« Le responsable legs doit faire un savant mélange entre le droit et l'humain. Souvent, il faut chercher à sortir d'une situation de blocage. » - Apec.fr - Jeunes diplômés

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Commercial, marketing

lu 6 fois | publié le 23/09/2011

Témoignage · « Le responsable legs doit faire un savant mélange entre le droit et l'humain. Souvent, il faut chercher à sortir d'une situation de blocage. »

Kristiaan Tokka, Responsable libéralités, Apprentis d'Auteuil

Diplômé d'une école de notariat sur Paris, Kristiaan Tokka a ressenti un fort intérêt pour le droit très tôt, s'apercevant que cette discipline lui semblait être le meilleur moyen pour éviter la survenance des litiges. Sa carrière professionnelle a logiquement commencé dans les études notariales, un milieu qu'il a su apprécier pour la richesse des contacts clients et l'exigence de rigueur dans la mise en œuvre des connaissances juridiques. En 1997, en recherche de sens et fort de son expertise juridique, il intègre le milieu non marchand en tant que responsable legs et donations au sein du Secours Catholique. Depuis 2004, il est responsable libéralités au sein de la direction de la collecte de fonds d'Apprentis d'Auteuil.

De son point de vue, les connaissances juridiques dans le domaine notarié sont un atout pour devenir responsable legs. « Il est important de connaître ce droit pour comprendre son interlocuteur, à savoir le notaire, pour l'accompagner et être en capacité d'apprécier son travail. Il est important également d'avoir une expertise technique du point de vue managérial ». Face aux nombreux dossiers que le responsable legs doit traiter, il s'agit également de se montrer efficace en faisant preuve d'esprit de synthèse. « Avoir une pleine connaissance des dossiers permet de cerner très vite le problème et notre plus value est de devenir très vite force de proposition auprès des notaires, dans une logique de recherche permanente de solutions ».

Si la rigueur est de mise pour limiter les cas de litiges, Kristiaan Tokka reconnaît que son métier est également très vivant. Il faut en effet aimer le contact humain, savoir écouter, faire preuve d'empathie tout en sachant gérer des situations parfois difficiles. « Il faut avoir une forte résistance au stress car nous touchons à des questions graves telles la transmission, la famille, la mort. Nous sommes amenés parfois à faire face à des situations agressives ». Cette appétence pour le contact humain est encore plus cruciale pour ce manager d'une équipe d'une quinzaine de collaborateurs. « Je n'entrevois pas mon métier sans le travail d'équipe : mes collaborateurs ont beaucoup d'autonomie dans la gestion des dossiers que je leur confie mais j'en supervise l'ensemble tout en étant à leur entière disposition pour arbitrer ».

Parmi ses missions quotidiennes, au-delà du nécessaire management d'équipe et de la gestion des relations avec les autres directions de la fondation, il souligne son rôle de conseil et d'information auprès du grand public sur les activités legs, donations, assurances-vie, fondations abritées, fonds de dotation... de la fondation. « Aujourd'hui, je ne traite pas le dossier en direct mais je suis plus sur la stratégie et l'accueil des personnes désireuses d'en savoir un peu plus sur nos activités. Il y a une volonté de ce public de rentrer en contact avec moi ».

Enfin, il reconnaît que le métier de responsables legs n'est pas forcément ouvert aux jeunes diplômés. Face à un public en demande et des situations parfois complexes, le niveau d'expérience nécessaire dépend du niveau de maturité du candidat. Mais une expérience professionnelle minimale de 3 ans lui paraît être un pré requis pour avoir un certain recul permettant de ne pas se limiter à une seule application théorique du droit. Il existe en effet beaucoup de décisions qui ne relèvent pas exclusivement de questions juridiques. « Le responsable legs doit faire un savant mélange entre le droit et l'humain. Souvent, il faut chercher à sortir d'une situation de blocage. La solution n'est pas que technique, il faut souvent être pragmatique et en recherche de solution. Le responsable legs dirige souvent des équipes, ce qui nécessite une certaine expérience professionnelle en amont ».

A consulter

Mots-clés : métierfundraisinglegs