Responsable d’agence de transport - Apec.fr

Vous êtes actuellement sur le site Jeunes diplômés. Changer de site ?

Commercial, marketing

lu 6 fois | publié le 19/11/2018

Responsable d’agence de transport

Le responsable d’agence de transport organise, supervise et optimise la qualité des activités et prestations. Gestionnaire, il assure la rentabilité du centre de profit dont il a la responsabilité, et en garantit le bon fonctionnement. Il développe et entretient également les relations commerciales.

Autres intitulés

  • RESPONSABLE D’AGENCE DE TRANSPORT-LOGISTIQUE
  • RESPONSABLE D’AGENCE COMMERCIALE FRET
  • CHEF·FE D’AGENCE DE TRANSPORT

 

ACTIVITÉS PRINCIPALES

Organisation et gestion opérationnelle de l’activité

  • Concevoir les modalités de prestation de transport et les conditions de réalisation avec la clientèle ou les prestataires.
  • Acheter des solutions de sous-traitance, affrètement.
  • Déployer et piloter les solutions et opérations.
  • Planifier et organiser les flux, les horaires, les parcours et la durée des opérations de transport de marchandises selon les priorités et les imprévus.
  • Veiller au bon entretien de la flotte et des équipements.

Management et gestion des ressources humaines

  • Garantir le respect et l’application des dispositions légales, réglementaires, et des procédures internes en vigueur : qualité, sécurité et environnement du site.
  • Gérer les relations avec les IRP.
  • Animer, coordonner, contrôler l’ensemble des équipes (responsables d’exploitation, responsables de planning, personnel d’exploitation, personnel de quai, chauffeurs ou navigants, personnel administratif, commerciaux).
  • Évaluer la performance de l’équipe et remonter les informations à la direction.
  • Effectuer la gestion des ressources humaines (recrutements, entretiens annuels, formation, etc.).

Pilotage stratégique et budgétaire

  • Participer à la politique générale de l’entreprise et garantir la mise en application des objectifs définis par la direction.
  • Définir des objectifs et mettre en place des plans d’action afin d’assurer le développement de son chiffre d’affaires et d’optimiser les bénéfices de son agence.
  • Élaborer le budget prévisionnel de l’agence.
  • Préconiser des améliorations en termes d’organisation, de gestion et de procédures.
  • Identifier les pistes d’amélioration dans le cadre d’objectifs de qualité et de rentabilité.
  • Faire ressortir les dysfonctionnements et mettre en place les mesures correctives.
  • Suivre et analyser les indicateurs de performance de l’activité de l’agence (bilan des activités, taux et motifs de réclamation, quantification, traitements opérés, etc.).
  • S’assurer de la bonne santé financière de son entreprise et rendre compte à ses supérieurs hiérarchiques.

Développement et gestion de la relation commerciale

  • Établir la stratégie de prospection et de développement commercial.
  • Suivre, fidéliser et développer la clientèle existante.
  • Répondre aux demandes de prix (cotation) et aux appels d’offres.
  • Gérer en direct les clients « grands comptes ».
  • Prospecter une nouvelle clientèle.
  • Établir les comptes rendus des actions commerciales à l’aide des outils de gestion commerciale.
  • Superviser les dossiers de contentieux (litiges, réclamations, etc.) et évaluer les risques financiers.

 

Activités éventuelles

  • Gérer les relations avec les instances représentatives du personnel.
  • Se rendre sur le terrain pour superviser les opérations.
  • Répondre aux procédures d’appels d’offres.

 

Variabilité

Le profil des responsables d’agence de transport peut varier selon la taille de l’agence concernée et le type de transport (routier, fluvial, maritime, etc.).

 

Contexte et facteurs d’évolution du métier

Le transport de marchandises est un secteur dans lequel les obligations environnementales sont importantes. Par exemple la loi « Grenelle 2 » (12 juillet 2010) oblige les prestataires de transport (transport de marchandises, de personnes et de déménagement) à communiquer auprès de leurs clients et usagers la quantité de dioxyde de carbone émise pour réaliser leur déplacement ou prestation de transport. Le transport est le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre en France, dont la majorité est imputable aux transports routiers.

L’augmentation du prix des énergies fossiles, et notamment du pétrole, ajoute un enjeu économique à ces considérations environnementales. Les entreprises cherchent à réduire leur dépendance vis-à-vis de ce carburant et élaborent des solutions dans un souci de réduction des coûts. Elles cherchent également à améliorer leur image auprès de leurs clients, l’éco-mobilité devient un élément d’argumentation commerciale.

Les entreprises de transport répondent à ces enjeux par l’utilisation de carburants innovants (biocarburants, moteurs hybrides ou électriques, gaz liquéfié, etc.) ou ont recours à des transports alternatifs pour une partie des trajets. Ceci constitue des opportunités pour le développement de mode de transport jusque-là moins utilisé, comme le canal fluvial par exemple.

