Rédacteur en chef - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Communication, création

lu 23 fois | publié le 13/09/2017

Rédacteur en chef

Le rédacteur en chef coordonne l’ensemble de la production éditoriale de la structure. Il oriente la ligne éditoriale, imagine les sujets et reportages, manage les équipes de journalistes, valide les contenus et analyse les audiences.

Autres intitulés

  • Coordinateur éditorial
  • Rédacteur en chef web
  • Rédacteur en chef technique

 

Activités principales

Définition de la politique éditoriale et choix des sujets à traiter

  • Suivre l’actualité.
  • Identifier les publics cibles et leurs attentes.
  • Définir et/ou appliquer une politique éditoriale en adéquation avec l’identité de la marque média.
  • Orienter la ligne éditoriale sur le plan esthétique (charte graphique, mise en pages, etc.).
  • Recueillir et proposer des sujets d’articles, enquêtes, reportages, investigations.
  • Valider une sélection de sujets à traiter à chaque parution sur chaque support.

 

Management et animation des équipes et collaborateurs de rédaction

  • Encadrer l’équipe de rédaction.
  • Animer les conférences et comités de rédaction journaliers/hebdomadaires/mensuels.
  • S’assurer de l’adhésion de l’équipe au projet éditorial.
  • Répartir les sujets à traiter au sein de l’équipe de rédaction.
  • Solliciter et animer un réseau de contributeurs extérieurs (pigistes, prestataires, etc.).
  • Être le médiateur des différents services engagés sur les diverses parutions télévisuelles, print et Web.
  • Recruter, faire passer les entretiens d’évaluation et fixer les objectifs individuels des collaborateurs internes.

 

Coordination, suivi technique et validation de la production éditoriale

  • Commander, suivre et contrôler la qualité des contenus sur chaque support.
  • Préciser avec chaque journaliste l’angle de l’article (manière dont le sujet va être traité), le calibrage (nombre de pages/signes par article), la durée du reportage vidéo, etc.
  • Établir les plannings de rendus des contenus.
  • Choisir le titre de la une, le reportage d’ouverture du journal télévisé.
  • Relire/revisualiser et valider l’ensemble des contenus à paraître.
  • Veiller au ton de chaque contenu éditorial et à la cohérence globale d’une publication avec la ligne éditoriale du média.
  • Donner son aval final sur le contenu rédactionnel et visuel de chaque publication.

 

Développement de la stratégie du média

  • Assurer le reporting et le suivi du budget rédactionnel.
  • Participer à l’élaboration des stratégies marketing et publicitaires.
  • Effectuer une veille concurrentielle sur les nouvelles pratiques et formats de publication de l’information.
  • Proposer et mettre en œuvre la vente de contenus rédactionnels inédits et/ou innovants : livres, hors-séries, articles pour les marques (brand publishing), etc.

 

Être le représentant de la structure dans les médias et développer sa visibilité

  • Être l’ambassadeur du média auprès des acteurs de la profession.
  • Développer la notoriété de son titre auprès du public, mais aussi auprès des milieux politiques, économiques, culturels, publicitaires et médiatiques.
  • Participer à des conférences de presse.
  • Participe à la création et à l’animation d’événements liés au média.
  • Négocier des partenariats et assurer les relations avec les partenaires.

 

Variabilité des activités

Les activités du rédacteur en chef peuvent varier selon…

La taille et l’organisation interne de la structure :

  • Dans une petite structure, le rédacteur en chef peut être seul à diriger une équipe de journalistes. Son rôle de manager est dès lors prépondérant. Il est également amené à gérer les budgets et les ressources et/ou suivre et analyser régulièrement l’audience du média.
  • Lorsque l’équipe de rédaction est conséquente, il est épaulé par un ou plusieurs adjoints, qui l’aident dans ses fonctions. Dans certains journaux, il dépend d’un directeur de la rédaction, qui oriente la ligne éditoriale, supervise l’ensemble des rédacteurs en chef et joue le rôle d’arbitre dans les décisions finales.

