Directeur d'agence immobilière - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Commercial, marketing

lu 37 fois | publié le 08/09/2017

Directeur d'agence immobilière

Le directeur d’agence immobilière est en charge du fonctionnement de l’agence au niveau administratif, managérial et financier. Il manage une équipe de négociateurs et vérifie le bon déroulement des transactions immobilières. Il est également responsable de la stratégie et du développement foncier sur les opérations majeures.

Autres intitulés

  • Agent immobilier
  • Chef d’agence locatif immobilier
  • Directeur de centre de profit
  • Responsable d’agence
  • Responsable de centre de gestion
  • Responsable des ventes
  • Administrateur de biens.

 

Activités principales

Management d’équipe

  • Encadrer et animer son équipe en organisant les délégations et en effectuant les contrôles adaptés.
  • Décliner les objectifs qui lui ont été fixés par sa direction, tout en respectant les contraintes et les spécificités du terrain.
  • Représenter sa structure vis-à-vis des instances locales.
  • Superviser et gérer les moyens organisationnels, techniques, humains, financiers, logistiques... pour réaliser les objectifs.
  • Fédérer et stimuler les équipes.
  • Être le garant des bonnes pratiques commerciales.
  • Veiller à la bonne tenue de l’agence immobilière dans son ensemble.
  • S’assurer du respect des procédures par l’ensemble des collaborateurs.
  • Être attentif à la bonne intégration de chaque nouveau collaborateur.

 

Développement commercial

  • Prospecter de nouveaux clients sur un secteur défini, en vue de rechercher des biens à commercialiser.
  • Développer son réseau.
  • Estimer la valeur des biens.
  • Visiter les biens immobiliers.
  • Assurer la négociation jusqu’à la vente et la mise en œuvre du financement.
  • Constituer les dossiers de vente.
  • Conseiller les clients sur les diagnostics obligatoires affairant à la vente des biens immobiliers.
  • Contribuer activement au chiffre d’affaires de l’agence immobilière.
  • Rédiger les actes de vente.
  • Veiller au bon déroulement des signatures et au respect des procédures légales.

 

Reporting

  • Élaborer et gérer le budget de l’agence immobilière.
  • Suivre et analyser l’activité de l’agence à travers la constitution et la tenue de tableaux de bord transmis au siège.

 

Gestion locative

  • Négocier les baux.
  • Veiller au bon encaissement des recettes (loyers et charges).
  • S’efforcer de prévenir les impayés et, s’il y a lieu, rechercher une solution amiable ou engager une action en pré-contentieux.
  • Lutter contre la vacance et assurer la relocation rapide des logements ou locaux.

 

Activités éventuelles

  • Recruter des collaborateurs.
  • Réajuster l’organisation pour permettre l’atteinte des objectifs.
  • Animer des groupes de travail comme chef de projet sur un thème spécifique.
  • Gérer les contentieux particuliers.

 

Variabilité des activités

Les activités du directeur d’agence immobilière peuvent varier selon la taille de son agence.

 

Le directeur d’agence immobilière peut aussi exercer son métier dans des structures différentes :

  • Dans une agence immobilière, membre d’un réseau d’agences : il est responsable de son agence, tout en bénéficiant de services supports d’un siège social. Il reçoit des orientations stratégiques de la part de la direction du réseau.
  • En tant qu’indépendant : il mène son affaire de façon indépendante, tant dans le recrutement que dans la gestion des mandats.
  • Dans une agence immobilière en ligne : il exerce le métier d’une façon quelque peu différente, en axant sa stratégie sur la réduction des coûts et la participation du client à certaines démarches.