Le domaine de la santé/sécurité au travail a évolué de manière générale avec notamment un accroissement de la responsabilité de l’employeur et de toutes les personnes qui le représentent. Les métiers du transport ont une forte dimension de terrain, l’intervention humaine y est primordiale. Dans ces secteurs, l’accidentologie doit être maîtrisée. L’enjeu est de la réduire au maximum. Cela suppose, pour les transporteurs, la mise en place de politiques, d’une certaine culture d’entreprise et également de moyens et de démarches spécifiques (comme la présence du management dans les unités pour échanger sur ces sujets de sécurité). Par ailleurs les clients, de leur côté, demandent que les agences de transport démontrent que l’engagement ne se situe pas simplement au niveau d’un moyen ou de la désignation d’un responsable QHSE, mais bien par l’existence d’engagement terrain du responsable d’activité en direction de ces sujets-là.

La concurrence s’intensifie entraînant une remise en cause contractuelle plus fréquente et une réduction de la durée des contrats. L’incertitude économique contraint les agences de transport à rechercher en permanence de nouveaux marchés et de nouvelles activités. Cela impacte la relation et la nature des échanges avec les salariés pour leur faire prendre conscience d’un monde qui se remet en cause régulièrement. L’enjeu est de les sensibiliser à la nécessaire adaptation à la fois de leurs missions et aussi de leurs compétences, afin de maintenir leur employabilité.

 

LE PROFIL

DIPLÔMES REQUIS

  • Bac + 2 (BTS, DUT), bac + 3 (licence professionnelle), bac + 4, bac + 5
  • Spécialité transport ou logistique

 

DURÉE D’EXPÉRIENCE

Généralement, une première expérience d’environ cinq ans est demandée dans un poste similaire de gestion d’une agence de transport et/ou de management d’un centre de profit.

 

COMPÉTENCES TECHNIQUES

  • Droit du transport de marchandises
  • Droit du travail, de la législation sociale nationale et européenne
  • Réglementation du transport spécifique aux matières et aux produits dangereux
  • Réglementation du transport en convoi exceptionnel
  • Connaissance du matériel de navigation
  • Maîtrise des procédés de suivi budgétaire et comptable
  • Connaissance des outils de pilotage et des indicateurs de performance
  • Logiciels et progiciels d’exploitation et de planification du transport
  • Techniques commerciales, de négociation
  • Maîtrise des outils informatiques et bureautiques
  • Compétences managériales

 

APTITUDES PROFESSIONNELLES

  • Autonomie
  • Réactivité en cas d’imprévus
  • Capacités d’analyse et d’arbitrage
  • Prise de décision rapide et adaptée
  • Sens de l’organisation
  • Force de proposition
  • Capacité d’anticipation
  • Culture du résultat
  • Sens de l’écoute (collaborateurs, clients)
  • Capacités de négociation et de persuasion
  • Gestion et résistance au stress

 

LA MOBILITÉ

POSTES PRÉCÉDENTS (P-1)

  • Responsable d’exploitation d’agence régionale

 

ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE (P+1)

  • Directeur·rice général·e/régional·e
  • Directeur·rice des opérations
  • Directeur·rice national·e d’exploitation

 

RÉMUNÉRATION

  • Jeune cadre : entre 30 et 45 k€
  • Cadre confirmé·e : entre 45 et 75 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille d’entreprise, taille de l’agence, etc.)

 

QUI RECRUTE ?

  • Entreprises de transport (routier, fluvial, maritime, aérien, ferroviaire)
  • Entreprises de messagerie/fret express
  • Commissionnaires de transport

 

RATTACHEMENT HIÉRARCHIQUE

  • Directeur·rice régional·e
  • Directeur·rice de business unit transport
  • Directeur·rice général·e

 

ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL ET INTERLOCUTEURS

En interne :

  • Personnel d’exploitation
  • Direction technique (maintenance, QHSE)
  • Direction des ressources humaines
  • Direction financière (contrôle de gestion, comptabilité)
  • Direction juridique
  • Direction générale
  • Direction commerciale
  • Instances représentatives du personnel (IRP)

En externe :

  • Sous-traitants, réseau d’agents
  • Clients
  • Administration de tutelle des activités – directions départementales

 

MOTS-CLEFS

Budget transport, indicateurs de performance, IRP, KPI, opérations de transport, pilotage de centre de profit, qualité, réglementation, rentabilité, sécurité

Mots-clés : métieragencedirection d'agencetransporttransportslogistique

Dans les fiches Apec


Sur le même sujet

Offres d'emploi associées

Rejoignez

La communauté des cadres