissance des systèmes temps réels
  • Connaissance de Linux et éventuellement de Windows
  • Connaissance des réseaux sous IP
  • Connaissance des outils de débogage, de compilation, de simulation de système sur puce
  • Connaissance d’un outil de saisie de schéma
  • Pratique d’une méthode de conception, cycle en V (de type méthode agile)
  • Connaissance des normes qualité du secteur
  • Connaissance des designs patterns, de l'UML ou de modèles de programmation parallèle parfois demandée
  • Maîtrise de l’anglais professionnel

 

Aptitudes professionnelles

  • Ecoute et dialogue pour bien comprendre les besoins des utilisateurs
  • Grande rigueur et sens de la méthode de manière à mener des recherches approfondies sur les produits
  • Adaptabilité et curiosité technique car les évolutions technologiques sont rapides et doivent être assimilées afin de pouvoir optimiser l’existant
  • Polyvalence, car les systèmes embarqués interagissent fortement avec des produits électriques, mécaniques, des capteurs…
  • Autonomie afin de mener à bien les projets confiés
  • Capacité à travailler en équipe et en environnement multiculturel, car de nombreux projets sont internationaux

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation de niveau Bac +5 (Master) spécialisée en électronique ou informatique embarquée, informatique industrielle ou télécommunications
  • Écoles d’ingénieurs (électronique, informatique, télécoms, généralistes...)
  • Formation de niveau Bac +8 (Doctorat) en électronique ou informatique embarquée, informatique industrielle ou télécommunications

 

Durée d’expérience

Le poste d’ingénieur électronicien peut être accessible aux jeunes diplômés Bac + 5. Certaines PME peuvent recruter des jeunes diplômés Bac + 2/3 avec des missions plus proches de celles d’un technicien électronicien, sans donner le statut cadre. Les recruteurs recherchent toutefois prioritairement des cadres disposant de un à trois ans d’expérience minimum de préférence dans le domaine concerné.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Industrie aéronautique, spatiale, ferroviaire, navale et automobile
  • Industries électroniques et du secteur de l’énergie, mécanique et métallurgie
  • Industrie de l’armement
  • Éditeurs de logiciels
  • Sociétés d’ingénierie travaillant comme sous-traitants des industries technologiques
  • Laboratoires de recherche publique ainsi que ceux des écoles d’ingénieurs et universités
  • Pôles de compétitivité

 

Rattachement hiérarchique

En entreprise :

 

En société d’ingénierie :

 

Environnement de travail et interlocuteurs

 

Evolution professionnelle (P+1)

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Les systèmes embarqués sont aujourd’hui présents dans de grands secteurs d’activité comme les transports, la domotique ou bien encore l’énergie et couvrent des métiers en fort développement dans l’automobile, l’aéronautique, l’informatique industrielle, la téléphonie mobile, la monétique. Au cœur des enjeux sociétaux, les systèmes embarqués contribuent pleinement à dynamiser l’innovation dans les domaines des transports intelligents, de l’aide à la personne, de la mobilité durable, de l’hospitalisation à domicile, ou bien de la maîtrise de la consommation.

Les applications sont multiples, dans des domaines aussi variés que le pilotage automatique d’un avion, la veille optique en mer au bord des navires, la surveillance de trajectoire pour les satellites, le développement d’organes artificiels, la domotique, la téléphonie, les radars, la navigation par satellite… ce qui explique les besoins importants en spécialistes des systèmes embarqués aujourd’hui et dans les années à venir.

Sous l’effet d’entraînement des grandes industries (aviation, spatial, défense, énergie...), les industriels conçoivent de plus en plus de systèmes embarqués, souvent multifonctionnels, autorégulés et supervisés en temps réel : ces progrès ont été permis grâce à la définition de standards et de méthodes, la miniaturisation, la puissance de calcul, la taille des mémoires, l’intégration, l’autonomie énergétique, les progrès en fiabilité et la baisse des coûts.

Les systèmes embarqués et l’émergence du web des objets :

L’émergence du Web des objets, jonction du monde du Web avec celui des systèmes embarqués transforme de plus en plus d’éléments en objets numériques intelligents autonomes et communicants via le réseau Internet.

Les systèmes embarqués sont en train d’évoluer du fait de l’avènement des objets connectés (machine to machine), permettant aux appareils et systèmes de communiquer et d’interagir entre eux.

L’industrialisation des systèmes embarqués :

Dans la mesure où l’électronique embarquée représente désormais une part importante du coût en R&D des équipements, l’industrialisation des produits est un impératif pour les entreprises afin de réduire les coûts sans toucher à la qualité et la fiabilité. Ainsi les entreprises conçoivent de plus en plus fréquemment des produits modulables, utilisant des briques de base, permettant de capitaliser les développements.

Les entreprises ont de plus en plus besoin d’ingénieurs avec des compétences élargies :

En effet, les projets étant de plus en plus complexes et communicants, la frontière entre le matériel et le logiciel devient de plus en plus ténue. On parle davantage de systèmes embarqués que d’électronique ou d’informatique embarquée. Les besoins portent sur des compétences en architecture technique et informatique avec le recours à la virtualisation, la prise en compte de la sécurité informatique, la certification en sûreté de fonctionnement... Simultanément, les applications se diversifiant, le métier demande de plus en plus de polyvalence.

 

Fiche métier réalisée en collaboration avec l’Observatoire de la métallurgie