 

Il peut accompagner ses clients sur différentes problématiques :

  • Sur le volet transaction
  • Pour la location des biens

 

Rémunération

Jeune diplômé : entre 30 et 40 k€

Jeune cadre : entre 40 et 50 k€

Cadre confirmé : entre 50 et 70 k€ (et plus selon l’expérience, la taille de l’agence et le niveau de responsabilité)

Part variable

 

Compétences requises

Compétences techniques

  • Aptitude au management
  • Gestion administrative et financière
  • Compétences en négociation commerciale
  • Maîtrise de la gestion des ressources humaines
  • Connaissance de l’environnement juridique d’une agence

 

Aptitudes professionnelles

  • Rigueur pour veiller au respect de la réglementation concernant les actes de vente
  • Appétence commerciale pour s’investir dans chaque nouvelle transaction
  • Excellent relationnel tant avec les clients, les partenaires qu’avec les collaborateurs de l’agence
  • Polyvalence pour la gestion des tâches administratives, financières, managériales...
  • Capacité de prise de décision importante, dans le but de guider les collaborateurs de l’agence à chaque étape de leur métier
  • Capacité à négocier dans des situations litigieuses

 

Le profil

Diplômes requis

  • Formation de niveau Bac +3 : licence professionnelle profession immobilière
  • Formation de niveau Bac +5 : master en droit, en gestion, en sciences économiques
  • Ecoles de commerce
  • Ecoles spécialisées : ICH, ESPI
  • Ecoles d’ingénieurs : ESTP...
  • L’agent immobilier, officiellement mandaté pour effectuer des transactions par ses clients, est obligatoirement détenteur de la carte professionnelle « transactions ». C’est la loi Hoguet, datée de 1970, visant à encadrer les activités d’achat et de ventes immobilières et leurs conditions d’attribution, qui a instauré ce système de carte professionnelle. Pour l’obtenir, il faut être titulaire d’un diplôme délivré par l’État, sanctionnant trois années d’études dont le contenu doit être économique, juridique ou commercial. Une exception est faite pour le BTS professions immobilières (diplôme sanctionnant deux années d’études).

 

À défaut, il subsiste différentes possibilités :

  • Justifier d’une expérience de 10 ans en tant que salarié d’un titulaire de la carte professionnelle, d’agent immobilier ou d’administrateur de biens.
  • Si l’on est titulaire du baccalauréat, justifier d’une expérience de 3 ans en tant que salarié titulaire de la carte professionnelle. On peut donc devenir agent immobilier sans diplôme. L’expérience en tant qu’agent commercial n’est pas prise en compte.

 

Durée d’expérience

Une expérience dans la négociation immobilière ou dans le montage d’opérations immobilières est souvent requise.

 

Postes précédents (P-1)

 

Qui recrute ?

  • Administrateurs de biens
  • Réseaux d’agences immobilières
  • Sociétés conseil en immobilier d’entreprise
  • Promoteurs immobiliers

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur régional

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Direction des ressources humaines
  • Direction commerciale et marketing
  • Service informatique
  • Responsables de programmes
  • Responsables techniques
  • Responsables commerciaux

 

Externes :

  • Acteurs de la vie locale de l’agence (commerçants, associations, clubs...)
  • Notaires
  • Apporteurs d’affaires
  • Négociateurs indépendants
  • Clients

 

Evolution professionnelle (P+1)

  • Directeur régional
  • Directeur multi-sites
  • Directeur d’un réseau d’agences

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

On assiste à un repositionnement des professions de la transaction immobilière, principalement dû au contexte économique difficile. En effet, ces professions ont été durement touchées, le marché de la transaction immobilière s’étant considérablement ralenti. L’émergence de nouveaux acteurs (mandataires à domicile, mais aussi agences immobilières en ligne...) nécessite un accroissement de l’effort de prospection, dans un contexte de marché immobilier peu porteur, marqué par une chute des transactions. Cela nécessite des stratégies offensives, des démarches commerciales plus agressives et volontaristes pour aller chercher les clients potentiels. La perception des commissions sur les transactions effectuées prend aujourd’hui plus de temps, les transactions étant plus difficiles à conclure, et les honoraires perçus tendent à baisser. Cela nécessitera certainement des arbitrages entre le développement de nouvelles actions de prospection et la réduction de certains coûts, en privilégiant les commerciaux obtenant les meilleurs résultats.