 

Le support de diffusion du média :

  • Dans un journal de presse, le rédacteur en chef est responsable du contenu écrit des articles publiés et des illustrations associées. Il maîtrise les étapes de production technique d’une publication print/Web (chemin de fer, correction, impression, diffusion numérique, etc.). Les contacts externes avec les intermédiaires de distribution et de diffusion, print comme Web (revendeurs physiques, fournisseurs d’accès Web, sites spécialisés, etc.) sont nombreux.
  • La profession de rédacteur en chef s’exerce aussi dans l’audiovisuel. Le rédacteur en chef d’une radio ou télévision maîtrise les aspects techniques de la diffusion audiovisuelle (conducteur d’antenne, éléments de montage, régie, etc.). Il doit pouvoir pallier aux éventuels incidents et urgences de dernière minute en coordonnant la production parallèle de contenus de remplacement. Les collaborations internes avec des métiers très spécialisés comme le chef d’antenne, le présentateur et le régisseur sont essentielles à ses missions.

 

L’orientation de la ligne éditoriale du média :

  • Au sein d’un média public et/ou généraliste, le rédacteur en chef respecte généralement une ligne éditoriale relativement neutre. Les contenus qu’il contribue à publier doivent faire preuve d’une certaine exhaustivité/représentativité quant à l’actualité.
  • Au sein d’un média plus orienté sur un type d’actualité, un secteur d’activité, une ligne politique, une cible de publics, le rédacteur en chef peut insuffler sa propre vision dans la production de contenus. C’est pour cela qu’une publication change souvent de ton avec l’arrivée d’un nouveau rédacteur en chef.

 

Rémunération

Jeune cadre : entre 40 et 45 k€

Cadre confirmé : entre 45 et 60 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et structure de l’entreprise, encadrement d’équipes, etc.). Le rédacteur en chef est détenteur d’une carte professionnelle (carte de presse) délivrée par la CCIJP sous certaines conditions.

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Maîtrise de toute la chaîne de production éditoriale télévisuelle, print et Web
  • Maîtrise des techniques journalistiques
  • Bases de l’animation d’un site internet
  • Management de collaborateurs internes et externes
  • Connaissances en droit (droit des médias, droit à l’image, droit d’auteur, etc.)
  • Gestion des plannings et des budgets
  • Maîtrise au minimum d’une langue étrangère

 

Aptitudes professionnelles

  • Solide culture générale
  • Goût pour l’information, la communication
  • Curiosité et ouverture d’esprit
  • Créativité
  • Capacité d’arbitrage et de hiérarchisation des informations
  • Grande capacité rédactionnelle
  • Écoute, médiation et grande aisance relationnelle
  • Implication et adaptation à des horaires de travail exigeants
  • Rigueur et organisation
  • Polyvalence, autonomie et réactivité

 

Le profil

Diplômes requis

  • École spécialisée en journalisme
  • Formation supérieure de type IEP avec une spécialisation en journalisme
  • Formation universitaire de niveau Bac +3 (licence) à Bac +5 (master et master professionnel) en journalisme
  • DUT information-communication option journalisme
  • Double formation universitaire dans une discipline précise (droit, sciences, technique, etc.) complétée par une spécialisation ou une expérience en journalisme pour exercer en tant que rédacteur en chef dans des médias spécialisés (presse professionnelle en particulier)

 

Durée d’expérience

Les postes de rédacteur en chef sont généralement accessibles aux professionnels des médias (rédacteur en chef adjoint, chef de rubrique, reporter-rédacteur) ayant exercé entre 5 et 10 ans, et ayant idéalement une expérience du management. Ce poste à hautes responsabilités est rarement confié à un journaliste débutant.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Entreprise d’édition de journaux, de revues et de périodiques print et numérique
  • Site web d’informations et de services
  • Radio
  • Télévision

 

Rattachement hiérarchique

  • Éditeur/directeur de projet éditorial
  • Directeur de la rédaction

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Direction de projet éditorial
  • Éditeur
  • Direction de la rédaction
  • Secrétariat de rédaction
  • Équipe rédactionnelle
  • Reporters-rédacteurs
  • JRI
  • Documentaliste
  • Présentateurs de journaux TV
  • Développeurs informatiques 
  • Direction marketing
  • Community manager

 

Externes :

  • Agences d’information
  • Auteurs externes/pigistes
  • Sources et contacts (experts, spécialistes, témoins, etc.)
  • Société de production de contenu éditorial spécialisé : data journalisme, web documentaire, newsgame, etc.
  • Prestataires de diffusion numérique : fournisseurs d’accès à Internet, moteurs de recherche, plateformes d’échange, réseaux sociaux

