Ingénieur écologue - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Etudes, recherche et développement

lu 140 fois | publié le 14/09/2017

Ingénieur écologue

L'ingénieur écologue analyse, mesure et prévoit l'impact des activités humaines sur l'environnement et la biodiversité. Il réalise des études d'impact, élabore des dossiers réglementaires et fournit des conseils et préconisations que ce soit dans le secteur privé ou dans le secteur public.

Autres intitulés

  • Chargé d'études écologue
  • Chef de projet écologue
  • Chef de projet écologie et biodiversité

 

Activités principales

Réalisation d'études en phase amont d'un projet

  • Réaliser des études environnementales : études d'impacts écologiques, diagnostics territoriaux, études d'incidence de site Natura 2000.
  • Effectuer des inventaires faune, flore et habitats.
  • Analyser des sites : prendre en compte la biodiversité dans les projets de construction, intégrer le projet dans son environnement.
  • Travailler sur des projets d'amélioration de la gestion des ressources du vivant sauvage (faune, flore, eau...).
  • Rédiger des rapports d'études et des dossiers réglementaires.
  • Participer à la reconnaissance et à l'acquisition de données sur le terrain : prélèvements, techniques de prospection de terrain.

 

Proposition et mise en œuvre des préconisations

  • Conseiller les interlocuteurs (clients ou collaborateurs) sur la préservation des services éco-systémiques (épuration de l'eau, régénération des sols, pollinisation, etc...).
  • Elaborer des mesures de réduction ou de compensation d'impacts sur la faune, la flore et les habitats naturels. 
  • Formuler des préconisations : proposition de plans d'aménagement, de travaux de restauration écologique.

 

Suivi de la mise en œuvre

  • Elaborer des plans de gestion de milieux naturels (réserves, parcs, espaces naturels sensibles etc...).
  • Participer à la restauration de milieux dégradés.
  • Coordonner le suivi environnemental des travaux.

 

Activités éventuelles

L'ingénieur écologue peut aussi avoir à coordonner des équipes : dans le cadre de projets, il peut être désigné comme chef de projet. Il devra donc manager une petite équipe et en organiser le fonctionnement. Par ailleurs, il peut avoir des missions commerciales : dans ce cas, il fera le lien avec les clients et participera à la gestion courante des contrats. 

 

Variabilité des activités

  • En bureau d'études, l'ingénieur écologue réalise pour le compte de clients, collectivités ou entreprises, des études d'impact ainsi que des évaluations de politiques publiques. Il apporte des conseils en matière d'aménagement et de gestion des espaces naturels.
  • Dans le secteur de l'ingénierie de la construction, l'ingénieur écologue prépare les projets d'aménagement et de construction, afin d'évaluer et de compenser l'impact de l'activité sur la biodiversité, la faune et la flore. 
  • Dans les organismes publics, il participe à la protection de l'environnement, dans le cadre de certifications ou de mise en place de protections spécifiques dans des zones à risques. Il peut également animer des réunions de concertation et des réunions publiques.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 30 et 35 k€

Cadre confirmé : entre 35 et 45 k€

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Solide culture scientifique et technique
  • Connaissances naturalistes générales
  • Utilisation courante des outils informatiques et cartographiques SIG (MapInfo et ArcGis)
  • Connaissance des études réglementaires
  • Pilotage d'activité et conduite de projet
  • Connaissance de l'anglais scientifique et technique
  • Connaissance du droit de l'environnement
  • Animation de réunions de concertation

 

Aptitudes professionnelles

  • Autonomie dans la mise en place des processus d'études
  • Responsabilité, car l'ingénieur écologue est garant des résultats obtenus
  • Travail en équipe pour le recueil des données et le partage de connaissances naturalistes
  • Rigueur et organisation pour le respect des échéances
  • Capacités rédactionnelles pour la rédaction de rapports d'analyse et leur diffusion
  • Mobilité pour se rendre sur le terrain très régulièrement

 

Le profil

Diplômes requis

  • Masters en écologie scientifique (conservation de la biodiversité, gestion de milieux naturels), sciences biologiques et du milieu naturel, biologie, géologie, chimie, physique, génie civil ou rural, complétées d'une option liée à l'environnement
  • Ecoles d'ingénieurs agronomes avec une spécialisation en environnement

 

Des connaissances naturalistes, et une spécialité (botanique, oiseaux, insectes, amphibiens...) sont très appréciées

 

Durée d’expérience

Une première expérience ou des stages dans le domaine sont fortement recommandés. La plupart des employeurs exigent de 2 à 4 ans d'expérience. 

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Bureaux d'études et sociétés de conseil en environnement
  • Conservatoires des espaces naturels, Parcs naturels régionaux et nationaux, Conservatoires botaniques
  • Sociétés de conseil et d'ingénierie (assistance à maîtrise d'ouvrage...)
  • Industries (carrières, centres d'enfouissement techniques)
  • Associations de préservation de l'environnement
  • Sociétés autoroutières
  • Collectivités territoriales et groupements
  • Etablissements d'enseignement
  • Organismes de recherche en écologie appliquée
  • Ministères et services de l'état (DREAL, DRAF, DDTM, CETE)
  • Organismes consulaires et professionnels agricoles
  • Etablissements publics (ONF, ONCFS, ONEMA...)

 

Rattachement hiérarchique

 

Environnement de travail et interlocuteurs

  • Services déconcentrés de l’Etat (ex : DREAL, Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement)
  • Clients
  • Responsables d'associations
  • Elus politiques

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Responsable de service au sein d'un organisme public ou privé, d'une association dédiée à la préservation de la biodiversité et de l'environnement
  • Expert indépendant
  • Directeur de bureau d'études

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

En France, la législation nationale s'est renforcée au cours des dernières années en application des directives cadres européennes sur la protection de l'environnement et de la nature (Directive Oiseaux 1979 et Directive Habitats 1992). Le Grenelle de l’Environnement a permis de faire remonter un certain nombre d’enjeux et de faire évoluer la réglementation dans ce domaine. Un plan d’action a été mis en place en faveur de la biodiversité, dont fait partie « La Trame Verte et Bleue » pour la restauration écologique du territoire. Les entreprises et les services déconcentrés de l’Etat ont obligation de travailler sur la prise en compte de la biodiversité dans les projets de construction et d’aménagement. De plus, la prise en compte sociale de l'intérêt majeur de la conservation de la biodiversité (ressources naturelles fondamentales : bois, eau, terre fertile, etc.) est également un facteur de développement pour le métier d’ingénieur écologue, qui a dernièrement été marqué par l'année internationale de la biodiversité 2010.

Mots-clés : métierécologiebiodiversitéenvironnement