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Directeur de la rédaction
  • Directeur du pôle éditorial

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

À l’image des secteurs dans lesquels il évolue, le rédacteur en chef doit s’adapter aux profondes mutations qui affectent la production et la diffusion de l’information. Avec la généralisation de l’accès à Internet et le développement des médias numériques, le rédacteur en chef peut travailler aussi bien sur un support d’information imprimé, numérique ou sur les deux parallèlement. Les comportements de lecture changent, les contenus éditoriaux se doivent d’évoluer également. Et c’est au rédacteur en chef, entre autres, de relever ce défi d’adaptation à de nouveaux modes de création, distribution et consommation de l’information.

D’une part, le projet éditorial d’un média d’information peut se diversifier ou au contraire se préciser afin de répondre au mieux aux attentes des lecteurs. Les pure players d’information notamment se sont pour beaucoup concentrés sur une niche de contenu éditorial, un secteur d’activité ou une cible de public (femmes de la génération Y, ruraux, universitaires, etc.). Aussi, du côté des entreprises de presse écrite, les contenus éditoriaux ont dû et doivent encore s’adapter à une nouvelle forme de lecture via des hors-série, des suppléments, etc.

Ce sont ensuite les formes d’écriture que le rédacteur en chef se doit de suivre et faire évoluer au sein de sa rédaction. La temporalité réduite de la production de l’information et les nouvelles organisations mises en place pour développer la réactivité des rédactions nécessite une adaptation à l’instantanéité et une grande polyvalence. À l’inverse, le traitement décalé de l’actualité de flux (non urgente) fait face à un enjeu d’attractivité pour un lectorat saturé d’information de toute part. De nouvelles méthodes d’investigation et formes d’écriture sont là aussi recherchées pour diversifier les contenus et les adapter aux exigences toujours plus fortes des lecteurs (slow information, curation, fact checking, data journalisme, newsgame, participatif, etc.).

Enfin, le rédacteur en chef est aujourd’hui face à une demande croissante de « rédactions ouvertes ». Ces organisations nouvelles peuvent intégrer plusieurs types de contributeurs. Il peut s’agir simplement d’une sous-traitance d’une partie de la collecte ou du traitement de l’information, comme c’est déjà le cas dans nombre de médias de presse. Le deuxième volet des contributeurs est plus rare, et récent : les non professionnels. Qu’il soit commentateur d’un jour ou expert sollicité régulièrement sur son domaine, le lecteur peut désormais passer de l’autre côté de l’information, en la suggérant, la provoquant ou l’analysant.

Une révolution récente pour les médias d’information, et pour le rédacteur en chef en particulier, réside également dans le brand publishing. L’écriture en marque blanche d’articles qui seront diffusés sur les sites, les applications ou les magazines d’une entreprise commerciale hors presse est en effet une nouvelle source de revenus pour des groupes de presse traditionnelle fragilisés par la mutation numérique. Le rédacteur en chef doit et devra donc dans le futur adapter ses budgets, moyens et ressources à l’apparition de cellules « contenus de marque » dans les groupes de presse.

La mise en place de telles fonctions inédites de publication pour autrui, la collaboration avec des start-up de contenu éditorial spécialisé sur une technique d’investigation, l’apparition d’intermédiaires de diffusion numérique (fournisseurs d’accès, réseaux sociaux, moteurs de recherche, réseaux sociaux, etc.), le développement de nouvelles compétences au sein des médias (développeurs informatiques, marketeurs)... Tant d’évolutions récentes qui obligent le rédacteur en chef à revoir l’organisation de sa rédaction sur le plan structurel et managérial. Les pôles éditoriaux et espaces de travail devront être repensés pour permettre la cohabitation fructueuse de toutes les équipes, supports et compétences au sein du média.

Par ses choix éditoriaux, ses formes d’écriture privilégiées et ses décisions d’organisation interne, le rôle du rédacteur en chef inclut dès lors une dimension stratégique indéniable dans la construction d’un nouveau modèle économique de la presse pour aujourd’hui et demain.

Mots-clés : métierwebéditorialmédias